Comment gérer la distance dans une relation hiérarchique jusque-là cimentée par la présence physique sur un même lieu de travail. Après le confinement qui l’a rendu obligatoire pour un grand nombre de personnes, nul ne sait encore à quelle vitesse et avec quelle ampleur le télétravail va se développer dans les entreprises. Mais il est quasiment déjà acquis qu’il va s’inscrire durablement dans le paysage pour une raison de simple bon sens : entreprises et salariés y trouvent leur compte, même si les raisons de leur adhésion ne sont pas tout à fait les mêmes.
Ne nous y trompons pas : le mouvement vers le télétravail, modeste à son démarrage, constitue une petite révolution en matière de management des ressources humaines et pose à l’encadrement une question assez inédite : comment gérer la distance dans une relation hiérarchique jusque-là cimentée par la présence physique des collaborateurs et des managers sur un même lieu de travail.
La réponse à cette question varie naturellement en fonction de son rôle, selon que l’on est manager ou collaborateur. L’efficacité du télétravail et le fait qu’il rende heureux à la fois le collaborateur, son manager et l’entreprise nécessitent cependant qu’un certain nombre de conditions soient remplies :

1 – Ne pas transformer sa salle de bain en bureau

Cette remarque peut sembler triviale, mais de nombreux exemples ont montré que l’environnement de travail, à domicile, peut être un facteur de gêne ou de stress, lorsque l’on est à la merci de perturbations extérieures fréquentes. S’installer durablement dans le télétravail exige la création et la sauvegarde d’un espace à part entière, de façon à favoriser la concentration, à assurer un confort ergonomique et à assurer la confidentialité des échanges professionnels.

2 – Savoir utiliser tous les outils technologiques

C’est le simple bon sens, mais une fois encore, l’expérience montre que l’approximation dans la gestion des outils de communication est une source de perte de productivité importante. Il revient à l’entreprise de s’assurer que les outils dont disposent leurs collaborateurs sont adéquats et surtout que les collaborateurs ont été sérieusement formés à leur utilisation complète. Croire que l’organisation du télétravail s’improvise est une erreur. Elle nécessite une préparation de la part de l’entreprise afin de fournir des guides aux collaborateurs, qu’il s’agisse de la gestion du temps ou de la discipline de travail.

3 – La distance ne doit pas être de la distanciation

L’éloignement du collaborateur de l’entreprise est naturellement le risque majeur du télétravail. Il peut affaiblir la cohésion des équipes et le vécu des valeurs de l’entreprise, altérer le niveau d’engagement des collaborateurs et leur productivité. Il est donc nécessaire de veiller à ce que la communication soit régulière et nourrie entre les collaborateurs et leur management, à ce qu’ils soient encouragés et motivés. Il est important, entre autres, que les réunions à distance soient gérées par un manager-animateur, qui donne la parole aux participants lorsque ces derniers la demandent et qui s’assure de la compréhension comme de l’adhésion. Scolaire certes, mais cela évite que certains des participants « disparaissent » d’une réunion parce qu’ils ne s’y expriment pas.

4 – Maitriser la communication non verbale

Une session de téléconférence depuis son domicile, c’est un peu une petite émission de téléréalité. C’est à la télévision, mais c’est la vraie vie de bureau. Tout compte : le décor, la tenue vestimentaire, l’attitude corporelle, le comportement, le langage. Il est donc très important de maitriser les signes « non verbaux », afin de présenter une image cohérente avec l’objet professionnel de la réunion. Assurer une posture de juste présence en tant que leader ou participant se travaille, comme beaucoup de talents.

5 – Faire en sorte que les moments en « présentiel » soient conviviaux et riches en interactions personnelles et professionnelles

Autant les conférence Zoom ou Teams internes ne doivent pas ressembler à des « apéros » à distance, autant les moments passés au bureau en présentiel doivent palier le côté désincarné du télétravail. Ce doit être aussi l’occasion d’échanges plus denses entre le manager et ses collaborateurs. Les moments où toute l’équipe est présente au bureau seront plus rares. Il convient donc de préserver, de les préparer pour qu’ils soient une réussite. On peut aussi affirmer que s’ils deviennent trop rares, il ne faut pas hésiter à en créer pour préserver la convivialité et le sentiment d’appartenance.

6 – Contrôler ou faire confiance ?

Les deux évidemment. La confiance est nécessaire : sans elle, pas de télétravail performant. Si le collaborateur vit dans l’angoisse de devoir multiplier les preuves de son engagement, de sa motivation, au besoin en sacrifiant son temps personnel, il court droit à l’épuisement. Le contrôle du travail à distance par le manager doit obéir à un certain nombre de principes : ne pas être intrusif ni clandestin ; répondre à des calendriers de travail précis, à des échéances de rendus de travaux ou de reporting. La clarté dans les objectifs et les calendriers est d’autant plus importante que le manager ne peut pas s’assurer en permanence de leur respect, comme il pourrait le faire au bureau, en présentiel. En tout état de cause, le management doit instaurer une communication chaleureuse avec les collaborateurs, continuer à les encourager et à les féliciter.
Par ailleurs, il existe un débat : faut-il se dire des choses désagréables à distance ou
en présentiel ? Les avis des experts divergent. Dans une étude menée aux États-Unis, 20 % des salariés interrogés estimaient qu’ils étaient gênés par le fait d’aborder des sujets sensibles à distance, alors que 26 % jugeaient que cela importe guère. En tous les cas, s’il doit y avoir expression d’un mécontentement voire de réprimandes de la part du manager, il doit s’assurer qu’elle soit exprimée dans un cadre confidentiel, lorsque le collaborateur est seul. Personne n’apprécie de se faire remonter les bretelles par son supérieur, en présence de son conjoint ou de ses enfants… Toute critique professionnelle reçue dans le cadre de la sphère privée risque d’être plus perçue comme une attaque personnelle ; il conviendra donc d’être très vigilant sur la forme et de s’assurer d’avoir été compris à sa juste mesure.
Dans tous les cas, le développement du travail à distance confronte les managers à la nécessité de développer la confiance qu’ils accordent à leurs collaborateurs et d’adopter une posture de soutien plus que de contrôle.

Articles les plus lus sur le télétravail

Le télétravail : la nouvelle norme
Généralisation du télétravail : à quoi bon conserver des locaux d’entreprise ? 
Le salarié en télétravail, est-il un danger pour la cybersécurité de l’entreprise ?
Quel télétravailleur êtes-vous ? La mode masculine confinée à la maison !
Télétravail : conserver sa motivation et son efficacité dans un contexte de crise
Le télétravail en période de confinement : les bonnes pratiques pour bien manager à distance
Télétravail et confinement : comment surmonter au quotidien les 5 inconvénients du travail à domicile