La douche créative

Vous pensez être très productif alors que souvent vous ruinez vos capacités de prise de décision. La vie du cadre aujourd’hui est haletante. Vous devez prendre des décisions de plus en plus vite, répondre à des e-mails sur le champ, et multiplier les réponses envahissantes venant de l’intérieur comme de l’extérieur. Tout au long de la journée, vous accélérez votre rythme, l’œil régulièrement pointé sur votre liste de tâches de la journée. Vous vous croyez très productif, rien n’est moins sûr, car si vous faites front à une multitude de sollicitations dans un temps serré, vous négligez la qualité de ce que vous faites, et la tête dans le guidon vous ne voyez pas loin. Pour Kevin Cashman, associé principal au sein du cabinet Korn Ferry et auteur du « Principe de pause », courir toute la journée est un obstacle à la productivité. Au lieu de faire plus, vous devez faire moins mais mieux. Pendant plus de 10 ans, il a constaté que les meilleures idées des cadres et dirigeants venaient dans la majorité des cas sous la douche, en faisant du sport ou au cours d’un trajet.

Les vertus de la pause

Les avancées les plus innovantes, les éclairs de perspicacité, et les solutions sont découvertes, non pas dans le feu de l’action, mais lorsque vous prenez une pause. Pour Cashman, nos lieux de travail modernes sont devenus trop focalisés sur la performance et empêchent les percées créatives. Les cadres sont récompensés pour leur vitesse et punis s’ils ralentissent. Le style de management doit donc être repensé pour récompenser plus le but que la performance. Si la performance est le but, la seule solution est d’aller plus vite, et faire plus et mieux avec moins, ce qui n’est simplement pas durable. Un environnement de travail axé sur la performance brûle de l’énergie, une culture axée vers objectif en donne. Prendre le temps de préciser le but de l’organisation donne un sens supérieur au travail, et implique les équipes dans leur job, les rendant de fait plus productifs et innovants. Pour y parvenir, nous avons besoin de faire une pause. Pas un voyage sur une plage de sable blanc avec des cocotiers, mais se ménager ou manager une plage horaire pour ralentir, faire une pause, dans un but précis.

Prendre du recul pour mieux avancer

Classique des classiques, prenez un peu de recul pour examiner vos propres forces, vos zones de développement, et votre système de valeurs. Le « Connais-toi toi-même » est à pratiquer régulièrement pour faire le point sur soi, mesurer le chemin parcouru, réfléchir à ce que l’on veut maintenant faire. La pause peut consister à commencer le matin en se donnant le but de la journée. Noter les priorités du jour pour rester orienté sur la bonne voie et faire à la fin de la journée le point sur la manière dont vous avez atteint ses buts du jour.

Consacrer du temps aux autres

Prendre le temps d’aider les autres par le coaching et le mentorat est rentable et gratifiant. Le coaching, qui est une des compétences les plus déterminantes et généreuse du leader, est souvent peu pratiquée. Planifier des plages horaires dédiées à l’encadrement des membres de votre équipe vous aidera à créer une équipe plus forte et plus unifiée et cimentera pour votre entreprise les fondamentaux d’un succès sur le long terme.

Arrêter pour innover

Cela reflète la nécessité de ralentir pour vous permettre de voir les différentes dimensions d’une situation ou d’un problème, d’encourager un processus de collaboration et de permettre l’éclosion et l’expression des innovations. Investissez dans une journée, demandez à votre équipe d’arrêter de se concentrer sur son travail régulier et de travailler en équipe sur un projet de création de leur choix. Une pause développe l’innovation car elle facilite l’expression de percées créatives.