Les directeurs commerciaux et responsables marketing ne sont guère satisfaits de leur sort, selon une enquête* menée par Jobmarketingvente.com, le site emploi spécialisé dans ce domaine. Stress, ambiance et charge de travail, rémunération, difficulté à trouver un nouvel emploi, mobilité : ce n’est pas la fête pour ces derniers !

Stress et charge de travail

Stress et charge de travail importante sont les principales raisons du mal-être des commerciaux et des marketeurs, selon ce sondage réalisé fin janvier par Jobmarketingvente.com auprès de 949 personnes via un questionnaire en ligne. Le stress professionnel est très élevé : 75,9 % des commerciaux et 72,1 % des marketeurs affirment être stressés. Chez les commerciaux, l’atteinte des objectifs est la première raison du stress (34,9 %), suivie de la charge de travail (23,3 %), de l’ambiance dans l’entreprise (12,7 %) et de la pression hiérarchique (10,6 %).

Chez les marketeurs, c’est la charge de travail qui est la première raison du stress (38,6 %), suivie de l’atteinte des objectifs (27,1 %) et de l’ambiance dans l’entreprise (17,1 %). La pression hiérarchique, à seulement 5,7 %, est nettement moins génératrice de stress que pour les commerciaux. En outre, les sondés estiment à l’unisson que leur charge de travail est trop importante : 40,9% pour les commerciaux et 47,4 % pour les marketeurs. Des commerciaux qui d’ailleurs se dépensent sans compter, estime l’étude : 21,7 % d’entre eux déclarent travailler plus de 11 heures par jour contre seulement 11,3 % chez les marketeurs.

Une majorité s’estime mal rémunérée

Sur le plan de la rémunération, si 35,5 % des sondés se jugent “rémunérés comme il se doit” et 13,6 % bien ou très bien rémunérés, 50,9 % estiment qu’ils sont plutôt mal ou très mal rémunérés. Cela est surtout vrai pour les 25-34 ans (62,3 %). A noter que le salaire n’est pas le seul élément d’appréciation d’une carrière puisqu’une très forte proportion (74,8 %) est globalement satisfaite de son parcours professionnel. En ce qui concerne l’emploi, 78,2 % des commerciaux et marketeurs actuellement en poste estiment que trouver un nouvel emploi est difficile. Ce score grimpe à 87,8 % chez ceux qui sont sans emploi !

Qu’ils soient actuellement en poste ou pas, le principal critère de choix pour un nouvel emploi reste l’intérêt du poste (60,1 %). En revanche, les raisons secondaires divergent : c’est la localisation géographique qui arrive en seconde position pour ceux qui sont actuellement sans emploi (18,5 %), alors que pour ceux qui sont actuellement en poste c’est le salaire (18,1 %). 53,8 % des marketeurs se déclarent prêts à accepter un emploi dans une autre région française que celle où ils résident actuellement. En revanche, seulement 37,1 % des commerciaux accepteraient de le faire. Les trois régions les plus convoitées sont la région Provence Alpes Côte d’Azur qui arrive en tête (42,1 %), suivie de la région Ile-de-France (35,8 %) et Rhône-Alpes (34,1 %).

* Pour lire le contenu complet de l’enquête, cliquez ici.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.