Président de Syntec Conseil en Recrutement, qui regroupe quelque 140 cabinets de recrutement, Jean-Paul Brette, qui est aussi directeur des Practices Banque-Assurance et Finance d’entreprises chez Hudson France, se dit dans cette interview exclusive « modérément optimiste pour 2014 ». Il nous indique également quelques métiers très recherchés où l’on manque cruellement de cadres et défend les séniors.

Etes-vous optimiste pour 2014 en matière de recrutement des cadres ?

Nous sommes modérément optimistes pour 2014 car certains éléments évoluent favorablement : la croissance qui s’accélère dans le monde et en France (elle devrait passer de 0,3% en 2013 à 0,9% en 2014), le pacte de compétitivité qui devrait être mis en œuvre prochainement par les pouvoirs publics, ainsi que les besoins des entreprises, qui vont se faire plus pressants. C’est pourquoi nous tablons sur une progression des recrutements pouvant aller jusqu’à 5%. L’essentiel des recrutements de cadres concernera cependant les populations entre 1 et 15 ans d’expérience. Sur le marché des cadres expérimentés et très expérimentés, la situation est plus contrastée : les recrutements en CDI devraient  stagner, mais on devrait en revanche assister à une poursuite de la croissance du management de transition (+18% en 2013 par rapport à 2012) qui s’adresse essentiellement aux cadres expérimentés.

Quels sont les métiers et les bassins d’emploi où les besoins ne sont pas pourvus ?

Il y a toujours quelques métiers « tendus » où les besoins peuvent être difficiles à pourvoir comme celui d’actuaire dans les assurances, de consolideur financier, d’ingénieur très spécialisé ou encore de souscripteur grands risques. Mais la problématique principale concerne certains bassins d’emploi étroits et/ou peu attractifs. En effet, la France est un pays étendu où la mobilité est un vrai problème. Quelques grandes villes concentrent l’emploi ou attirent : Paris bien sûr (50% du recrutement des cadres se fait en Ile-de-France), mais également Lyon (10% des recrutements), Toulouse, Bordeaux et Nantes.  Pour les autres régions, la situation est quelquefois plus compliquée, ce qui offre de réelles possibilités aux cadres mobiles sur le territoire.

Quelles sont vos recettes pour lutter contre le chômage ?

Syntec Conseil en Recrutement participe à la croissance durable des organisations en agissant sur le premier acte de management déterminant pour leur réussite : le recrutement des hommes et des femmes. Nous sommes également le partenaire des professionnels cadres en leur offrant, régulièrement, des conseils pour mieux gérer leur processus de mobilité professionnelle.

Dans cet esprit, Syntec Conseil en Recrutement organise en juin prochain les 2èmes Assises du Recrutement. Le thème choisi est celui de l’employabilité. Aujourd’hui un cadre peut et doit en permanence développer son employabilité. Il doit être également plus souple en matière de mobilité. De leur côté, les intermédiaires de l’emploi dont nous faisons partie doivent pousser des profils atypiques auprès de leurs clients et les convaincre des talents de ces profils. Nous croyons aux talents, à tous les talents : un cadre de 60 ans peut être la personne idéale pour un poste !

(Propos recueillis par Sophie Lhameen)



Article précédentVeilleur, un métier où l’on recrute
Article suivantRisques : tout sur le document unique
Sophie Lhameen, journaliste multimédia (web et print), a travaillé pendant 15 ans comme journaliste spécialisée sur l'Afrique avant de devenir en 2008, rédactrice en chef adjointe du magazine Le MOCI (Moniteur du commerce international) jusqu'en janvier 2013. Ses centres d'intérêt : l'entreprise, le management, les ressources humaines, l'emploi, l'économie, l'intelligence économique et de l'international. Google+