La loyauté envers les lois, les hommes et l’environnement

La RSE ou Responsabilité Sociétale des Entreprises est un socle de valeurs pour lequel l’entreprise s’engage librement. Il représente la responsabilité de l’entreprise vis-à-vis de ses engagements en matière de respect de l’environnement, du développement durable, du respect de l’homme et des conditions de travail dans ses services, mais aussi en matière de choix des sous-traitants, des fournisseurs et partenaires, du respect des normes internationales… En s’impliquant dans la RSE, l’entreprise s’engage à évoluer et à opérer ses choix en tenant compte de ces valeurs, quoi qu’il arrive et quels que soient ses changements de cap. Un mot d’ordre pour synthétiser la RSE : la loyauté, celle de l’entreprise envers les lois, les hommes et l’environnement.

Article connexe : RSE 10 exemples à mettre en oeuvre

La RSE et la norme ISO 26 000

Le concept de RSE a fait surface dans les années 60, sous forme de courant de pensée, avant d’être saisi par l’OCDE qui décide en 1976 d’instaurer un ensemble de principes directeurs à destination des multinationales. De nombreux textes, chartes, livres blancs ont vu le jour avec pour l’entreprise la liberté d’y adhérer pleinement ou non. En 1999, un « pacte mondial » instaure les 10 commandements de la RSE sur l’initiative du secrétaire général des Nations-Unies. En 2010, la norme ISO 26 000 encadre la responsabilité sociétale des organisations à échelle internationale. Elle ne comporte pas d’exigences, plutôt des recommandations, ce qui fait qu’aucune certification officielle n’est possible pour les entreprises. La norme ISO 26 000 est une sorte de liste approfondie des bonnes pratiques en matière de responsabilité sociétale. Les thématiques abordées sont divisées en plusieurs parties : les droits de l’homme, les relations et conditions de travail, l’environnement, les pratiques fiscales et financières (corruption, respect des normes comptables…), la loyauté envers les consommateurs, l’implication auprès de la communauté et le développement local.

Article connexe : RSE et reporting montent en puissance en France

logo iciformation

Réalisez votre bilan de compétences
chez vous

Vous souhaitez consolider vos compétences, évoluer dans votre carrière ou avez envie de vous reconvertir ?

Le bilan de compétences vous permet de faire un point sur votre projet.

Contactez votre organisme à distance et financez votre projet grâce à vos droits CPF !



La démarche RSE impacte les pratiques des entreprises 

Les entreprises qui adhèrent à la norme issue de la RSE, et même celles qui ne la connaissent pas et ont un souci de loyauté économique, ont vocation à modifier leurs pratiques à plus ou moins grande échelle au sein de leurs services, celui des ressources humaines étant le premier concerné. La RSE implique le bien-être au travail, comme l’instauration de plans de prévention de risques psychosociaux, la mise en œuvre de politiques de non-discrimination à l’embauche, les mesures variées concernant l’amélioration de la vie personnelle-vie professionnelle de son effectif. Elle concerne aussi des actons de sensibilisation de l’entreprise auprès de ses clients et partenaires quant à l’impact de leur choix sur l’environnement, le développement de partenariats avec certaines associations ou des structures de l’enseignement, des actions de recyclage des déchets… Les champs d’application de la RSE sont larges !

Lecture associée : RSE : 10 exemples à mettre en oeuvre

Avant tout, une question de bon sens et de respect

Instaurer la RSE dans la vision globale de son entreprise nécessite de prendre chacune de ses décisions stratégiques en fonction du socle de valeurs qu’elle représente. Si 64 % des entreprises françaises de plus de 50 salariés connaissent la RSE et affirment la « pratiquer » dans leur organisation (données INSEE), une minorité ne la connait pas et estime ne pas suivre de bonnes pratiques en ce sens (12 % des entreprises françaises). Pourtant, nombreuses sont les TPE/PME qui sans le savoir appliquent la RSE. Car le concept est avant tout une question de bon sens et de respect,  des valeurs auxquelles de plus en plus de jeunes entreprises adhèrent d’office, sans se soucier de signer une charte ou de l’inclure officiellement dans leur effectif puisqu’elles sont finalement la base d’une économie saine et prospère. La RSE est plus qu’un enjeu de société, elle devrait être la base de travail pour tous.

Les 10 commandements de la RSE (le Pacte Mondial des Nations Unies)

Les entreprises sont invitées à :
– promouvoir et à respecter la protection du droit international relatif aux droits de l’homme
– veiller à ne pas se rendre complices de violations des droits de l’homme
– respecter la liberté d’association et à reconnaître le droit de négociation collective
– contribuer à l’élimination du travail forcé et obligatoire
– contribuer à l’abolition effective du travail des enfants
– contribuer à l’élimination de toute discrimination en matière d’emploi et de profession
– pratiquer l’approche de précaution aux problèmes touchant à l’environnement
– prendre des initiatives tendant à promouvoir une plus grande responsabilité en matière d’environnement
– favoriser la mise au point et la diffusion de technologies respectueuses de l’environnement
– agir contre la corruption sous toutes ses formes, y compris l’extorsion de fonds et les pots de vin.

[asa]2843772117[/asa]