Comparaison n’est pas raison

L’entreprise est un terrain favorable au sentiment complexe de la jalousie. Vous y êtes comparé aux autres et mis en compétition. Prenons l’exemple suivant, vous êtes régulièrement félicité par votre patron et vous pensez être promu jusqu’à ce que vous appreniez que le poste que vous convoitiez est confié à un de vos collègues. Vous ressentez injustice, incompréhension, rancune et jalousie. Mieux vaut dans ce cas prendre du recul et chercher comme faire de la jalousie un levier de carrière. La décision qui vous déplaît n’a peut-être pas été prise en fonction d’une comparaison de votre potentiel avec celui de l’autre. La jalousie est un sentiment très humain, qui ne doit pas ruiner votre carrière  mais la relancer. C’est possible si vous puisez votre motivation dans cette compétition et transformer la jalousie en rage de vaincre. Vous remettrez en question vos façons de faire et vos comportements, le meilleur moyen de prouver votre valeur et de réussir. Transformez cette émotion et utilisez-la comme tremplin pour rebondir et vous dépasser.

Lecture recommandée La jalousie au travail, comment la manager 

Celui qui inspire la jalousie vous indique le chemin à suivre

Pour commencer, faites preuve de curiosité sur vous-même, vous en valez la peine et posez-vous des questions aussi basiques que : Qu’est-ce qui est important pour moi ? Qu’est-ce qui me rend heureux ? Qu’est-ce que je cherche à atteindre ? Qu’est-ce que je veux éviter ? Vous pouvez aussi vous demander ce qui vous rend enthousiaste. Le moyen le plus efficace d’identifier la direction que vous devez prendre réside dans ce qui vous inspire la jalousie. Sans filtrer ou interpréter ce qui vous vient à l’esprit, notez plus fidèlement ce qui émerge, sans le déformer, car vous tenez probablement la vraie réponse.  Même si vous lui attribuez une connotation négative, d’une manière inconsciente, celle ou celui qui vous inspire cette réaction, vous indique en fait la destination que vous devez donner à votre vie.

A lire aussi Arrêtez d’être votre pire ennemi

Lecture conseillée : Management et communication : 100 exercices: Pour gérer l'incertitude et la complexité de Denis Cristol

Distinguer la bonne de la mauvaise jalousie

Vous pouvez en retirer des avantages si vous découvrez vos atouts à travers l’objet de votre jalousie, comme envier la position d’un collègue, son titre, son pouvoir dans les affaires, sa réussite financière. Vous devez approfondir votre réflexion. Pour les chercheurs, il existe deux sortes de jalousie : la malveillante et la bénigne. La malveillante plonge dans des sentiments destructeurs des autres et de vous-même, alors que la bénigne peut vous aider à vous améliorer. Vous la ressentez quand la seule pensée d’une personne vous met mal à l’aise. C’est le signe que vous êtes sur la bonne voie. Au-delà de l’apparence de la réussite de l’autre, demandez-vous ce qui véritablement sous-tend cette envie, vous découvrirez souvent une idée, un concept, une conquête, un cause noble, des valeurs…  et si vous ne découvrez pas ces formidables leviers, c’est que votre jalousie est plutôt malveillante.
Pour découvrir vos dons, il faut parfois avancer en dehors de votre zone de confort et avoir un regard plus profond sur ce que vous souhaitez aiguillonner au niveau inconscient.  Vous poser la question  de savoir de qui vous êtes jaloux entraîne votre esprit vers l’inconfort, pourtant si vous écoutez bien ce qui se passe, vous êtes entrain d’aborder la prochaine étape de votre carrière.

Lecture recommandée  Pour réussir, mieux vaut construire un plan de développement de carrière