1 – Prévenir les conséquences d’un acte impulsif

Quand on y pense, laisser exploser votre colère revient généralement à blesser l’autre, cette impulsion fulgurante a souvent des conséquences extrêmement négatives, bien plus longues et profondes que le défoulement du moment. Alors, avant de dire ou d’agir sous le coup de la colère, pensez aux dégâts, aux risques de blesser, au long travail de confiance que vous devrez actionner pour retrouver une relation saine avec le protagoniste concerné. Anticiper les conséquences de vos actes ne calme pas obligatoirement votre colère, mais elle freine l’impulsion, ce qui est déjà un pas en avant !

– Vous calmer en vous mettant à la place de l’autre  

La personne qui vous met en colère peut avoir une bonne raison d’agir comme elle le fait. Celui qui part en catastrophe de son bureau en vous laissant constamment les dossiers à finir a peut-être une vie personnelle compliquée ; des propos outranciers sur les réseaux sociaux sont certainement le fait de personnes en souffrance, moins ouvertes d’esprit, moins cultivées que vous. Dans tous les cas, et même lorsque la personne à l’origine de votre colère,  est condamnable, vous mettre dans sa peau, adopter son regard, essayer de comprendre ce qui l’anime aura de fortes chances de vous apaiser. Dans le cas contraire, vous aurez le mérite d’avoir essayé, vous aurez compris à qui vous avez affaire et lorsque vous serez apaisé, vous pourrez agir en conséquence.

3 – Prendre du recul en utilisant vos 5 sens

Outre quelques profondes respirations qui apaisent le corps et l’esprit, vos 5 sens vous aideront à calmer votre colère. Utilisez-les sans modération, car ce sont d’excellents outils pour vous distancier et diminuer l’intensité de l’émotion. Parmi les astuces qui fonctionnent bien, vous pouvez aussi respirer des huiles essentielles ou encore passer votre play-list préférée, ou encore concentrer votre regard sur un élément qui vous entoure et peut s’avérer réconfortant comme une plante verte, un mug, des crayons de couleur… Chez vous, si la colère est encore intense, prenez un bon bain chaud…détendez-vous, distrayez-vous pour la faire passer, et seulement après, vous pourrez revenir dessus, l’analyser et agir.

4 – Comprendre le déséquilibre que trahit votre colère

Se mettre en colère pendant votre travail est légitime, cette émotion souvent que votre intégrité, votre ego ou votre bien-être ont été touchés. Mieux vaut agir en conséquence, une fois l’émotion retombée, quand vous avez recouvré vos capacités, par une introspection (Pourquoi me suis-je mis en colère ? Était-ce justifié ?), et si cela est pertinent et dans la mesure du possible, tâchez de communiquer avec la personne concernée, lui expliquer calmement et factuellement la situation qui pose problème, dans le but de rétablir l’équilibre.

5 – Identifier l’origine de sa colère (et son sens caché)

Si vous ressentez une colère intense à chaque fois qu’un événement donné se produit, vous devrez prendre la situation à bras le corps. Une blessure ancienne est parfois la cause profonde d’une colère récurrente et disproportionnée. En tout cas, un travail d’introspection est toujours le premier pas pour vous aider à évacuer, au long terme, les émotions négatives qui sommeillent en vous.
Quelle qu’en soit la cause, mieux vaut ne pas laisser une crise de colère en suspens, sans chercher à analyser son sens. Sans un minimum d’introspection de votre part, vous risquez de voir l’événement se reproduire encore et encore, jusqu’à baisser significativement votre bien-être quotidien.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.