Publicité
Publicité

Votre patron vous déteste ! Les questions à vous poser

Vous avez l’impression que votre manager vous déteste ? Est-ce une réalité ou un problème de perception de votre part ? Comment gérer ce type de situation ? Voici les questions à vous poser avant d’agir, l’objectif étant de vérifier si votre état d’esprit actuel vous joue des tours ou si vous avez réellement un problème relationnel avec votre patron, puis d'identifier les responsabilités de chacun pour améliorer la situation.

Votre patron vous déteste,
d’où vient le problème ?

Avant de remettre en cause quoi que ce soit, demandez-vous si vous avez toujours eu des difficultés à accepter l’autorité (de manière générale) et si vous avez déjà eu des problèmes avec d’autres managers ou supérieurs hiérarchiques auparavant.  Si vous répondez oui à ces deux questions, il  est possible que les difficultés ressenties avec votre supérieur hiérarchique soient réelles, et proviennent au moins en partie de votre rapport houleux avec l’autorité ! Si vous répondez non à ces deux questions, essayez de vous souvenir si vous avez ressenti du stress récemment, des angoisses liées à votre travail, dans votre vie personnelle ou encore si vous avez vécu un événement fort susceptible d’avoir changé votre perception des choses. Il arrive que vos priorités et votre état d’esprit au travail changent au gré des évolutions de votre vie personnelle ou à la suite à un élément bouleversant. Demandez-vous si votre état d’esprit du moment vous fait voir la vie en noir, votre perception des événements peut en être bouleversée, et si vous êtes effectivement moins focalisé sur votre travail, votre manager vous le fait ressentir à sa manière.
Lecture associée  Méthode Harvard : prendre plaisir aux conflits

PUBLICITE

Et si le problème
venait de vous ?

Vos priorités ont évolué, vous êtes moins investi dans votre travail, votre vie personnelle influe négativement votre vie professionnelle… Il se peut que votre manager ressente ces changements,  et que cela cause un malaise entre vous. Dans ce cas, c’est à vous de corriger le tir, en évitant d’en faire une affaire personnelle et vous efforçant de relativiser lorsque vous vous sentez attaqué frontalement. Votre manager ne fait pas forcément exprès de vous « pourrir la vie » et ses réflexions, remarques ou suggestions sur votre travail peuvent aussi être des critiques constructives (mal communiquées) pour vous améliorer. Vous avez passé des heures à rédiger un rapport que votre responsable estime trop superficiel ? Mais peut-être est-ce le cas ? Demandez-lui alors ce que lui-même aurait ajouté, quels sont les éléments qui auraient fait mouche et qui vous sont passés à côté…

Agir vite
et exprimer votre ressenti

Dans tous les cas, demandez un feedback pour chaque situation que vous estimez houleuse, et le plus rapidement possible. La phrase type « Que vouliez-vous dire lorsque… ? » est à utiliser pour comprendre l’état d’esprit de votre manager et réussir à abaisser les tensions. Si celles-ci ne se tarissent pas malgré vos efforts, vous pouvez aborder le sujet avec votre manager, non pas en remettant en cause son comportement et ses compétences dans l’art du management (ce qui risque de le braquer encore plus), mais en exprimant vos frustrations et ressentis. La communication est le maître mot des relations saines et harmonieuses !
lecture associée  Comment gérer un feedback qui vous vexe

PUBLICITE

Et si le problème
était votre patron ?

Vous avez toujours été apprécié de vos collaborateurs et n’avez pas ressenti de pression particulière dans votre vie récemment. Pourtant, votre supérieur hiérarchique semble ne pas vous apprécier et vous ne comprenez pas pourquoi. Posez-vous ces questions :
– Suis-je le seul membre de l’équipe à être attaqué ?
– Mon patron tente-t-il de m’isoler ?
– Mon estime personnelle est-elle atteinte ?
– Suis-je en train de perdre confiance en moi et en mes compétences ?

Perte de confiance et isolement,
synonymes d’une relation malsaine

Attention, perte de confiance et isolement sont synonymes au mieux d’un relationnel malsain, au pire de harcèlement psychologique. Pour réagir vite et de manière appropriée, et prendre de la distance par rapport aux événements, notez dans un journal de bord vos interactions quotidiennes avec votre manager et la teneur de vos échanges de façon précise. Vous y verrez plus clair, et conservez aussi une trace des altercations quotidiennes dont vous êtes victime pour vous les remémorer facilement si un tiers vous demande des justifications. Parlez de la situation à l’un de vos proches de confiance ; il peut vous soutenir et vous aider à vous détacher des événements, enfin, vous pouvez en parler avec les services des ressources humaines de votre entreprise pour obtenir un soutien et des conseils. Dans tous les cas, ne vous remettez pas en cause !  Souvent des relations tournent au vinaigre ou deviennent malsaines alors même que la personne en face de vous n’est pas malveillante dans l’âme. Avant de crier au pervers narcissique, tâchez de comprendre les causes de vos interactions difficiles ; peut-être découvrirez-vous un manager qui manque lui-même de confiance en lui ou qui tente d’asseoir maladroitement son autorité. Dans tous les cas, communiquez de manière positive, même si la situation est difficile !

Quelques pistes pour gérer
altercation et émotions 

– après un conflit, une attaque ou une critique, respirez ! La méditation pleine conscience est une technique éprouvée pour retrouver calme et sérénité après un moment de stress
– prenez de la hauteur et cherchez toujours de comprendre si la critique était justifiée et/ou constructive
– efforcez-vous de rester un maximum objectif, votre humeur peut vous jouer des tours et fausser votre perception
– tentez de résoudre le conflit au plus vite, en communiquant directement votre ressenti à la personne intéressée
– cherchez un compromis qui satisfasse tout le monde
– expliquez et argumentez votre point de vue, si votre manager vous comprend et cerne votre personnalité, il peut lui aussi s’adapter
– si vous êtes confronté à un manipulateur, volontairement malveillant, montrez-lui que vous n’êtes pas dupe, que vous n’êtes pas atteint; s’il comprend qu’il n’a aucun pouvoir sur vous, il se détachera (en théorie) de sa volonté d’emprise psychologique
– alertez la commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité au travail

Ces quelques questions doivent vous orienter vers une certaine réflexion et n’ont pas vocation à résoudre le conflit, d’autant plus que chaque relation tendue est unique et sa résolution dépend des personnalités en présence.

Réagissez à cet article

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous GRATUITEMENT aux digests du magazine.
[Modifiez à tout moment la fréquence de réception ou annulation ]

x