crédit photo syndicoop.info

Les premières mesures de la réforme sur l’assurance chômage entrées en vigueur le 1er novembre dernier ont suscité des réactions exacerbées de la part des personnalités politiques françaises. Voici les points à connaître et les citations qui ont fait le buzz dans les médias et sur Twitter.

La réforme de l’assurance chômage : travailler plus longtemps pour obtenir des droits

Jusqu’à présent, il fallait travailler 4 mois sur les 28 derniers mois pour ouvrir des droits au chômage. La réforme prévoit désormais un minimum de 6 mois travaillé sur les 24 derniers mois (36 pour les plus de 53 ans), soit 910 heures ou 130 jours. En parallèle, la durée d’indemnisation se prolonge d’autant, soit 6 mois minimum au lieu de 4.

Le rechargement des droits quasi impossible ?

Le minimum de temps travaillé pour pouvoir recharger ses droits durant une période de chômage qui s’élevait à 1 mois, passe à 6 mois avec la réforme. Ce dispositif permet initialement à un demandeur d’emploi qui signe un contrat de travail de courte durée de voir sa durée d’indemnisation prolongée selon la durée du contrat. Avec le passage de 1 à 6 mois, il sera difficile à appliquer.

Le montant des indemnités réduites pour les hauts revenus

Avec cette réforme de l’assurance chômage, les cadres justifiant d’un revenu de référence supérieur à 4 500 euros bruts mensuels voient leur indemnité chômage réduite de 30 % à compter du 7e mois d’indemnisation, un montant plancher étant prévu à hauteur de 2 261 euros mensuels nets. Le plafond inchangé s’élève à 6 615 euros nets mensuels.

Nouveaux droits : pour les salariés démissionnaires et les entrepreneurs

Le salarié démissionnaire
Il s’agissait d’une promesse de campagne présidentielle : les droits au chômage sont désormais ouverts au salarié démissionnaire. Il  doit toutefois justifier de plusieurs conditions : une ancienneté de 5 ans minimum dans l’entreprise et  un projet concret de reconversion professionnelle, de reprise ou de création d’entreprise. Il doit en outre solliciter un « Conseil en Évolution Professionnelle » (CEP) avant de demander une attestation de la part d’une commission paritaire patronale ou syndicale justifiant du caractère « réel et sérieux » du projet (business plan validé, faisabilité financière…).
Les entrepreneurs
Avec cette réforme, les entrepreneurs relevant de la Sécurité Sociale des Indépendants (SSI), tels que les dirigeants majoritaires de SARL, les micro-entrepreneurs / auto-entrepreneurs peuvent désormais accéder aux indemnités chômage. Ils toucheront une indemnité forfaitaire de 800 euros mensuels versée pendant 6 mois, mais les conditions pour y avoir droit sont très précises :
– mettre en place une procédure de liquidation judiciaire ou une procédure de redressement judiciaire avec éviction du dirigeant
– justifier d’un revenu professionnel de 10 000 euros par an minimum durant les 2 années précédant la procédure judiciaire
– justifier de ressources inférieures à 559.74 euros mensuels au titre d’une personne seule le 1er avril 2019 (cette somme correspond au montant du RSA)
A lire aussi  Idées reçues sur le bonheur professionnel du cadre

Les autres mesures prévues en 2020

D’autres mesures afférant à la réforme de l’assurance chômage entreront en vigueur au cours de l’année 2020, notamment celle très attendue et décriée de la refonte de l’évaluation des indemnités sur la base du revenu mensuel du travail au lieu des jours travaillés.

Quelques réactions sur la Twittosphère et la Toile

Muriel Pénicaud – Ministre du Travail à l’initiative de la réforme : « 70 % des CDD durent 1 mois ou moins. 30 % 1 jour ou moins. Ce n’est pas acceptable. La réforme de l’assurance chômage responsabilise les employeurs ».
Christophe Barbier – directeur de l’Express sur BFM Tv : « C’est brutal, mais pas assez contraignant pour que les gens se disent, panique, je prends ce qui passe et je traverse la rue pour trouver un emploi (…) Le gouvernement n’a pas été assez thatchérien. »
Fabien Gay – sénateur de la Seine-Saint-Denis, membre du PCF : « Mise en place de l’assurance chômage : 2 million de personnes touchées soit 50 % des chômeurs, 850 000 personnes vont voir leurs allocations baisser de 22 % en moyenne, 200 000 personnes exclues, Indemniser plus tard, moins bien et moins longtemps !»
Michel Sapin – homme politique, membre du parti socialiste : « C’est une réforme brutale et injuste qui va créer plus de pauvres. »
Manon Aubry, femme politique, membre de La France Insoumise : « Même Le Figaro dénonce les mensonges de Macron sur la réforme de l’assurance chômage. Les nouveaux droits promis ne concerneront quasiment personne alors que plus d’un million de précaires vont subir de plein fouet un plan d’austérité d’une brutalité inédite. »
Gérard Filoche – ancien inspecteur du travail, syndicaliste et homme politique « C’est une tuerie !! Ça va être un massacre !! »
lecture associée

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.