Être aligné sur le business, en remettant l’humain au cœur du dispositif

Cette année et sans grande surprise, la priorité des DRH repose sur l’articulation des stratégies de capital humain avec les enjeux business. Ces directions sont donc de plus en plus impliquées en amont dans les prises de décisions déterminantes pour leur organisation. L’audit mené par l’Institut démontre que 90 % des Top Employers préservent leurs collaborateurs en limitant les risques liés à la prise de décisions stratégiques. Ce constat est également applicable au domaine de la communication et de l’information : 75 % d’entre eux partagent à leurs collaborateurs de manière proactive les informations liées à la stratégie business, ce qui impacte les besoins en formation des collaborateurs… mais aussi les besoins des DRH en recrutement ! A l’heure de l’employee advocacy, il est essentiel de travailler à l’articulation entre transparence et communication.

Être agile, en toute transparence

La culture de la transparence est la clé de voûte des meilleures pratiques des employeurs. Prenons l’exemple des perspectives d’évolution de carrière, un réel sujet d’inquiétude pour bon nombre de collaborateurs. Si la digitalisation des organisations permet l’émergence de nouveaux métiers, elle conduit fatalement à la disparition d’autres expertises. Les entreprises les plus avancées en matière de pratiques RH se dotent d’outils qui intègrent aujourd’hui l’intelligence artificielle. Cet allié de poids permet de réaliser une analyse prédictive des parcours professionnels et ainsi mettre en place des plans d’actions – formation, coaching, repositionnement – partagés par, et avec tous. Aujourd’hui, 70 % des entreprises certifiées Top Employers fixent comme priorité absolue de communiquer à l’ensemble de leurs collaborateurs les informations concernant leur évolution dans l’entreprise. L’utilisation des nouvelles technologies pour répondre à cet objectif devient, de ce fait, une démarche agile et responsable…en toute transparence.

Être flexible, en cultivant le lien

Face à l’emballement des rythmes au sein de l’entreprise, s’adapter de plus en plus rapidement aux changements est devenu une question de survie. Pour faire front, le recrutement de profils spécialisés sur des technologies très pointues par exemple, ou encore l’amélioration de l’expérience collaborateur, sont devenus des ambitions essentielles. Le collaborateur n’est plus seulement un salarié, de son premier jour d’intégration à son dernier jour dans les locaux de l’entreprise, il est désormais partie prenante de l’entreprise, dépassant les frontières contractuelles. Dernier exemple en date, le « pré-boarding » : ce processus permet au nouvel arrivant, qui signe sa promesse d’embauche, de recevoir un lot complet d’informations sur l’organisation et un accès à une plateforme en ligne, afin de s’imprégner de la culture d’entreprise et de ses valeurs.
Les directions ressources humaines doivent elles-mêmes être repensées, encouragées à revoir leurs modes opérationnels de collaboration, afin de les rendre plus flexibles. L’avènement des nouveaux modes de travail (travail à distance, équipes projets multi sites…) et des outils digitaux nécessaires à leur mise en place (réseaux sociaux internes, messageries instantanées, outils de gestion de projet collaboratifs…) permettent d’augmenter l’efficacité et la productivité parfois au détriment de la qualité des relations interpersonnelles. Les entreprises doivent être vigilantes pour ne pas perdre le lien avec et entre leurs collaborateurs. En déployant ce type de bonnes pratiques, les organisations certifiées Top Employers impactent positivement plus de 6,4 millions de collaborateurs dans le monde et ce, même s’il reste encore beaucoup de salariés à satisfaire !