Selon plusieurs études, rester assis plus de onze heures par jour peut raccourcir votre espérance de vie de plusieurs années. D’où la nécessité de raccourcir le plus possible le temps où l’on est obligé de rester cloué à son fauteuil devant son ordinateur. Voici quelques conseils.

Plus de 11 heures assis par jour diminue votre espérance de vie

Le verdict est sans appel : selon une étude australienne menée auprès de 220 000 résidents de l’Etat du North South Wales en Australie, les adultes qui restent assis plus de 11 heures par jour augmentent de 40% leur risque de mourir trois ans avant ceux qui sont assis moins de 4 heures par jour. Les adultes qui restent assis de 8 à 11 heures par jour augmentent leur risque de mourir plus tôt de 15%. Selon une autre étude réalisée par des chercheurs américains et publiée l’an dernier dans le British Medical Journal, les personnes qui réduisent à trois heures la durée qu’ils passent en position assise gagnent en moyenne deux ans d’espérance de vie.

Quelles sont les raisons de ces chiffres ? Pour le chirurgien Guy-André Pelouze, chaque fois que nous nous arrêtons d’avoir une activité physique, nous créons un handicap. Le fait d’être assis est une voie directe vers le diabète. On détériore le cerveau et les muscles, on n’a plus de muscles ni dans le dos ni dans les fesses. D’où une espérance de vie considérablement réduite. Les risques sont ceux que l’on connait : l’obésité, le diabète de type II, les infarctus précédés par une augmentation du rapport taille/hanche.

Quelles solutions ?

L’idéal serait de pouvoir rester debout au travail. Comme concrètement cela est difficile, le mieux est de se lever toutes les trente minutes. On peut prévoir d’aller voir un collègue plutôt que de lui envoyer un email, de se dégourdir les jambes dans le couloir, de faire une pause café, de passer un coup de fil debout ou même d’organiser des réunions debout. Il est aussi possible de pratiquer une activité physique avec le poids du corps, conseille Guy-André Pelouze, en faisant par exemple des pompes ou des levées de genoux.

Sur le trajet pour aller au bureau, on privilégie les déplacements à pied en préférant les escaliers aux escalators et à l’ascenseur. Chez soi, on fait des pauses toutes les demi-heures quand on est devant l’ordinateur et devant la télévision et on profite pour s’étirer les bras et les jambes.
étude australienne menée auprès de 220 000 résidents de l’Etat du North South Wales en Australie.

2 Commentaires

  1. Intéressant d’apprendre que 200 salariés de Facebook (sur un effectif de 2000 personnes) auraient accepté de travailler debout devant leur ordinateur sans chaise ou avec un siège en hauteur, pour une position intermédiaire… Et vous chers internautes êtes-vous prêts à travailler debout ?

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.