« Aujourd’hui, pas de stratégie créative, pertinente et efficace sans un écosystème innovant et dynamique » décryptage par Kader Kébaïli, cofondateur InnoPrag et MySherpa.io

Ressource clé de l’innovation

Les entreprises sont entrées de plain-pied dans « l’ère du co » : co-création, co-design, codéveloppement, co-branding, co-construction, collectif, collaboratif…, une ère caractérisée par la pollinisation des collaborations et le développement de l’open innovation. A « l’ère du co », savoir penser le rapport à l’autre est devenu un préalable obligatoire à l’action et notamment à la mise en oeuvre de stratégies d’open innovation. Pour se doter d’une stratégie nationale d’innovation forte, considérer les écosystèmes locaux comme clé de performance est vital.

Le territoire est sur le plan économique, social et sociétal un espace de construction et d’exploitation de ressources spécifiques par les acteurs locaux en interaction. Aujourd’hui c’est la diversité des écosystèmes, la variété des acteurs locaux et des compétences qui fait la richesse et l’innovation des territoires et des entreprises de celles-ci.

Co-création de valeur

Ces dernières années le processus d’innovation a été radicalement transformé notamment avec la transformation numérique. L’innovation est un axe primordial pour rester compétitif, anticiper les tendances, les besoins et utiliser de façon optimale les nouvelles technologies.

Lecture conseillée : Management et communication : 100 exercices: Pour gérer l'incertitude et la complexité de Denis Cristol

Pour garder un rythme suffisant dans leur développement et la proposition de nouvelles offres, les entreprises ne peuvent plus désormais compter uniquement sur leurs ressources internes pour innover. Elles doivent pour survivre créer un écosystème collaboratif et co-créatif. Ce phénomène transforme les stratégies d’entreprise et leurs business modèles.

A l’ère digitale, le modèle de plateforme permet de mettre en oeuvre de nouveaux modèles d’affaires dont la puissance n’est plus à démontrer. Ce modèle prend tout son sens depuis plusieurs années car il repose sur le développement d’écosystèmes de co-création de valeur, de coconstruction, à savoir que la production d’un service peut être lié à plusieurs sources de collectes d’informations qui vont permettre d’en accroître sa valeur.

Penser écosystème

Penser écosystème, c’est “penser comme une montagne”. On doit cette expression à l’écologiste américain Aldo Leopold qui souligna la nature holistique des systèmes naturels et leurs interconnexions complexes. “C’est grimper des sommets”, selon moi. Ces intelligences éco-systémiques sont d’autant plus importantes qu’elles participent à la réduction des risques pris, notamment ceux associés à la co-innovation.

L’écosystème d’affaires est, à la fois, un espace d’opportunités que l’organisation peut explorer et/ou exploiter, et également, une multitude de collaboration flexible, agile et évolutive capable de tirer parti de l’intelligence collective et de l’intelligence collaborative.

Dans les écosystèmes il ne faut pas seulement être acteur, il faut constituer un ensemble de partenaires qui vont créer une multitude d’opportunités. La pensée écosystème est centrée sur l’ensemble des acteurs afin de tirer pleinement partie de l’intelligence collective.