Il vous est arrivé de vous sentir piégé dans une conversation ennuyeuse, ou ne pas savoir comment arrêter un comportement désagréable… ou dire une vérité à un collègue incommodant…. Voici 6 exemples de situations délicates et les solutions pour bien les gérer.

Vous insultez quelqu’un accidentellement

Si vous envoyez un texte ou un e-mail à la mauvaise personne, qui comporte une critique de celui qui le reçoit, vous avez commis une sacrée maladresse. Vous regrettez l’erreur et devriez saisir cette délicate opportunité pour une occasion d’en discuter avec la personne. Cela ne sert à rien de vous excuser ou de vouloir faire marche arrière, ce qui est fait est fait.

Une conversation franche conduira plus facilement à vous faire pardonner, ou à présenter vos excuses après explication si vous sentez votre interlocuteur prêt à les accepter. Si vous n’appréciez pas la personne, ne perdez pas votre temps à vouloir améliorer les choses et utilisez l’erreur pour clarifier et officialiser votre position.

Votre patron s’approprie vos idées

Certains managers estiment que parce qu’ils vous paient, ils possèdent toutes les pensées qui sortent de votre cerveau. Un bon patron accorde la paternité d’une idée à son auteur et est fier d’avoir dans son équipe un tel collaborateur.

logo iciformation

Réalisez votre bilan de compétences
chez vous

Vous souhaitez consolider vos compétences, évoluer dans votre carrière ou avez envie de vous reconvertir ?

Le bilan de compétences vous permet de faire un point sur votre projet.

Contactez votre organisme à distance et financez votre projet grâce à vos droits CPF !



Le mieux est de rencontrer votre supérieur en tête à tête et lui dire que vous êtes déçu de ne pas être reconnu pour votre réelle contribution dans ce projet. Lui demander comment il peut vous aider à ce que cela ne se reproduise pas à l’avenir.  L’important est surtout de ne pas l’accuser et de vous en faire un allié bienveillant.
Lecture connexe  Reconnaître la véritable « nouvelle idée » grâce à 10 critères

Votre boss vous appelle « ma chérie »

Certains peuvent utiliser des expressions à connotation affectueuse sans s’en rendre compte. Si votre supérieur utilise cette expression avec tout le monde, vous n’avez pas à vous en formaliser. Si vous ressentez comme un dénigrement délibéré, ou une familiarité déplacée, vous avez intérêt à lui rappeler que vous aimez être appelé par votre nom ou votre prénom. Si vous ressentez dans ce
« ma chérie » une forme de  dédain, ou de moquerie, vous avez intérêt à chercher une autre situation.
Lecture connexe Comment répondre à un comportement agressif dans le travail

Votre assistante porte des jupes trop courtes

Rien ne vaut le face-à-face. Un e-mail envoyé à tout le monde sur le code vestimentaire est souvent inefficace, elle peut penser qu’il ne la concerne pas. Dites-lui plutôt que sa tenue vestimentaire – en précisant la longueur de ses jupes –  affecte directement son image et sa réputation et pénalise ses qualités et son talent. Soyez factuel, précis et clair et précisez bien que tout en respectant ses goûts que vous voulez lui pour l’aider à réussir.
Lecture connexe  Look du cadre : évitez les 7 péchés capitaux
habitudes-des-cadres-qui-persuadentCDM
Un collègue aux compétences limitées vous demande de le recommander

Délicat de le recommander dans la mesure où vous savez que vous vous mettrez dans une position inconfortable. Mieux vaut refuser en lui disant poliment que vous n’êtes pas la meilleure personne de la société pour le faire et lui proposer de solliciter quelqu’un d’autre. Si vous êtes son manager en charge, dites-lui que par principe et souci d’équité vous ne recommandez personne de votre équipe. Vous pouvez aussi si c’est le cas bien sûr arguer du fait que vous ne travaillez pas ensemble depuis assez longtemps pour pouvoir vraiment évaluer sa performance ou vous sentir le droit de parler en son nom.

Vous savez qu’un collègue vole l’entreprise

Emprunter à l’occasion des stylos et du papier est un comportement répréhensible – qui vole un œuf, vole un bœuf – et plus grave encore l’acceptation d’un cadeau de la part d’un client ou un pot de vin. Si vous avez connaissance d’agissement de cette nature, ne rien dire peut vous en rendre complice et responsable. Le mieux dans ce cas est d’accomplir votre devoir de loyauté à l’égard de votre entreprise mais en restant le moins impliqué possible.

Donnez à votre hiérarchie quelques exemples de la conduite douteuse dont vous avez été témoin, et laissez-le faire le reste et rassembler les preuves. Vous ignorez les tenants et les aboutissants d’une action anormale, et si votre patron était peu ou prou impliqué dans le mauvais comportement que vous dénoncez, vous pourriez être celui qui se fait virer.
Lecture connexe  La Mafia a-t-elle infiltré votre entreprise… ?!