Depuis les débuts de l’accélération du numérique dans les années 2010, la prise de conscience de l’impact stratégique de la transformation numérique dans toutes les structures s’est accélérée. Ces transformations profondes que vivent les entreprises sont aujourd’hui une réelle opportunité pour les territoires.
Révolution numérique, transformation numérique, digitalisation des usages, sociétés 2.0, ubérisation, disruption… Aujourd’hui, le numérique transforme nos modèles sociétaux.

Le numérique, levier de performance des territoires

La transformation numérique constitue un enjeu stratégique majeur du développement territorial français. L’objectif est d’offrir une multitude de services connectés capables à la fois de répondre aux nouveaux usages, aux nouveaux modes de consommation des citoyens, mais également d’accompagner la transition écologique. L’aménagement numérique est une clé pour l’attractivité, la compétitivité et l’égalité des territoires. La connectivité numérique est désormais indispensable à tous et partout en tout temps. Pour l’assurer, l’ensemble des territoires doivent pouvoir bénéficier de réseaux fixes et mobiles de qualité.

Penser les territoires en tant qu’écosystèmes

Aujourd’hui, le numérique invite à penser le développement des territoires autour de la notion d’écosystèmes. Dans cette perspective, un territoire doit être pensé en termes d’interactivité entre les talents, les compétences, les innovations, les moyens, les lieux, les idées… Ainsi on voit devenir déterminante la dimension de réseaux et des liens territoriaux. Le territoire est un lieu de rapports sociaux indissociable des notions d’appartenance et d’identité collective, et est sur le plan économique un espace de construction et d’exploitation de ressources spécifiques par les acteurs locaux en interaction.

Ce qui crée la dynamique du territoire c’est la diversité de ses écosystèmes, la variété des acteurs et des compétences, des talents sur lesquels chacun peut s’appuyer. Afin de favoriser l’émergence d’écosystèmes dynamiques, innovants et compétitifs il faut encourager les interactions de ces différents acteurs.
S’inscrire dans une logique d’écosystèmes suppose de mettre en place les outils numériques répondants aux besoins des territoires porteurs de projets pour accompagner le développement et la croissance de ceux-ci.

Lecture conseillée : Management et communication : 100 exercices: Pour gérer l'incertitude et la complexité de Denis Cristol

Des data au coeur des territoires

Le numérique offre des leviers pour transformer les territoires et les data jouent et continueront à jouer un rôle important dans ces transformations, du fait de leur massification et de la diversification de leurs sources, de leur temporalité et de leur socialisation. Les data sont devenues en peu de temps un enjeu politique, économique, social et territorial. Elles enrichissent ainsi potentiellement la connaissance du territoire et de ses usages (données de la marche et du vélo, qualité de l’air, cartographie collaborative…), les services et la personnalisation, les stratégies des acteurs.

Un territoire qui se numérise ne disparaît pas

Le numérique n’a pas dématérialisé la ville, loin de là ; et il est progressivement sorti des écrans pour investir l’espace physique des villes, de façon visible (affichage, vitrines, caméras), tangible (objets connectés) ou invisible. Il influe maintenant sur les contours de la ville (contrôles d’accès et péages urbains), sur ses événements et temps forts (diffusion en direct via des outils tels Périscope, capacité de regroupements « immédiats » via les réseaux sociaux…). Il contribue également à transformer les lieux physiques du commerce et des services, de la culture, de l’éducation, des services publics ou encore du travail. Dans certains cas (banques en ligne, MOOC…), il s’agit de s’affranchir des contraintes physiques et de leur coût ; mais les habitants des territoires continueront à sortir de chez eux.
Dans d’autres cas, le numérique aide à réinventer les espaces physiques, à les programmer autrement, à les adapter aux nouvelles incertitudes du monde et aux besoins d’adaptabilité, de mutualisation…

Loin de décrire une ville numérique « en ligne », il s’agit dès lors de repenser les équipements et les infrastructures avec l’aide de dispositifs numériques qui peuvent permettre de limiter la capacité excédentaire, de faciliter les modèles économiques, de mieux coller aux usages. En dépassant la sidération, il est possible de renforcer la maîtrise collective de nos territoires aux prises avec les leviers numériques et de mettre ceux-ci au service des défis principaux auxquels nous sommes confrontés.
« C’est par le territoire que nous réussirons la transformation
numérique »
Flavien Chantrel.