La définition d’objectifs SMART (acronyme pour Spécifique, Mesurable, Atteignable, Réaliste et défini dans le Temps) est devenu un incontournable du management. Petits rappels et évaluation de cet outil au travers de la pratique du golf.

Spécifique (anglais : Specific)

L’objectif doit être le plus précis et détaillé possible, et ne pas dépendre d’éléments dont nous n’avons pas la maîtrise. Les professionnels du golf se sont rendus compte que viser un objectif plus précis améliore significativement le résultat du coup. De fait, le joueur « arrose » moins quand il prend comme repère un arbre ou un détail particulier du parcours que lorsqu’il vise le bosquet dans son ensemble, sans doute en raison d’une meilleure concentration (dans le fond nous ne savons pas vraiment pourquoi, nous l’avons juste constaté). Avoir un but précis permet de limiter la dispersion. Il ne faut quand même pas exagérer en visant la feuille d’un arbre !

Mesurable (anglais : Measurable)

L’évaluation du résultat doit être quantifiable et mesurable par des indicateurs chiffrés incontestables et calculés indépendamment des parties. Le résultat au golf est mesurable par le nombre de coups joués. Cette mesure peut s’appliquer à plusieurs niveaux : sur chaque trou, chaque parcours, chaque compétition ou chaque saison. Un modèle du genre ! Attention toutefois à ne pas tomber dans la dictature du résultat. Si la mesure de la performance est bien un guide indispensable a priori et a posteriori, y penser au moment même de l’action nuit clairement à l’efficacité en empêchant de se concentrer sur la tâche en cours. Les sportifs appellent ce phénomène « sortir du moment présent ». Ils tentent de s’en préserver en utilisant des techniques mentales visant à évacuer les pensées parasites perturbatrices (ex: que va-t-il m’arriver si je rate ce coup ?).

Atteignable (anglais : Achievable, Accepted)

L’objectif assigné doit être accepté et considéré comme réalisable par le collaborateur, comme étant à sa portée. Il est courant de voir certains managers tentés de définir des objectifs très ambitieux, voire à la limite du possible pour leurs collaborateurs, croyant ainsi les « pousser ». Sous la pression hiérarchique, ces derniers sont quasiment  obligés d’accepter formellement ces objectifs, et ceci même quand ils n’y croient pas… mais, souvent ils développent alors une stratégie personnelle défensive : en substance, ils dépensent plus d’énergie à justifier leurs actions et à se protéger et moins à atteindre l’objectif. Je pense que vous aurez déjà compris que l’efficacité du collaborateur est alors bien loin de son potentiel. Vous aurez également compris l’une des raisons de la multiplication de « reportings », que d’ailleurs souvent presque personne ne lit. Au golf, le dialogue entre le joueur et son équipe (caddy, entraîneur, préparateur…) lui permet de se fixer un objectif en étant persuadé qu’il peut l’atteindre. Son énergie est alors entièrement mobilisée vers le but, le doute est évacué et sa confiance en lui est renforcée. Il fonce, car il s’est mis dans les meilleures conditions pour réussir.

Réaliste ou Réalisable (anglais : Realistic, Reachable)

L’objectif doit être réalisable et pouvoir être réajusté si le contexte change. Cela peut sembler une évidence, mais c’est beaucoup plus difficile à faire qu’il n’y paraît. Souvent, les objectifs sont définis alors que de nombreux éléments dépendent de l’environnement ou ne sont tout simplement pas visibles au moment où on les fixe. La définition d’un objectif sans tenir compte d’éléments imprévus est ainsi irréaliste et irréalisable. Au golf, personne n’est à l’abri d’une pierre mal placée, d’une rafale de vent ou d’un partenaire de jeu qui vous tape sur les nerfs et compromet ainsi votre concentration et qui vous empêche d’atteindre votre objectif. Une préparation rigoureuse (ex : étude préalable du parcours), une analyse systématique gain potentiel versus coût possible d’une prise de risque, une discipline mentale de fer et une réévaluation continue de l’objectif du joueur permettent de réduire considérablement l’inévitable aléa et surtout ses conséquences. On a même vu des caddies professionnels casser volontairement un club pour que le joueur ne soit pas tenté de prendre un risque inconsidéré en l’utilisant!

Temporellement défini (anglais : Time-bound)

L’objectif doit être inscrit dans le Temps, avec une date de fin et éventuellement des jalons intermédiaires. Quand la télévision diffuse une compétition de golf, le téléspectateur a quelquefois l’impression d’assister à une tranquille partie de campagne. Ce n’est qu’un effet de perspective. En fait, et en dépit des apparences, chaque seconde sur un parcours de golf est mise à profit dans le cadre d’un séquencement très précis : 1) Préparation du coup : elle commence lorsque le joueur arrive à sa balle. Il prend des informations sur l’environnement, choisit le coup à réaliser avec l’aide de son caddy, mobilise ses ressources (se remet dans sa « bulle ») via sa « routine »… 2) Exécution du coup proprement dit : le joueur est idéalement « dans le moment présent ». Il y va, et c’est tout !… 3) Débriefing : évaluation du coup, effort conscient de mémorisation du coup s’il est bon, de se pardonner sinon… 4) Marche rapide vers sa balle en vue du coup suivant, détente, et retour au 1)…

Tout ceci se fait dans un cadre temporel très précis : la partie doit être dans le rythme des joueurs qui la précède et dure environ 4 heures. Mais le joueur n’hésite pas à reprendre sa préparation à zéro si elle a été perturbée, quitte à marcher un peu plus vite pour rattraper le temps « perdu » (et en fait pas vraiment perdu). Pouvez-vous imaginer d’organiser votre journée de travail comme les golfeurs organisent leurs parties ? Utilisé intelligemment, un outil comme la définition d’objectifs SMART est un formidable levier de management qui permet d’éviter bien des bévues. Sa mise en pratique doit toutefois être guidée. Qui dit management dit gestion de l’Humain. Et qui dit gestion de l’Humain suppose tact, écoute, communication, pratique… J’espère seulement que cet article vous a permis de (re)découvrir cet outil, et vous a alerté sur des risques qui résultent d’une mise en œuvre trop « mécaniste ».



Article précédentJO Sotchi : Killy/Poutine, même combat !
Article suivantEmploi : comment réseauter efficacement
Edouard Thierree, contributeur expert
Edouard Thierrée est le fondateur et président de Punch Goal  qui propose des formations en management et en leadership s'appuyant sur le golf comme outil pédagogique. Ayant occupé des postes de management opérationnel avant d’évoluer vers la stratégie d’entreprise, il a effectué l’essentiel de sa carrière dans les environnements particulièrement dynamiques et mouvants que sont les secteurs de l’informatique et celui des opérateurs de télécommunication. C’est en réalisant les difficultés que rencontrent les individus à «gérer la pression» dans ces environnements qu’il a décidé de leur faire profiter de ses connaissances et de son expérience. http://www.punchgoal.com