Crise du Coronavirus et confinement oblige : des startups se creusent la tête pour aider ceux qui le souhaitent à gagner de l’argent sans sortir de chez eux. Ecrire les dissertations ou corriger les mémoires d’étudiants, draguer en ligne pour le compte d’autrui, vendre ses mots de passe Netflix : voici les idées les plus saugrenues.

Service, animation, accueil : des métiers qui ont disparu avec le confinement

Les entreprises sont lourdement touchées par la crise du Coronavirus, mais de nombreux étudiants ou demandeurs d’emploi se retrouvent également financièrement impactés. Service de restauration et cuisine, réception, accueil, animation touristique ou de loisir, gardiennage d’enfants … Autant de métiers, souvent exercés par les jeunes pour arrondir les fins de mois, qui ont purement et simplement disparu depuis le confinement.
Certains entrepreneurs ont bien compris le besoin de ces jeunes et rivalisent d’idées pour les aider à gagner de l’argent autrement pendant la crise du Coronavirus. Voici les idées entrepreneuriales (plus ou moins saugrenues) qui aident les étudiants confinés (ou tous ceux qui le souhaitent) à arrondir leurs fins de mois.

Une plateforme pour faire les devoirs des étudiants à leur place

La startup Pimido met en relation des étudiants avec … d’autres étudiants afin qu’ils rédigent ou corrigent les dissertations, des études de cas, des commentaires d’arrêts (faculté de droit), des mémoires et autres exercices scolaires et universitaires. Si vous êtes étudiant, vous pouvez, soit demander à un autre étudiant de vous faire vos devoirs moyennant finance, soit proposer vos services de rédacteur ou correcteur, en fonction de votre cursus et de vos connaissances universitaires.
Il faut savoir que la startup existait déjà avant la crise du Coronavirus, mais elle a enregistré un bond d’inscriptions depuis le début du confinement.
Lecture associée Coronavirus : Code du travail, RTT, congés payés, prime Macron … Tout ce qui change pendant la crise  

Vendre votre mémoire ou votre rapport
de stage : c’est possible !

Dans le même esprit, ces étudiants en recherche d’argent peuvent vendre leur mémoire, dissertations et même leur rapport de stage auprès d’universitaires ou d’entreprises désireux de les consulter pour leurs propres travaux de recherche ou recherche et développement. La transaction s’effectue sur les plateformes rapport-de-stage.com, Pimido (vu ci-dessus) ou encore GradeSaver pour des écrits en anglais.

Vendre les mots de passe de ses abonnements en cours

L’activité de la plateforme Spliiit rencontre un beau succès en cette période de confinement lié au Coronavirus. Elle propose en effet aux utilisateurs de partager l’accès aux abonnements qu’ils ont souscrits sur Internet. L’objectif est bien sûr d’en partager le coût : de quoi baisser ses charges fixes de manière significative pour ceux qui cumuleraient les abonnements, généralement streaming et musique : Netflix, Spotify, Amazon Prime, etc.
Lecture associée Pendant le confinement, le rire devient, encore plus que d’habitude, un outil de management pour fédérer et booster la performance

logo iciformation

Réalisez votre bilan de compétences
chez vous

Vous souhaitez consolider vos compétences, évoluer dans votre carrière ou avez envie de vous reconvertir ?

Le bilan de compétences vous permet de faire un point sur votre projet.

Contactez votre organisme à distance et financez votre projet grâce à vos droits CPF !



Draguer en ligne pour le compte de mauvais séducteurs

Si vous êtes habituellement un professionnel de la drague en ligne sur des sites comme Tinder ou AdopteUnMec, vous pouvez obtenir rémunération pour cette prouesse. C’est en effet le concept de la startup NetDatingAssistant : à savoir proposer votre compétence auprès de mauvais dragueurs afin de les représenter dans la jungle de la séduction en ligne. La plateforme opère une sélection drastique pour devenir « dragueur professionnel », mais les étudiants les plus intrépides pourront tenter leur chance pour arrondir leurs fins de mois !

Gagner de l’argent en faisant le moins possible avec Weward

A la base, l’application WeWard installée sur Smartphone comptabilise les pas des utilisateurs et rémunère ceux qui en font le plus, en euros ou en bons d’achat auprès de partenaires de l’application. L’initiative a été lancée il y a quelques années, après les préconisations de l’OMS concernant le nombre de pas minimums à effectuer chaque jour pour rester en forme.
La startup Weward a constaté qu’au 16 mars, jour de confinement officiel, l’activité physique des Français n’avait pas diminué. Bien au contraire, elle avait augmenté de 3% en une semaine ! Alors, pour encourager au civisme et assurer le respect de la loi sur les distanciations sociales, la startup a décidé de rémunérer les personnes qui effectuent le moins de pas possible durant la durée du confinement,  sous-entendu celles qui restent chez elles. Il suffit de télécharger l’application gratuite sur iOS ou Android et de suivre les instructions, très faciles. A la fin du confinement, WeWard retrouvera évidemment son fonctionnement initial.
Lecture associée Télétravail et confinement : comment surmonter au quotidien les 5 inconvénients du travail à domicile

Les plateformes officielles pour aider pendant la crise du Coronavirus

Les personnes qui n’ont pas besoin de travailler pendant la durée du confinement et qui veulent aider pendant la crise sanitaire du Coronavirus (sur le terrain ou depuis chez elles) peuvent rejoindre la plateforme du gouvernement « Je veux aider » : Covid19.reserve-civique.gouv ou la plateforme des Agences Régionales de Santé : renforts-covid.fr
Lecture associée 4 raisons d’être heureux de travailler dans l’hôtellerie et la restauration même durant la crise du coronavirus