Résultat attendu : briller de charisme

La gestion du carburant pour une Formule 1 est une des clés de son succès. Imaginons que vous en soyez une, alors :
– Il vous faut du carburant pour rouler
– Votre réservoir a une capacité limitée
– Vous ne pouvez vous recharger qu’après la course
– Vous n’acceptez que du carburant
– Vous gérez votre consommation (rouler souplement, décrasser le moteur… etc)
– Le mode d’emploi du carburant est inscrit à l’intérieur, sur le réservoir par exemple.
Admettons que ce rapprochement Formule 1 soit pertinent : le mode d’emploi de votre énergie est inscrit en vous. Simplement, il faut arriver à le lire : où est votre réservoir ? Dans quelle langue est écrit son fonctionnement ? Comment l’utiliser pour être au top ? Comment économiser du carburant ? Et une question spéciale organisme vivant : comment générer du carburant ? Cet article est un guide de lecture pour vous pour devenir une Formule 1, à appliquer régulièrement ou en cas de besoin.
Prendre des notes peut vous servir et en mode opératoire, observez-vous en suivant les étapes de cet exercice qui comporte trois parties : le corps, le mental et les émotions, les 3 principaux réservoirs d’énergie. En préambule, posez-vous 2 questions :
– A quel niveau est votre jauge, sur une échelle de 1 à 10 ?
– A quel niveau souhaitez-vous qu’elle soit ?

Vous aimerez aussi : Comment tuer votre stress en 51 coups de grâce

Observer l’énergie de votre corps

Le carburant du corps est composé d’air et de nourriture. Le corps se repose allongé et se régénère en mouvement. Selon les médecins, le froid et la digestion sont les plus énergivores. Ce travail d’observation, vous pouvez le faire sur une semaine par exemple.
– Que mangez-vous ?  Dans quel état êtes-vous après un repas ? Au bout de quelques heures ?
– Comment mangez-vous ? Que vous disent vos papilles ?
– Prenez-vous le temps d’apprécier avant d’avaler ? Votre digestion est-elle fatigante ou indolore ?
– Sentez-vous l’air qui entre et sort ? Où est-il passé ?
– Sentez-vous le passage de l’air dans vos narines ?
– Bougez-vous suffisamment pour vous aérer ?
– Qu’est ce qui vous fait du bien physiquement ?
– Vous réveillez-vous en forme ?
– Faites vous des pauses énergisantes dans la journée ?
–  Avez-vous mal quelque part ? Où ?
–  Dans quel état est votre corps ? “Scannez-le”.
Toutes ces activités corporelles vous apportent-elles de l’énergie ? A quel niveau est votre jauge après l’exercice ?

Vous aimerez aussi : Pourquoi le golf est bon pour votre santé et vos affaires

Observer le mental

Le mental c’est pour faire simple votre cerveau. Il est connecté au système nerveux et aux hormones (et à tout le reste d’ailleurs). Les pensées ne se voient qu’au travers de la réponse corporelle et émotionnelle.
Travail d’observation.
– Pouvez-vous sentir votre cerveau ? Où se situe-t-il dans votre tête ? Touchez et sentez votre crâne.
– A quoi pensez-vous ? De quoi vous parlez-vous ?
– Comment qualifieriez-vous ces pensées ? Sont-elles positives ? Négatives ? Répétitives ? Adaptées ? Vivantes ? En couleur ?
– Comment vous sentez-vous après avoir pensé ? Êtes-vous nerveux/nerveuse ? Détendu(e) ?
– Où sont vos tensions ? Dans votre tête ? Dans votre dos ? Dans votre cou ?
– Bougez un peu : d’autres tensions apparaissent ? Où ?
Ne faites rien d’autre qu’observer. Changer, réparer ou aller mieux , c’est pour une autre fois. Restez simple. A quel niveau est votre jauge après l’exercice ?

Observer les émotions

Les émotions les plus courantes sont la peur, la colère, la joie et la tristesse, et vous observer est particulièrement efficace lors d’un raz de marée d’une de ces émotions.
– Dans quelle humeur êtes-vous aujourd’hui ? Est-ce léger ou lourd ?
– Cette humeur vous prend ou vous donne de l’énergie ?
– Pouvez-vous nommer l’émotion que vous ressentez ?
– Quel est l’impact ? L’émotion vous fatigue ? Elle vous tend ?
– Êtes vous détendu(e) ?
– L’émotion vous traverse ? Que reste-t-il de son passage ?
– Comment vous sentez-vous maintenant ?
– A quel niveau est votre jauge après l’exercice ?

Lecture connexe: Pourquoi l’intelligent émotionnel réussit

Observer l’observateur

Comment vous y prenez-vous pour observer ?
Quelle intensité mettez-vous dans votre regard sur vous-même ?
Est-ce agréable, pénible ?
Dans quel état vous met l’exercice d’observation ?
Toutes ces observations doivent vous permettre de récupérer énormément d’énergie. Maintenant que le fuel est là, il reste une question fondamentale : pour vous, réussir, c’est quoi ?

Vous aimerez aussi : Comment faire bonne impression en 30 secondes