1ère étape : auditer votre style de management

Encore faut-il connaître votre point de départ, à savoir votre propre style de management et vos lacunes. Alors seulement, vous pourrez fixer des axes de progression et un point d’arrivée.  Pour vous aider sur cette première étape, les théoriciens regroupent les pratiques managériales en 4 grandes familles de management, parmi lesquelles vous pouvez identifier celle qui vous ressemble le plus pour trouver votre point de départ : le directif, le persuasif, délégatif et le participatif.

Le manager directif (niveau d’intervention fort et priorité au résultat), aussi appelé manager autoritaire quand il est poussé à l’extrême, vise l’efficacité en priorité et exige des résultats et l’application de méthodes strictes. Il pratique un reporting dense, laisse peu de place au débat, et peu d’autonomie aux collaborateurs.

Le manager persuasif (niveau d’intervention fort et priorité au relationnel), aussi appelé manager paternaliste, garde le pouvoir décisionnaire même s’il s’aventure à demander l’avis des collaborateurs. Le manager persuasif tend à créer une petite équipe soudée en laquelle il a confiance, qu’il manage ostensiblement, à la manière d’un chef de meute.

Le manager délégatif (niveau d’intervention faible, priorité au résultat), autonomise et consulte pour avis, fixe des objectifs et des méthodes, et laisse les collaborateurs autonomes dans la réalisation de leur mission. Il intervient essentiellement en tant que coordinateur.

logo iciformation

Réalisez votre bilan de compétences
chez vous

Vous souhaitez consolider vos compétences, évoluer dans votre carrière ou avez envie de vous reconvertir ?

Le bilan de compétences vous permet de faire un point sur votre projet.

Contactez votre organisme à distance et financez votre projet grâce à vos droits CPF !



Le manager participatif (niveau d’intervention faible, priorité au relationnel) met un point d’honneur à impliquer les collaborateurs dans chaque décision à prendre, il les laisse créer leur propre méthode de travail et s’intègre à l’équipe comme encadrant plutôt que dirigeant.

Lecture associée : La femme serait à l’origine du management avant que l’homme ne s’en empare

2ème étape : connaître les points faibles de votre style managérial

Votre famille de management identifiée, vous voyez normalement plus clairement vos points forts et vos points faibles. Globalement les pratiques montrent que le management directif peut frustrer les collaborateurs qui ne participent pas à la vision de l’entreprise ; le manager persuasif poussé à outrance est réputé infantilisant et peu ouvert sur l’extérieur, le manager risquant de devenir un bureaucrate trop éloigné de l’humain, et le participatif déstabilise les collaborateurs les moins autonomes, et nécessite également un engagement fort des équipes pour atteindre les résultats escomptés.

3ème étape : fixer un axe de progression et un point d’arrivée

Aucun style de management ne prévaut par rapport à un autre, mais chacun poussé à outrance enferme dans une pratique figée et empêche une adaptation aux circonstances réelles. L’idéal serait de maîtriser chaque style et de passer de l’un à l’autre selon la personne managée et les circonstances de son exercice.
Sachant cela, vous pouvez vous fixer un objectif de progression cohérent : apprendre un ou plusieurs styles de management que vous ne maîtrisez pas encore; sortir d’un management que vous estimez trop relationnel (management persuasif, management participatif) pour améliorer les performances de vos équipes (un management de résultat, comme le management directif ou délégatif); carrément vous extraire des 4 pratiques habituelles que vous maîtrisez déjà pour découvrir les nouvelles tendances du management (manager du changement, manager holistique, transformationnel …) ? A vous de choisir l’axe de progression souhaité par rapport à l’état des lieux.
[asa]2889152057[/asa]

4ème étape : choisir le programme de formation adapté

Connaissant votre style et vos failles, vous êtes prêt à découvrir les différents programmes de formation, et à faire un premier tri pour choisir le plus proche de vos objectifs.  Communiquer votre volonté  de progresser à votre employeur vous aidera à identifier un programme adapté à vos attentes et à celles de l’entreprise, notamment si elle entrevoit certains changements de cap. Si vous êtes salarié, connectez-vous à votre compte formation pour découvrir les programmes proposés et les prises en charge, et demander à votre employeur de financer tout ou partie. Enfin,  des organismes de formation comme Demos, Cegos … dans leurs sessions pour aider les managers à progresser tout au long de leur carrière, mixent généralement du présentiel et de l’e-learning, prônant la rencontre avec d’autres managers pour vous enrichir votre façon de team building.

Lecture associée : Manager, c’est créer les conditions dans lesquelles on aime travailler