Selon la loi, il n’y a pas de délai légal, ni obligation de prévenir son employeur de la grossesse. Cependant, afin de ne pas générer une mauvaise relation avec son patron, ainsi que pour protéger votre santé, et celle de votre bébé, il est préférable de lui annoncer, et assez vite en général dès le 71ème jour de grossesse. Convenez d’une entrevue avec votre patron, et annoncez-lui la nouvelle, en lui précisant bien, que cette annonce “officieuse” sera suivie d’une plus officielle par écrit ou par lettre, de préférence en recommandé, avec un accusé de réception où vous joindrez en plus de votre annonce, un certificat médical attestant de la grossesse, la date de naissance prévue, ainsi que la date de vos congés maternité. Il existe des modèles de lettre type, reprenant tous les points que vous devez mentionner. Dans tous les cas, assumez la situation, faites en sorte de rassurer votre patron, organisez votre absence, en déléguant vos responsabilités à des personnes compétentes.

Une annonce toute en délicatesse

A vous de choisir le moment opportun pour annoncer votre grossesse à votre supérieur hiérarchique. Evitez de le faire entre deux réunions et différez votre annonce si une mauvaise nouvelle a mis votre hiérarchique dans un état de nervosité. Mettez vous à la place de votre patron, et imaginez les questions qu’il va aussitôt se poser. Vous n’avez pas à vous excuser, bien au contraire, encore une fois assumez votre grossesse. Dans votre dialogue avec votre patron, réveillez en lui sa fibre paternelle ou maternelle, cela facilitera l’échange. Il a sûrement déjà connu ce que vous vivez. A vous de présenter cet événement comme un heureux événement pour vous, mais aussi pour l’entreprise qui retrouvera une cadre mère de famille et encore plus épanouie, donc plus efficace pour l’entreprise. Précisez bien tout de suite, que votre absence va bien se passer, vous y avez pensé et allez mettre en place avec lui les conditions de votre « intérim »
Pour approfondir le sujet Comment annoncer sa grossesse à son patron

 

Défendez vos droits et votre confort

Fréquents sont les cas de femmes enceintes victimes d’une discrimination. Sachez bien que vous avez le droit de ne pas mentionner votre état de grossesse, si vous ne le désirez pas, tout médecin du travail révélant votre grossesse à votre employeur est un délit puni par la loi. Vous avez aussi droit, de vous absenter de votre lieu de travail pour votre rendez-vous mensuel, en fournissant un certificat médical. Vous avez en outre, la possibilité d’aménager votre temps de travail, selon votre convention collective, ainsi qu’à être affectée à un autre poste sans baisse de salaire, si vous êtes amenée à manipuler des produits toxiques ou dangereux.
Pour approfondir le sujet  Cadres enceintes : bien préparer son congé maternité

Travailler jusqu’au dernier moment

Si vous connaissez une grossesse “facile”, c’est-à-dire sans complication particulière, vous pouvez pratiquement travailler jusqu’au dernier moment. Le congé maternité dure en effet 16 semaines au minimum, dont 6 semaines avant la date présumée de la naissance, et 10 semaines après la naissance. La femme enceinte peut renoncer à une partie de son congé maternité, et “travailler pendant son congé”, en respectant les périodes d’interdiction d’emploi, c’est-à-dire une période de 8 semaines, dont 6 comprises après l’accouchement. Vous devez déclarer renoncer à votre congé, il est en effet illégal de travailler pendant son congé maternité, qui est équivalent à un congé maladie ; travailler durant cette période est considéré comme une fraude.
Pour approfondir le sujet  5 idées reçues sur la femme dirigeante
Bien annoncer sa grossesse à son patron est indispensable, mais le meilleur  moyen de le rassurer, c’est de lui faire part de  vos projets à votre retour, lui montrer votre engagement à ses côtés et vos ambitions dans son entreprise.  Pas de panique, vous n’êtes pas coupable, mais responsable de l’avenir d’un nouveau né. Rien n’est plus joyeux que d’annoncer un heureux évènement, même à son patron , à condition de bien s’y prendre!

1 COMMENTAIRE

  1. Je trouve très judicieux cet article, les femmes cadres souvent s’excusent presque d’être enceintes et l’annoncent comme un fait embarrassant (embarasada en espagnol veut dire enceinte…). Il me semble pourtant que c’est le retour de maternité qui est le vrai souci et la vidéo semble confirmer ce point de vue. Les cadres ambitieuses ne devraient pas hésiter à se faire accompagner pour le retour de congé: physiquement, mentalement, etc. Pour l’avoir vécu moi-même, l’accompagnement permet de gérer son énergie au travail, de retrouver du sens (peut être un sens différent, créer un entreprise?)et d’être un peu tendre avec soi… Valérie, coach de dirigeants

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.