Pour favoriser une culture axée sur la donnée, un nouveau poste émerge actuellement en entreprise : celui de Data Literacy Manager dont la mission est de faciliter cette formation et d’assurer le succès de la stratégie d’analytique.

Former l’ensemble des collaborateurs à la Data Literacy

Les entreprises ont désormais pleinement conscience de la valeur de leurs données et des bénéfices métiers qui peuvent en découler grâce à leur analyse. Si elles ont largement investi dans des outils analytiques, il semblerait que ces derniers, et les compétences pour les utiliser, ne soient réservés qu’à un petit groupe au sein de l’entreprise : les spécialistes des données.
Toutefois, pour aller jusqu’au bout du concept et faire de son organisation une entreprise véritablement « data-driven », il est crucial de former l’ensemble des collaborateurs à la Data Literacy, c’est-à-dire de faire en sorte qu’ils développent des compétences pour lire mais aussi analyser, travailler et argumenter avec les données. Une étude réalisée par la Wharton School et le cabinet IHS Markit a démontré que les entreprises ayant un bon niveau de datalphabétisation enregistrent jusqu’à 5% d’augmentation de leur valeur d’entreprise.

Un métier de compétences « douces » avant tout

La mise en place d’une stratégie d’analytique ne peut aboutir sans une composante essentielle, la Data Literacy. Toutefois, donner les moyens à tous de prendre part à cette stratégie n’est pas simple à accomplir. C’est là qu’intervient le Data Literacy manager, qui a pour mission de faciliter son implémentation et de faire le lien entre les attentes métiers et celles des dirigeants.
Si ce manager doit posséder de bonnes connaissances en analytique, qui lui serviront à travailler main dans la main avec les spécialistes des données de l’entreprise, il doit également maitriser certaines compétences « douces », qui lui serviront à communiquer et convaincre. Afin d’aligner besoins métier et vision analytique, le Data Literacy Manager doit disposer non seulement d’une bonne connaissance des différents métiers de l’entreprise, mais aussi d’une certaine aisance verbale, et d’une bonne capacité de persuasion. Ces solides compétences de communicant lui permettront de convaincre l’ensemble des départements, de la finance au marketing pour les inciter à prendre part à la mise en place d’une culture d’entreprise axée sur les données.
Pour une plus forte adhésion des équipes à ses messages, le Data Literacy manager doit se mettre en position de leader et sa capacité à porter ce nouveau sujet en entreprise sera déterminante. En faisant montre de responsabilité et d’intégrité, le Data Literacy manager saura embarquer toute l’entreprise de manière fructueuse. La Data Literacy ne repose pas seulement sur des compétences techniques, il s’agit aussi d’acquérir de nouveaux réflexes, et de connaître les capacités des outils analytiques pour changer son mode de raisonnement et s’appuyer sur la donnée pour prendre les bonnes décisions. Ce sont ces nouveaux comportements que le Data Literacy Manager devra favoriser dans l’entreprise, d’où l’importance de disposer de « soft-skills » qui l’aideront dans sa mission.

Faire avancer l’entreprise à travers la Data Literacy

Qu’il soit promu en interne ou recruté spécifiquement pour ce poste, la première tâche du Data Literacy Manager sera d’étudier la stratégie analytique de l’entreprise et les outils utilisés pour l’implémenter. Un point crucial de la réussite de cette stratégie dépend en grande partie de ces outils et c’est cette évaluation qui permettra de vérifier que les entreprises ont investi dans les bons outils. Une fois la question de l’adéquation entre stratégie analytique et outils résolue, le Data Literacy manager doit s’assurer que les collaborateurs disposent des compétences ad hoc pour utiliser ces outils, et s’ils ne les maitrisent pas encore, alors de proposer la formation appropriée.
Selon une étude publiée en janvier 2020, seulement 19% des employés français indiquent être parfaitement confiants dans leurs compétences en matière de données. Pire encore, seulement 14% des entreprises françaises donnent à l’ensemble des collaborateurs l’accès à des outils d’analyse adaptés à leur niveau. Cette première tâche est donc d’importance critique, puisque sans les compétences pour utiliser les outils d’analyse, la stratégie analytique ne peut réussir.

Si les entreprises réalisent des investissements importants dans les données, l’adoption par l’ensemble des collaborateurs atteint encore de faibles proportions. L’un des principaux défis du Data Literacy manager est de démontrer que la maîtrise des données n’est pas qu’une question technique, qu’il s’agit davantage d’une culture d’entreprise qui sera bénéfique à tous les niveaux tant au management qu’aux collaborateurs qui deviendront plus confiants dans leur prise de décisions. Toutefois, le Data Literacy manager doit également obtenir le soutien des dirigeants pour mener à bien sa mission et cela passe par la mise à disposition de ressources et de capacités. Alors que de nombreux dirigeants déclarent croire pleinement en la maitrise des données, ils doivent désormais joindre les intentions aux actes en donnant les moyens nécessaires au Data Literacy manager pour que l’entreprise devienne pleinement pilotée par la donnée.

Le Data Literacy manager est appelé à jouer un rôle central au sein de toutes les entreprises puisque c’est en améliorant la culture et les compétences en matière d’analyse des données à l’échelle de l’organisation que ces dernières pourront aller plus loin avec l’analytique. Toutefois, pour que cette création de poste soit une réussite, les dirigeants d’entreprises ne doivent pas confondre data science et Data literacy. Si ces deux groupes doivent travailler main dans la main, il est important de bien faire la distinction entre les deux et c’est justement au Data Literacy manager de faire en sorte que les deux se coordonnent, la data science faisant partie intégrante de l’analytique.

En France, la principale difficulté que rencontrent les entreprises pour analyser leurs données est de s’assurer que l’interprétation des analyses est correcte, juste devant le fait de disposer des bonnes compétences, selon une récente étude IDC. Le Data Literacy manager a donc de beaux défis à relever.