Éviter l’auto-dénigrement

Quand cela va mal, quand les circonstances vous contrarient, quand vous faites une erreur, cela ne sert à rien de vous culpabiliser. Mieux vaut prendre pleinement conscience de la situation sans porter de jugement, et faire ce que vous avez à faire en préservant votre calme et votre confiance en vous.
Vous aimerez aussi  : Comment avoir une super confiance en soi

Pratiquer la résilience

La «résilience» dans le travail, c’est la capacité à récupérer rapidement vos esprits et votre énergie pour faire face de nouveau à l’adversité. Inutile de passer du temps à de stériles récriminations ou à blâmer les autres. Cultivez votre résilience loin de toute vaine culpabilité ou excuses superfétatoires. Le résilient récupère et s’investit de nouveau dans l’action.

Evacuer toute rancune

Une des clés pour être heureux au travail est d’évacuer toute rancune. La conserver, c’est vous arc-bouter dans un rapport de force, refuser les événements, les vivre comme une véritable injustice ou une amère désillusion. C’est surtout une impasse relationnelle. Et nettoyer cette plaie passe par le pardon qui exige d’abandonner tout désir de vengeance, une réaction égoïste pour vous libérer d’une  situation qui vous piège.
Vous aimerez aussi : Pardonner à celui qui licencie

Bannir toute jalousie

Ne perdez pas de temps à être jaloux. Si vous êtes pris de jalousie envers un collaborateur, vous devriez plutôt voir en lui un modèle plutôt qu’un rival et identifier finalement ce que vous convoitez afin de vous demander comment à votre tour réussir. Agir plutôt que vous laisser aller à de la frustration professionnelle vous rapproche de la réussite et diminue le poison en vous jusqu’à vous convaincre de faire mieux que celui qui vous irrite.
Vous aimerez aussi : La jalousie au travail, comment la manager

Trouver la passion en vous, pas dans votre travail

Vous pouvez fantasmer sur le job de vos rêves, super bien payé, socialement valorisant, au milieu de collègues brillants et sympathiques. Rechercher cette situation quasi parfaite ou même croire qu’elle existe peut être néfaste. Au lieu de penser à vous, à votre situation personnelle et à ce que vous pouvez en retirer comme bénéfice, identifiez-vous plus comme un acteur dans l’entreprise et la société qui apporte aux autres une aide et des avantages dont ils vont profiter dans leur vie.

Ne pas regarder les autres comme des machines

Naturellement nous jaugeons les autres égoïstement en fonction de ce qu’ils peuvent nous apporter ou faire pour nous, nous nous agissons tout naturellement avec sympathie à l’égard de notre hiérarchie en raison de l’aide qu’elle peut nous apporter. Plutôt que de se comporter avec quelqu’un en fonction de son rôle, mieux vaut le considérer avant tout comme un être humain et instaurer une relation interpersonnelle.

Se projeter dans 10 ans

La plupart des problèmes auxquels vous étiez confronté il y a 10 ans ont disparu de votre vie. Procéder à la même gymnastique dans le temps, et dites-vous que ce qui aujourd’hui vous apparaît gigantesque et insurmontable vous semblera anecdotique quand vous vous en souviendrez dans 10 ans, à moins que vous l’ayez complètement rayé de votre mémoire.

Se libérer de tout modèle de bonheur

Si vous mettez le bonheur dans un poste déterminé dans un secteur arrêté et une entreprise identifiée, vous connaîtrez déboires et déceptions. Ou si vous placez le bonheur dans un montant précis de rémunération. Vous trouverez le bonheur à une période non prévisible dans un poste que vous ne visez pas, on trouve souvent son destin professionnel par des chemins que l’on a pris pour l’éviter.

Investir dans le processus, pas dans le résultat 

Les résultats sont totalement hors de votre contrôle. Si vous vous concentrez sur un objectif, une cible, un résultat, sur ce vous espérez, vous risquez d’être souvent déçu. Mieux vaut vous concentrer sur la façon dont vous devez vous y prendre pour l’atteindre.

Oublier le multitâche pour la pleine conscience

Le multitâche conduit rarement au bonheur, il vous fait vous investir dans de nombreuses actions et les assumer très rapidement donc souvent ou incomplètement. Plutôt que travailler tous azimuts pendant quelques minutes à chaque fois, augmentez progressivement le temps accordé à chacune, et prenez vraiment conscience de ce que vous faites, en ayant éteint tout appareil électronique. A la longue, vous accomplirez beaucoup plus et avec moins d’effort.