Publicité
Publicité

Complémentaire santé : 7 conseils pour bien la choisir

Petit à petit, l’échéance se rapproche… Dans un mois, l’assurance complémentaire santé sera obligatoire pour vos collaborateurs. Vous ne vous y êtes pas encore penché, rattrapé par les urgences quotidiennes liées à votre activité ? Voici sept critères qui vous aideront à faire le bon choix parmi pléthore d’offres très attractives.

2015-03_INFOGRAPHIE_HISTOIRE-ADRESSES_ANI

Identifier
les besoins des collaborateurs

Avant de vous lancer dans la recherche de la meilleure assurance, sondez d’abord vos collaborateurs, pour savoir quelles sont leurs préoccupations et besoins en consommation de soins, étudiez les situations de chacun (cadre, non-cadre, célibataire, monoparentalité…) et confrontez ces données au budget que vous souhaitez consacrer. « Il y a un panier de soins défini par la loi (des soins minimaux pris en charge) mais l’employeur peut aller plus loin que ses obligations légales », explique Aziz Nacer, courtier chez Vespieren.

PUBLICITE

Vérifier
la réputation du prestataire

La nouvelle mesure sur la complémentaire santé obligatoire à partir du 1er janvier 2016 a entraîné pléthore d’offres, et de nombreuses compagnies d’assurance, jusqu’alors absentes de la santé, se sont engouffrées dans ce secteur forcément porteur. « Il faut vérifier la réputation du prestataire, enjoint Aziz Nacer. Il y a trois catégories : mutuelles, instituts de prévoyance et assureurs privés». N’hésitez pas à passer par un prescripteur de confiance, RH, comptable, syndicat ou organisme avec lequel vous êtes déjà en contrat.

Etudier les niveaux de garanties

« La meilleure offre sera celle qui fera au moins 51% de satisfaits chez vos collaborateurs », note le courtier. Les socles de prestations peuvent être différents selon les collèges de salariés. En revanche, tout le monde doit être à la même enseigne au sein d’un même collège. Les contrats de complémentaire santé d’entrée de gamme limitent très souvent la prise en charge au ticket modérateur. A regarder de près donc.

PUBLICITE

Opter pour un réseau de soins

De plus en plus d’organismes sont adossés à un réseau de partenaires comme les opticiens, les audioprothésistes ou certains établissements hospitaliers avec lesquels ils ont négocié des tarifs préférentiels. Un vrai plus pour limiter aussi le reste à charge. « Le vrai enjeu, c’est de payer le meilleur rapport qualité/prix et de ne pas avancer de frais », explique Aziz Nacer.

Regarder les services annexes

Garde d’enfant ou d’animaux en cas d’hospitalisation de plus de trois jours, service d’aide à domicile, dispositifs de prévention … Nombreux sont les services annexes qui peuvent être proposés par l’assureur en plus des prestations de remboursements. « Mais parfois, c’est en supplément », rappelle le courtier.

Evaluer les e-services

Recevoir un décompte santé par mail, estimer le coût de certains soins via une plateforme, géolocaliser le professionnel de santé… Les e-services sont de plus en plus nombreux et souvent inclus dans le contrat. Ils seront appréciés de vos collaborateurs.

Faire attention aux tarifs

Ne vous précipitez pas sur les tarifs très compétitifs actuellement proposés. Les organismes qui proposent des prix défiant toute concurrence pourraient bien faire évoluer leurs tarifs à la hausse dès l’année suivante. De même, penchez-vous sur les frais de gestion qui peuvent parfois avoir un impact sur le compte de résultat.

1 réaction

  1. Dimitri BD

    Dimitri BD

    11 juillet 2016 à 20 h 53 min

    Un peu tard pour se décider non ?

Réagissez à cet article

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0
0
0

Abonnez-vous GRATUITEMENT aux digests du magazine.
[Modifiez à tout moment la fréquence de réception ou annulation ]

x