Les différences qui enrichissent l’entreprise

On abuse parfois de lieux communs sur les étrangers, mais il y a toujours quelque chose de la culture du pays qui transpire dans les modes de fonctionnement managériaux. Au-delà des clichés les plus rependus – les français sont en permanence dans la discussion, les allemands de très bons exécutants, les asiatiques férus de discipline – le rapport à la hiérarchie, au temps, ou encore à la notion d’équipe, change inévitablement selon les pays. Et des principes jugés efficaces dans un pays pourraient passer pour désastreux dans un autre environnement. Les jeunes générations, plus mobiles et déjà habituées aux expériences internationales, gommeront peut être plus tard ces divergences, mais pour l’instant elles s’y adaptent.
Si ces différences enrichissent l’entreprise, elles sont en revanche très loin de faciliter la tâche du manager sur le terrain. Une fois la barrière de la langue franchie, ce dernier doit encore apprendre les codes culturels de son pays d’accueil, et prendre du recul sur ses anciennes méthodes de management.
Lecture recommandée Manager : 6 clés pour améliorer votre efficacité 

Adaptez votre management à la culture de vos équipes2CDM

Le manager doit réaliser un travail sur lui-même

Outre les codes culturels à intégrer, sous peine de provoquer des tensions au sein de son équipe, le manager doit réaliser un travail sur lui-même. La prise de conscience de ces différences culturelles constitue la première étape de ce travail. Vient ensuite l’identification de ses leviers d’efficacité. Le sont-ils toujours dans ce nouvel environnement ? C’est alors que le questionnement sur ce qu’il serait utile de changer pour générer plus de motivation auprès de ses équipes, et la manière de le faire, intervient. Pour atteindre, à l’aide de ses collaborateurs, des objectifs bien définis, le manager doit en effet tenir compte de l’impact de leurs différences culturelles sur leurs interactions.
Lecture recommandée  Le bon manager apporte du bonheur à ses collaborateurs

Un coach pour travailler sa flexibilité comportementale

Le recours à un coach peut être utile pour aider le manager à trouver la réponse à ces interrogations. A travers des entretiens, et l’observation de son comportement au quotidien, celui-ci peut l’aider à trouver des pistes de réflexion.  L’objectif du coach n’est pas de changer le manager, mais de l’aider à être plus stratégique dans sa manière d’aborder des situations concrètes. Travailler sur la flexibilité comportementale des dirigeants permet une prise de recul sur l’effet qu’ils veulent produire sur les autres. Travailler sur des postures, rester ce qu’on est tout en s’adaptant à une nouvelle culture et des personnalités différentes, fait également partie intégrante de la mission du coach dans ce genre de situation.
Lecture recommandée Dirigeant : vos managers ne sont pas des baby-sitters

logo iciformation

Réalisez votre bilan de compétences
chez vous

Vous souhaitez consolider vos compétences, évoluer dans votre carrière ou avez envie de vous reconvertir ?

Le bilan de compétences vous permet de faire un point sur votre projet.

Contactez votre organisme à distance et financez votre projet grâce à vos droits CPF !



Article précédentPourquoi investir dans une SCPI
Article suivantArmoires métalliques : le rangement rentable
Maï Truong
De formation école de commerce, Maï Truong s’est formée aux approches cognitivo-comportementale et systémique à l’Ifas depuis 2001. Grâce à une connaissance approfondie du mode de fonctionnement d’un dirigeant et de ses enjeux relationnels, elle les accompagne dans leur transformation au travers de coaching, de missions de conseil, d’assessment ou de formation. Elle aide les dirigeants et leurs managers dans la mise en œuvre de leur stratégie managériale et le déploiement de leur culture comportementale. https://www.linkedin.com/in/maitruongmancel/fr