Impulsée par la transformation numérique, la 4ème révolution Industrielle bouleverse les schémas traditionnels des entreprises et oblige ces dernières à s’adapter à un monde en pleine mutation. La démographie, la mondialisation et la technologie imposent de réinventer les modèles socioéconomiques existants. « Se réinventer en donnant la priorité à l’Humain au Collaboratif », telles sont les nouvelles tendances. Accompagner la transformation des métiers, donner du sens, repenser les modes de management et d’organisation, acquérir et fidéliser les talents…, tout cela est en profonde mutation.

Les mutations de notre société

Nous assistons là à un changement de paradigme qui opère un mouvement des anciens vers les nouveaux modèles sociétaux et mentaux qui s’appuient sur de nouvelles conceptions du travail et de nouveaux besoins. De profondes mutations sociétales sont en cours : les collaborateurs ne se reconnaissent plus dans le modèle d’entreprise figé qu’on leur propose. Ils veulent plus de liberté, d’agilité, de flexibilité, de sécurité et de qualité dans ce qui leur est proposé. Le monde est en quête de sens. Ce phénomène a pour conséquence un accroissement profond du freelancing en France avec une augmentation du nombre d’indépendants. Une proximité directe avec le client, la liberté de s’organiser, une flexibilité dans son emploi du temps, … ces composantes modifient en profondeur notre rapport au travail, en particulier pour des collaborateurs habitués à un environnement de bureau.

Émergence des nouveaux modèles de travail

Le travail est en pleine mutation. Il ne ressemble plus à celui d’hier, et entre le remplacement de l’humain par l’IA et la mort du salariat au profit du modèle “freelance”, comme ce à quoi nous assistons depuis une 10 aine d’années (+126% de freelance en 10 ans), nous peinons à dessiner ce qu’il sera réellement dans le futur. Mais les entreprises expérimentent un modèle plus collaboratif et humain.
Le boom du freelancing, de l’entreprenariat, du nomadisme, des tiers lieux … marque un véritable tournant dans nos modèles de travail. Ces nouveaux modes de travail sont de plus en plus nombreux. Ils privilégient leur liberté d’action, et l’épanouissement personnel et la quête de sens sont très importantes.
Les principales qualités de ces travailleurs indépendants sont l’adaptabilité, la flexibilité et l’agilité ! Le progrès technique en constante évolution rend les compétences rapidement obsolètes. L’enjeu du travail de demain est donc de s’adapter et se former aux nouvelles compétences à venir. Côté entreprises, l’adaptation est également un passage obligé. Les organisations devront donc composer avec ces collaborateurs d’un genre nouveau, ces profils atypiques, et apprendre à travailler avec et les gérer. De nouveaux modes de collaboration vont ainsi poindre. Par exemple le travail en remote, l’apparition de tiers lieux, d’espaces de coworking exigent de nouveaux usages. Le fait de n’être plus dans le même bureau, ni dans la même ville, altère les relations de travail et les échanges. Il faut donc repenser totalement la collaboration.

Mise en avant du collaboratif

Le travail collaboratif est un enjeu majeur pourles entreprises, notamment depuis que les équipes travaillent de plus en plus en remote et sont décentralisées. En effet, les modes de travail ont considérablement changé ces dernières années, amenant les équipes à travailler à distance (télétravail, coworking, flex-office ou encore remote…). Au-delà d’être une tendance pour les organisations, la culture du collaboratif apparaît aujourd’hui comme une nécessité, jusqu’à devenir l’un des piliers de l’entreprise de demain. En effet, d’une part, il favorise le bien-être et est porteur de sens pour le collaborateur qui questionne sans cesse son rapport au travail. D’autre part, parce qu’il permet de partager les intelligences, il améliore la productivité, génère ainsi de l’innovation, pour répondre à des attentes business toujours plus exigeantes.

Nouveaux modèles mentaux et organisationnels

La transformation consiste à changer de modèle mental individuel et collectif.
Les schémas mentaux des dirigeants et des cadres sont le premier obstacle au changement des organisations. En effet, lorsque nos modèles sociétaux changent, si les personnes qui constituent une organisation, et en premier les dirigeants et cadres de cette organisation, ne font pas évoluer au même moment leurs schémas mentaux, ils prennent ainsi des décisions fondées sur des hypothèses tronquées et bloquent les transformations nécessaires à la réussite de celle-ci.
Il faut donc, en tout temps, que les cadres et dirigeants se questionnent, intègrent de nouvelles manières de travailler, s’ouvrent sur de nouvelles méthodes, pour intégrer au mieux les mutations de notre société et les transmettre ainsi au sein de leur structure.

A lire ou relire du même auteur