Ne jamais remettre au lendemain

Parfois d’autres bonnes raisons de procrastiner sont liées à l’environnement : travaux plus urgents, manque de temps, déplacements, etc. Jusqu’à ce que j’en parle avec ma compagne ce matin, lorsque nous échangions nos programmes respectifs de la journée. Alors je réalise que pour le énième matin, je commence la journée en lui répétant la même chose que la veille. Une cloche s’est alors allumée, avec un parfum de compréhension : je tenais à la fois le sujet, l’illustration et l’accroche. Et la confiance nécessaire pour le réaliser puisque tout est disponible devant moi. La procrastination est le fait de toujours remettre à plus tard ce que l’on peut faire dans l’instant, contrairement à l’adage populaire qui nous invite à ne jamais remettre au lendemain ce que l’on peut faire aujourd’hui. Pour un commercial, technicien ou cadre dirigeant, si l’on veut rester réactif dans son secteur d’activité et de compétences, il est par exemple vital de ne jamais remettre à demain la veille concurrentielle qu’elle soit commerciale, technique ou réglementaire.

L’avantage apparent de la procrastination

L’avantage principal de la procrastination est qu’elle nous maintient dans un rêve, dans une certaine sécurité. Lorsque nous ne passons pas à l’acte, nous continuons d’enrober notre projet d’atours qui voleraient sans doute en éclats si nous agissions. Nous savons bien que la réalité n’est jamais ce à quoi nous nous attendons. En outre, lorsque nous ne nous confrontons pas à la réalité, nous évitons de souffrir. Il y a donc un avantage immédiat à ne pas passer à l’acte. Effet pervers de cette combinaison, nous risquons de nous illusionner nous-même. Pire encore, de nous accorder plus d’importance que nous n’en avons en réalité, finalement d’avoir un excès de confiance en soi totalement infondé. Continuer de nourrir nos rêves sans être confronté à la réalité nous en déconnecte et risque de nous faire chuter d’encore plus haut.

Lecture associée : Stratégies pour retrouver et garder une super confiance en soi

Remettre la confiance en soi à demain

La procrastination est liée au manque de confiance en soi car lorsque nous sommes sûrs de nous-même, nous ne réfléchissons pas des heures avant d’agir. Nous suivons notre intuition et notre jugement qui a déjà fait ses preuves. Nous sommes spontanés. Trop penser étouffe l’action. Lorsque nous agissons ou parlons, nous ne pensons pas. Or le manque de confiance en soi peut apparaître à n’importe quel moment dans notre existence. Quel que soit notre âge et nos conditions de vie, nous ne sommes jamais à l’abri d’un retournement de situation, en particulier professionnel. Ce bouleversement pourrait nous conduire, rétrospectivement, à balayer d’un revers de main toutes nos expériences passées en arguant qu’elles n’ont servi à rien pour nous conduire où nous en sommes.
Le doute est donc un sain régulateur. Affirmer péremptoirement, à l’attention de soi-même ou des autres, risque de nous faire paradoxalement apparaître comme limité, étroit d’esprit voire réactionnaire. Comment affirmer sans aucun doute lorsque ce qui caractérise la vie est d’abord le mouvement et le changement, que toute réalité est appelée à évoluer et se transformer. Nous le constatons tous les jours dans le monde du travail. Le doute est donc finalement synonyme d’ouverture, de souplesse, de possibilités.

Lecture conseillée : Management et communication : 100 exercices: Pour gérer l'incertitude et la complexité de Denis Cristol

[asa]2761921240[/asa]

L’avantage durable de la bienveillance

On tirera profit du doute sans qu’il se transforme en manque de confiance en soi. Nous pourrons différer sereinement des décisions à prendre ou des tâches à exécuter sans procrastiner. Tout est question d’équilibre et de bienveillance, envers le seul qui en ait vraiment besoin : nous-même.

Lecture associée : 5 astuces pour vaincre la procrastination