Manque de respect des codes de politesse et de courtoisie envers autrui (comme le simple fait de dire bonjour), violences verbales et comportements agressifs ou encore dégradations matérielles : les incivilités au travail se multiplient. Selon une étude du cabinet Eléas, spécialiste du management des risques psychosociaux, 91% des salariés français interrogés ont connu au moins un exemple d’incivilité dans leur cadre professionnel et 42% se déclarent exposés (dont 11% très exposés). Voici le top 10 des comportements de collègues perçus comme des incivilités par les salariés français, selon l’enquête* réalisée par Eléas.

Top 10 des incivilités internes

L’étude distingue les incivilités internes, provoquées par des collègues au sein de l’entreprise ou de l’organisation, des incivilités externes, provoquées par un public extérieur que les salariés côtoient dans leur travail (on peut penser aux services d’urgence des hôpitaux publics). Le top 10 des incivilités internes est le suivant :
1 – Laisser les espaces communs sales et en désordre (84%)
2 – Gêner la concentration d’autres collègues par des bruits (81%)
3 – Ne pas dire “bonjour” ou “au revoir” à d’autres collègues (77%)
4 – Couper ou accaparer la parole sans tenir compte des propos d’un autre collègue (76%)
5 – Arriver en retard sans s’excuser (75%)
6 – Négliger les outils de travail commun (74%)
7 – Utiliser le téléphone portable pendant une réunion professionnelle (73%)
8 – Incommoder les autres autres collègues par des odeurs (72%)
9 – Fumer ou vapoter dans les locaux de l’entreprise (67%)
10 – Manifester ostensiblement son ennui pendant une réunion (63%)
lecture recommandée  Risques psychosociaux : les 3 étapes d’un audit

Top 5 des incivilités externes

Selon l’enquête, voici le top 5 des comportements de visiteurs perçus comme des incivilités par les salariés français :
1 – Ne pas attendre son tour et ne respectent pas une file d’attente (87%)
2 – Se croire tout permis dans l’espace d’accueil où on travaille (parler fort, enfants bruyants, vie privée au téléphone…) 79%
3 – Ne pas dire “bonjour” ou “au revoir” en s’adressant à vous (78%)
4 – Faire preuve d’irrespect par le regard ou par la voix (72%)
5 – Tutoyer sans réciprocité (64%)

Les femmes plus exposées que les hommes

L’enquête menée par Eléas établit que les femmes sont plus exposées que les hommes aux incivilités (à 47% contre 38%). Autres facteurs d’exposition : les horaires décalés et le fait de travailler dans les secteurs du commerce et des services non-marchands. Le fait d’être cadre ou cadre dirigeant protège plus des incivilités :  38% seulement se disent exposés contre 47% pour les professions intermédiaires et 46% pour les employés. Enfin, les incivilités ont augmenté particulièrement parmi les fonctionnaires et au sein des grandes entreprises et des structures en difficulté. “Dans la majorité des cas, Eléas intervient quand les situations sont dégradées avec une problématique d’équipe (entreprises du CAC 40, PME, associations, boutiques) et que le manager de la structure est en difficulté”, souligne son président Xavier Alas Luquetas. Avec souvent les mêmes problèmes qui reviennent : l’absence de politesse, mais aussi l’email que l’on envoie à son voisin de bureau au lieu de se déplacer ou encore le manager qui appelle son collaborateur à 10h le soir…
A lire aussi Créer un environnement attractif pour motiver vos cadres

* L’enquête a été réalisée auprès de 1008 salariés français métropolitains âgés de 16 ans ou plus



Article précédentCadre, enceinte, et ambitieuse !
Article suivantSyntec : des jobs pour cadre même en récession
Sophie Lhameen, journaliste multimédia (web et print), a travaillé pendant 15 ans comme journaliste spécialisée sur l'Afrique avant de devenir en 2008, rédactrice en chef adjointe du magazine Le MOCI (Moniteur du commerce international) jusqu'en janvier 2013. Ses centres d'intérêt : l'entreprise, le management, les ressources humaines, l'emploi, l'économie, l'intelligence économique et de l'international. Google+