A la lecture de l’article du marché caché au marché latent, la plupart d’entre vous sont restés sur leur faim avec cette question :  où voyez-vous des milliers d’emplois potentiels qui ne seraient pas créés ?

Comment identifier un potentiel
de création de valeur
dans une entreprise

Vous êtes cadre, probablement  expert  dans un ou plusieurs domaines, toutes les entreprises ne disposent pas de votre expertise.  Celle-ci vous  est nécessaire pour identifier un potentiel, pour le valider ou  l’exploiter,  trés souvent, les entreprises  n’ont pas cet atout  pour identifier ce potentiel et  le valider.  Encore moins pour  l’exploiter.  Prenons un exemple :  une entreprise qui pourraient vendre ses produits au Japon.  Si elle en a conscience, sait-elle  valider ce projet, le monter  et le mettre en œuvre ?  Si vous avez travaillé avec le Japon, vous avez probablement la capacité de le faire à sa place. OK, le Japon, c’est loin, l’exemple vous paraît trop spécifique. Prenons une entreprise dont les produits peuvent  se vendre sur internet,  en a-t- elle l’idée et possède-t-elle la capacité de s’y prendre ? Une entreprise qui fabrique des emballages plastique,  a-t-elle nécessairement les compétences pour intégrer les nouvelles avancées de sa technologie dans ses produits de marché ? En a-t-elle seulement l’idée ?  De même, une entreprise qui réalise des chantiers dans n’importe quel domaine, sait-elle  comment optimiser la gestion et la conduite de ces chantiers pour les rentabiliser?  Si vous détenez l’une des compétences correspondant à ces différents projets, vous êtes sans doute capable d’identifier le potentiel de création de valeur, de le valider et  l’exploiter bien mieux que l’entreprise.  Et si vous démontrez votre capacité à  créer une valeur largement suffisante pour justifier votre emploi,  selon vous que va faire l’entreprise ?

Comment voir l’emploi
pas encore créé 

Brossons un rapide tableau du paysage économique français. 98,5 % des entreprises  sont des PME (<250 salariés), parmi elles, près de 97 % avec moins de 20 salariés. Ces entreprises sont dirigées par des hommes et des femmes au profil essentiellement technique. Ils maîtrisent bien leur métier, mais la plupart peu ou pas  stratèges ou  gestionnaires, donc pas vraiment « profilés » pour identifier et/ou  exploiter des potentiels qui sortent de leur champ de compétence. Généralement assez peu entourés de collaborateurs doués des compétences qui leur manquent,  et le plus souvent surbookés car peu adeptes de la délégation, ils ratent de multiples potentiels, sans même les voir la plupart du temps.  Ces entreprises de moins de 20 salariés –  3,5 millions en France –  dont 25 % seulement ont vocation à se développer, soit 750.000,  exploitent en moyenne 20% de leurs potentiels réels de développement. Calculez tous les emplois qui peuvent résulter de l’exploitation des 80% ignorés.  Toutes les entreprises et organisations, quelle que soit leur taille, ont des potentiels inexploités. Seule varie la proportion qui décroit en fonction du niveau de leur structuration managériale. La démarche est potentiellement productive dans n’importe quelle entreprise, seuls changent le contexte et la stratégie à mettre en œuvre.

Le marché latent
de l’emploi des cadres
Des dizaines de milliers
de postes

Nous parlons ici des postes de cadres, censés avoir les capacités d’identifier des potentiels, de les valider et de conduire des projets. Chaque cadre exploitant un projet de ce type peut  générer un développement susceptible de justifier la création d’un emploi induit. Une question doit encore vous turlupiner : comment faire pour identifier des potentiels en rapport avec vos compétences ? Vous avez bien compris : ces entreprises n’ont  pas conscience ou pas décidé d’exploiter leurs potentiels, elles n’ont, a priori, aucun besoin de vous ou de vos compétences et n’imaginent même pas la possibilité d’embaucher quelqu’un comme vous. Vous vous demandez donc  comment les identifier pour faire acte de candidature ? Là, arrêtez-vous ! Une candidature n’a aucune chance d’aboutir auprès de celles-ci. Le marché latent ne se prospecte pas avec les outils classiques de recherche d’emploi totalement inopérants. Jetez aux orties projet professionnel, curriculum vitae,  lettres de candidature,  alertes sur les  sites d’annonces.  Pour «attraper» un emploi latent, il  faut procéder autrement. Ce sera l’objet d’un prochain  article. Merci de réagir, commenter, objecter ou me poser des questions, j’y répondrai avec plaisir.

Lecture conseillée : Management et communication : 100 exercices: Pour gérer l'incertitude et la complexité de Denis Cristol