Cadres et managers ont intérêt à se mettre au golf

Selon la presse économique anglaise, sa pratique  augmenterait  les  revenus, les relations et la durée de vie. Une étude de  deux économistes de l’université de Barcelone le démontre,  les chefs d’entreprise qui le  pratiquent gagnent  nettement plus que ceux qui snobent les tees. Selon de nombreux joueurs ce sport est  un super  moyen de réussir dans sa vie professionnelle. Tout le monde peut y jouer, grands patrons comme  jeunes diplômés, commerciaux comme financiers, cadres dirigeants comme professions libérales… Clients, fournisseurs, banquiers, fonctionnaires se côtoient sur les  greens avant de prendre un pot au club house.  Ce jeu  donne bonne conscience à tous, on ne se sent jamais plus nul qu’un autre avec le système des index (ex handicaps).  Contrairement à beaucoup de sports, les intermèdes entre deux balles sont suffisants pour parler business ou faire connaissance.

Le golf allonge la vie

Il  pourrait faire gagner 5 ans d’espérance de vie ! Il permet, selon une étude suédoise très sérieuse, de gagner 5 ans d’espérance de vie. Alors que la santé est une des préoccupations majeures des français, l’information devrait éveiller la curiosité de nombreux concitoyens. Eclairage sur les résultats d’une étude qui pourraient avoir une influence non négligeable à long terme sur le nombre de pratiquants estimés à ce jour à 600.000 en France dont 400.000 licenciés.  Une étude suédoise publiée en mai 2008 dans une revue scientifique de référence (1) a mis en évidence un élément qui nous concerne tous: une augmentation de l’espérance de vie des golfeurs de deux années par rapport à la  population générale ! Les auteurs ont comparé l’espérance de vie de la population générale avec celle de plus de 300.000 golfeurs licenciés auprès de la fédération suédoise. Les 2 populations étaient identiques en termes d’âge, de proportion de femmes et d’hommes et de niveau socio-économique. Une rigueur méthodologique qui rend les résultats de cette étude incontestables.  Reste donc à comprendre pourquoi le golf permet d’améliorer son espérance de vie ?  Une explication concise et simpliste reviendrait à dire que l’activité physique régulière (marche en extérieur) des adeptes de la petite balle blanche serait le principal facteur de ce résultat mais ce n’est pas le seul.

Le golf diminue le cholestérol

Tous les golfeurs jouent souvent en compagnie de pratiquants d’un âge voisin du leur et peuvent ainsi comparer leurs “performances” physiques. Si un joueur ou joueuse a du mal à suivre le rythme de marche de ses partenaires habituels, se sent plus essoufflé qu’eux après un trou en montée, il va très fréquemment aller consulter son médecin et de ce fait entrer dans une démarche de prévention. Cet aspect de “prévention par socialisation” joue un grand rôle dans le bénéfice que les golfeurs retirent de leur pratique en termes d’espérance de vie !  Une activité physique régulière bénéfique notamment pour le système cardiovasculaire.  Dans notre société fortement sédentaire où les risques de maladies cardio-vasculaires sont plutôt élevés, jouer au golf est l’un des meilleurs exercices qui puisse exister. Il correspond à une activité physique modérée et fractionnée (temps de marche entrecoupés des phases de frappe de balle) avec des temps de récupération. Sa pratique régulière du golf, 2 à 3 fois par semaine,  permet d’obtenir une augmentation significative du HDL cholestérol (bon cholestérol) et du rapport HDL cholestérol/cholestérol total. Ces différents éléments concourent tous à une amélioration des facteurs de risques cardiovasculaires, particulièrement important chez les sujets de plus de 45 ans.  Il  permet aussi de conserver des habiletés mentales et  de lutter contre le vieillissement cérébral. En effet concentration et stratégie sont deux éléments essentiels pour venir à bout de son seul véritable adversaire: le parcours ! Choix du coup, de la cible, du club… chaque décision nécessitera une véritable démarche intellectuelle et, comme cela peut aussi arriver, chaque mauvais coup nécessitera une bonne dose de sang-froid et une certaine maîtrise du stress pour assurer la réussite du coup suivant. Les professionnels s’accordent déjà pour dire que le golf c’est 20 % de technique, 20% de physique et 60 % de mental, maintenant on peut aussi avancer que c’est cinq années de bien-être gagnées !  (1) Le golf : le sport d’une vie et de réduction de la mortalité chez les pratiquants suédois, Golf: a game of life and death-reducted motality in swedish golf players Farahmand B and allScand J Med Sci Sports, Victor Dubuisson est devenu le n°1 français, devant Grégory Havret et Raphaël Jacquelin.  
http://www.ffgolf.org/