La crise du Covid-19 est un évènement historique. L’organisation interne des entreprises va en être complètement changée et repensée, cette crise étant un accélérateur de changement : après le COVID-19, nous ne reviendrons pas à ce que nous avions avant. Cette pandémie confirme une nécessité : les structures deviennent de plus en plus horizontales, plus décentralisées, plus agiles et flexibles, et nous démontre la fragilité des structures pyramidales et hiérarchiques traditionnelles, ce qui devrait accélérer la diffusion de tendances innovantes dans toutes les structures.

Une quête d’authenticité

Le confinement donne à tous l’occasion de réfléchir et de se recentrer. Comment travailler autrement, comment continuer à produire (de manière plus éthique), comment transformer le travail et les entreprises. Comment également protéger l’indépendance des travailleurs en maintenant la solidarité et l’unité.
Le besoin d’authenticité est propre à chaque organisation. Il s’agit de transformer le modèle de la structure afin qu’elle puisse créer un pacte de confiance autour du dirigeant qui incarne l’authenticité, une valeur forte et fédératrice pour tous les collaborateurs.

L’émergence de l’intelligence collective

Selon Glaser (1994), « une compétence nouvelle est maintenant exigée des employés, des ouvriers aux décideurs : celle de travailler productivement et collaborativement dans les équipes ». L’intelligence collective apporte du sens et de l’adhésion aux problèmes complexes et évolutifs auxquels sont confrontés les organisations.
Depuis le 16 mars dernier la plupart des entreprises fonctionnent avec des collaborateurs confinés chez eux, ce qui complique la communication et le travail en équipe. En cette période de crise, les outils de travail collaboratifs devenus indispensables permettent de centraliser tout le patrimoine informationnel. Ainsi, en plus de notre façon de travailler, ce sont nos schémas de pensée qui vont se trouver modifiés : davantage d’engagement et de coopération devrait en résulter.
lecture associée Transformer votre entreprise et réussir en changeant ses schémas mentaux

Flexibilisation des structures

En continuité de cette crise, Il sera nécessaire de flexibiliser le marché du travail ce qui permettra d’augmenter la productivité des entreprises.
L’entreprise doit devenir un écosystème où ce ne sont plus les statuts et les réglementations qui rassemblent mais les compétences, les expériences, les savoir-faire, les individus …
L’écosystème est, à la fois un espace d’opportunités que l’organisation peut explorer et/ou exploiter, et également une multitude de collaboration flexible, agile et évolutive capable de tirer parti de l’intelligence collective et de l’intelligence collaborative de tous.
Lecture associée Les mutations sociétales bouleversent nos modèles de travail, et nos modes.

L’augmentation de l’autonomie des collaborateurs

Augmenter l’autonomie des collaborateurs est une responsabilisation accrue leur permettant de prendre des initiatives pour innover et gérer les situations difficiles. Leur autonomie va donc apporter plus d’horizontalité dans le management d’équipe, mais aussi plus de collaboration grâce à des outils facilement accessibles par tous, à tout moment.

Des structures plus agiles

Dans un contexte de crise, notamment en ce moment avec le COVID-19, les modes de management et les organisations ont souvent besoin d’être ajustés pour mieux répondre aux exigences de flexibilité souhaitées par les clients et la situation. Le modèle organisationnel et économique d’une structure flexible est fondé sur sa souplesse dans le travail, dans sa structure générale des emplois et dans ses ressources humaines.

La création d’un écosystème solide

Les entreprises sont entrées de plain-pied dans « l’ère du co » : co-création, co-design, co-développement, co-branding, co-construction, collectif, collaboratif, écosystème…, une ère caractérisée par la pollinisation des collaborations, des communautés, du collectif et le développement de l’open innovation. A « l’ère du co », savoir penser le rapport à l’autre est devenu un préalable obligatoire à la réussite d’une structure.
Aujourd’hui c’est la diversité des écosystèmes, la variété des acteurs locaux et des compétences qui accompagne la réussite d’une structure et le bien-être de ses collaborateurs.
lecture associée Le territoire et le numérique