Comment manager à distance

De plus en plus d’entreprises y viennent, et de plus en plus de salariés travaillent à temps plein ou partiel à leur domicile. Le travail à distance entre progressivement dans les mœurs malgré les réticences managériales de gérer une équipe à distance et l’idée reçue du risque d’isolement du collaborateur ou de sa démotivation. Les deux parties sont gagnantes, le collaborateur perd moins de temps dans les trajets, donnant une meilleure productivité que celle de son collègue en entreprise. Alors que le travail à distance était réservé à des tâche d’exécution, de télévente et d’administration, ce mode de fonctionnement envahit toutes les fonctions et à l’extrême crée des entreprises avec un personnel virtuel.

Choisir un métier compatible avec la distance

De nombreux métiers peuvent être faits à distance, probablement la moitié des postes occupés est compatible avec le télétravail. Les postes virtuels les plus courants sont directeur, développeur, ingénieur informatique, les métiers du web, commercial, journaliste, comptable, financier, et directeur du marketing. D’autres possibilités d’emploi en télétravail sont envisageables à temps partiel ou à temps plein, et vont être de plus en plus proposées si le travail peut être fait indépendamment par téléphone, courriel ou autres applications.
Lecture associée Travail à domicile : bien peser les avantages et les inconvénients 

Recruter le collaborateur prêt à travailler à distance

Le facteur le plus important lors du recrutement d’un collaborateur à distance est de trouver celui qui est digne de confiance, capable d’une grande autonomie et d’organisation. Il doit être totalement compétent et ne pas avoir besoin d’un encadrement de proximité pour lui rappeler comment il doit travailler en termes de qualité, de temps et de délais. C’est une personnalité solide, rompue au travail en solo et isolé mais en coordination avec d’autres en réseau. Les générations X et Z déjà habituées à travailler à distance peuvent être un bon choix, car ils savent s’investir sans paramètres géographiques ni horaires arbitraires.

Rester proactif en communication

Les entreprises qui ont du succès ont des réunions régulières avec les collaborateurs à distance. Des points réguliers et fréquents par mail sont très utiles, encore mieux par téléphone, téléconférences et vidéo pour une réunion de travail mais aussi pour une pause café virtuelle. Tout est une question de synchronisation.

Privilégier la flexibilité des horaires

À l’exception des collaborateurs qui ont affaire avec les clients par une présence physique, tous les autres peuvent avoir des horaires propres qu’ils choisissent. La flexibilité à la carte, très motivante et gratifiante pour chaque collaborateur, lui permet d’aménager son temps de travail en fonction de ses contingences personnelles et familiales. Cela engendre une meilleur gestion du temps, une réduction de la pression et du stress, et une gestion des ressources humaines plus personnalisée, et au global plus profitable pour les équipes et l’entreprise.
Lecture associée  Télétravail : les bonnes pratiques pour bien manager à distance

Profiter de la technologie

Le manager ne doit plus se demander – voire s’inquiéter de – ce que fait le collaborateur, parce que justement il n’est pas présent dans le bureau à côté et visible dans les couloirs. Aujourd’hui, il existe des moyens efficaces de le suivre sans être physiquement dans les mêmes bureaux. Le cloud computing évolue et permet à une équipe dispersée de travailler à travers des aménagements de travail virtuels. Un logiciel de bureau virtuel crée l’image d’un bureau et permet à chacun de voir qui est disponible, en cliquant sur un bouton, c’est comme si on frappait à sa porte, cela donne le sentiment d’appartenir à une équipe finalement rassemblée par la technologie.
Lecture associée  Travail à distance, salarié itinérant et indemnité d’occupation de votre domicile

Trouver les occasions de se voir en face à face

L’entreprise virtuelle doit trouver des moyens pour répondre aux aspirations de chaque membre de l’équipe. Des réunions en réel doivent être planifiées et des occasions provoquées de rencontrer le collaborateur éloigné surtout par le manager concerné. Dans la même ville, cela peut se faire à l’occasion d’un déjeuner ou d’un dîner, et si le collaborateur en solo se trouve dans une région ou dans un autre pays, le déplacement d’un manager doit être exploité pour organiser cette rencontre.