Publicité
Publicité

Les 7 femmes qui ont influencé Davos en 2018

Chetna Gala Sinha crédit photo cafral.org.in

Le Forum Economique Mondial de Davos a réuni plus de 3 000 personnalités autour de 400 conférences : chefs d’État, chercheurs, chefs d’entreprise, personnes influentes… pour réfléchir sur l’économie dans le monde, les droits de l’Homme, les nouvelles technologies, le réchauffement climatique... Et pour la première fois, la présidence de Davos a été confiée à 7 femmes, chargées d’organiser et d’animer les débats de l’un des événements mondiaux les plus influents. Portraits de ces femmes influentes.

Chetna Gala Sinha,
l’entrepreneuriat
des femmes en Inde

Chetna Gala Sinha, 59 ans, indienne originaire de Bombay, diplômée de commerce et d’économie de l’Université de Mumbai a fondé la Mann Deshi Mahila Sahkar, un organisme de microcrédit destiné à financer le projet entrepreneurial de femmes indiennes qui vivent en zone rurale. Cette banque, première du pays consacrée aux femmes et à leur émancipation, un sujet primordial en Inde, a été reconnue par la Banque de réserve du pays. En 2017, Chetna Gala Sinha a reçu le prix du leadership au féminin par le magazine Forbes en Inde.

PUBLICITE

Christine Lagarde crédit photo contrepoints.org

Christine Lagarde,
l’incontournable de Davos

Présidente du FMI et ancienne ministre des Finances, Christine Lagarde est l’incontournable de Davos, elle a su rester au sommet malgré quelques tempêtes médiatiques qui ont déstabilisé sa carrière, comme l’affaire Tapie dans laquelle elle a été reconnue coupable de négligence. Diplômée de l’Institut d’Études Politiques d’Aix-en-Provence, elle fait ses armes aux États-Unis où elle exerce le métier d’avocat. Nommée ministre déléguée du commerce extérieur par Dominique de Villepin en 2005, sous la présidence Chirac, elle sera véritablement connue du grand public sous la présidence Sarkozy comme ministre des Finances. Désignée en 2009 meilleure ministre des Finances de la zone euro par le Financial Times, elle remplace DSK à la tête du FMI en 2011 et exerce toujours cette fonction depuis le renouvellement de son mandat en 2016.

Isabelle Kocher,
le CAC 40 à Davos

Isabelle Kocher, peut-être celle qui a inspiré le film « Numéro Une » de Tonie Marshall, directrice générale du groupe Engie, est la seule dirigeante du CAC 40. Normalienne, agrégée de physique et diplômée des mines, un DEA en optique quantique, elle peut se targuer d’un parcours brillant, elle a également exercé à la direction financière de GDF Suez après une expérience au ministère de l’Économie puis aux affaires industrielles sous le gouvernement Jospin, et a participé à la création d’EADS, de Thales et d’Areva.

PUBLICITE

Fabiola Gianotti crédit photo gianangelopistoia.eu

Fabiola Gianotti,
« reine des particules »,
1ère femme à diriger le CERN

Fabiola Gianotti, italienne, physicienne, surnommée « la reine des particules »  est très connue dans la communauté scientifique mondiale. Nommée en 2016 à la direction de l’organisation européenne pour la recherche nucléaire (CERN), première femme à occuper ce poste depuis la création du centre en 1954, Fabiola Gianotti travaille notamment sur le fameux LHC (grand collisionneur de hadrons), le plus grand accélérateur de particules au monde, basé au CERN.

Sharan Burrow crédit photo industriall-union.org

Sharan Burrow, syndicaliste
pour les droits de l’Homme
dans le monde

Sharan Burrow, australienne née en 1954, diplômée de l’Université de New South Wales, a été professeur avant de s’engager dans le combat syndical. A la tête du conseil australien des syndicats entre 2000 et 2010, elle est devenue à partir de 2010 secrétaire générale de la Confédération Syndicale Internationale (CSI), un syndicat chargé de défendre les droits et les intérêts des travailleurs dans le monde entier. Au travers de son poste à la CSI, Sharan Buzzow coopère avec la majorité des syndicats dans le monde et intervient auprès de nombreuses institutions, notamment au sujet des droits de l’Homme.

Erna Solberg crédit photo wikipedia

Erna Solberg, femme politique
norvégienne depuis 1989

Erna Solberg, née en 1961 à Bergen, suit des études en science politique et en économie, est élue députée à l’âge de 28 ans, membre du Parlement norvégien depuis 1989, elle devient Première ministre de Norvège en 2013. Surnommée « Erna de fer » pour ses prises de positions conservatrices, notamment concernant l’immigration lorsqu’elle occupait la fonction de ministre des collectivités locales, elle fait partie du paysage politique, économique et médiatique de la Scandinavie depuis de nombreuses années.

Virginia Rometty crédit www.cio.com

Virginia Rometty,
la touche Tech’ de Davos

Diplômée d’informatique et de génie électrique de l’Université Northwestern, Virginia Rometty débute son parcours professionnel chez General Motors, avant d’entrer chez IBM en 1981 comme ingénieur système. Elle y passe toute sa carrière et gravit les échelons jusqu’à devenir PDG d’IBM Monde en 2012. Membre du conseil d’administration de l’assureur American International Group de 2002 et 2009, le magazine Fortune l’a classée en 2011 7ème femme la plus puissante du monde des affaires (top 50). En 2014 et 2017, elle est classée 10ème femme la plus puissante du monde par le magazine Forbes.

Réagissez à cet article

0
0
0

Abonnez-vous GRATUITEMENT aux digests du magazine.
[Modifiez à tout moment la fréquence de réception ou annulation ]

x