La crise sans précédent que nous traversons a placé, littéralement du jour au lendemain, les entreprises face à des défis immenses. Pourtant, beaucoup de celles dont l’activité reste compatible avec les contraintes actuelles ont su réagir et s’adapter. “Ce qui fait l’homme, c’est sa grande faculté d’adaptation.” (Socrate). La résilience est devenue le maître-mot.

Ruptures de la normalité

Protéger l’entreprise et ses salariés contre le risque est une priorité commune à toutes les entreprises. Longtemps, la gestion du risque a surtout consisté à se couvrir financièrement en cas d’imprévu ou d’incident, via des assurances. Dans un monde stable où les risques sont relativement bien identifiés et anticipables, ce modèle fonctionne très bien. Mais dans un monde qui se transforme et où les risques changent, se protéger devient beaucoup plus complexe.

La crise sanitaire liée au Covid-19 en est une cruelle démonstration. Nous ne pouvons que saluer les mesures exceptionnelles mises en place par l’Etat pour aider les entreprises, notamment d’un point de vue financier. Mais nous savons que, dans cette crise, la continuité d’activité ne dépend pas que des aides financières. Pour un très grand nombre d’entreprises, il a surtout été question de répondre aux contraintes imposées par le confinement. Et pour toutes celles dont l’activité n’est pas incompatible, l’enjeu et l’urgence ont tenu en un mot : télétravail. C’est la capacité à mettre très rapidement les collaborateurs en télétravail, dans les meilleures conditions possibles (disponibilité des outils, sécurité, confort, etc.), qui a permis à bon nombre d’entreprise de poursuivre leurs activités.

Bien évidemment, le télétravail ne fait pas tout, et nous pensons à toutes les entreprises pour lesquelles il n’a pas été une réponse dans le contexte actuel. Nous savons aussi que nous ferons face à d’autres crises, de toutes natures et à différentes échelles. Et le Covid-19 nous enseigne que les ruptures de la normalité peuvent survenir sans prévenir, sous des formes que personne n’attendait.

À chaque crise ses spécificités

Que ce soit à l’échelle du pays ou de l’entreprise, l’impact économique d’une crise est proportionnel à la durée d’interruption de l’activité. Absorber le choc et reprendre l’activité aussi rapidement que possible est essentiel, parfois vital. Mais comment être prêt à faire face aux différentes crises qui peuvent nous toucher, sachant que chacune est unique et, souvent, imprévisible ?

Là aussi, certains enseignements peuvent être tirés de la crise actuelle. Beaucoup d’entreprises disposent d’un plan d’action en cas de crise. Avant le Covid-19, certaines n’ont jamais eu besoin d’y avoir recours. Avec le Covid-19, rares sont celles qui ne l’ont pas déclenché. Sans prétendre qu’il s’agit d’une solution universelle, ces plans ont souvent permis de réagir très vite après l’annonce du confinement, le 16 mars dernier. En l’occurrence, Il a été question de déclencher les procédures techniques et organisationnelles permettant de mettre les salariés en télétravail.
Nous avons également observé que les entreprises qui avaient déjà mis en œuvre ces procédures n’en ont été que plus efficaces. Notamment, toutes les entreprises qui, il y a quelques mois, avaient mis une partie de leurs salariés en télétravail, la grève contre la réforme des retraites ayant impacté les transports publics.
Si chaque crise à ses spécificités et qu’il n’est pas possible de toutes les anticiper, il n’en demeure pas moins qu’il existe certains dénominateurs communs qui permettent de mieux réagir en cas d’interruption de l’activité. Avoir un plan et le tester en conditions réelles est de ceux-là. C’est un socle commun à toute gestion de crise.

Ne pas se laisser paralyser par l’inédit

Si la crise que nous traversons est inédite dans son ampleur, son impact et sa durée, il faut – du point de vue de la gestion du risque – savoir la considérer comme un scénario venant s’ajouter à une liste infinie de situations de crise possibles. Il ne s’agit pas ici de banaliser la crise sanitaire du Covid-19. Elle est exceptionnelle à tous points de vue et elle nous marquera pendant très longtemps. Mais elle ne doit pas nous paralyser. Elle doit au contraire nous permettre de ressortir encore plus forts en tirant les enseignements, avec l’humilité qu’elle nous impose.
Cette capacité, c’est la résilience. La résilience se prépare, se teste, et s’améliore au fur et à mesure. Il n’est jamais trop tard pour la mettre en œuvre, et elle ne sera jamais aussi efficace que si elle est portée et mis à en œuvre par tous.
A lire du même auteur Gestion de la crise Covid-19 :  DSI et DRH, le binôme pour…