Démystifier ce point d’orgue du recrutement

L’entretien de recrutement est un moment important dans le processus de sélection. Il génère du stress, des questionnements, des suppositions, qui occupent votre esprit et le détournent d’une préparation efficace. Il faut revenir à des choses simples et basiques. Il s’agit d’une rencontre entre deux personnes dans le cadre professionnel. Plusieurs formes d’entretien existent : le face-à-face, la réunion de groupe, au téléphone ou sur Skype, le déjeuner …. Peu importe la forme, ce qui compte pour vous, c’est de piloter l’entretien autant que votre interlocuteur. Certes, le recruteur a une position a priori plus confortable, il a un poste à pourvoir. Ce n’est pas une raison pour accepter n’importe quelle forme de relation ou n’importe quelle question. En vous positionnant d’égal à égal, comme un acteur économique qui en rencontre un autre, vous faites passer le message que vous êtes responsable et assumez pleinement la situation. Ce n’est ni une épreuve, ni un examen, mais une réunion de travail pour analyser à deux si une opportunité se présente pour les deux parties.

Choisir la forme de l’entretien

Tout dépend si vous êtes en poste ou pas. Si vous êtes disponible, vous devez avoir la même attitude mature que celle que vous auriez naturellement si vous étiez  en activité. Tout dépend  des situations. Si vous avez répondu à une annonce, vous êtes le demandeur, si le cabinet vous a approché, c’est lui le demandeur. Dans les deux cas, mieux vaut garder la même attitude. Une négociation se conclut bien quand les deux parties en retirent un avantage. Dès le départ, si votre interlocuteur ne le fait pas, demandez-lui comment il envisage de répartir le temps de l’entretien et à quel moment vous aurez la possibilité de poser des questions. Bien sûr, exigez le respect de votre dignité et de votre vie privée. Si vous avez affaire à un malotru, ne vous mettez surtout pas à son niveau,  il aura beau jeu d’en tirer argument pour vous éliminer, et s’il tente de vous intimider pour voir comment vous gérez votre stress, gardez votre calme et votre self-control. S’il essaie délibérément de vous faire sortir de vos gonds, faites référence à des expériences vécues de tension et à la manière dont vous en êtes sorti.  Enfin, confronté à une technique d’entretien agressive, vous avez la liberté de vous retirer, bien d’autres choses ne vous plairont pas dans cette entreprise.

Se renseigner et poser les bonnes questions

Si vous n’avez pas eu avant l’entretien un descriptif complet du poste, mieux vaut ne pas répondre à certaines questions. Sur  votre cursus, faites preuve de synthèse, allez à l’essentiel : votre hauteur et ampleur de vue montrent le recul que vous avez par rapport au poste. Bien évidemment, renseignez-vous à fond sur l’entreprise, son activité, ses comptes, ses clients, sa présence sur Internet, et sur votre interlocuteur par les réseaux sociaux; vous ne parlerez pas de la même manière à un psychologue adepte de randonnée, à un ingénieur philatéliste ou un autodidacte geek et marathonien. Plus vous en savez sur l’entreprise et votre interlocuteur, plus vous serez apprécié : on ne vous jauge pas seulement à la qualité de vos réponses mais surtout à la pertinence de vos questions d’intelligence et non d’information. Si vous demandez des éléments que vous pouviez obtenir avant, cela montre que vous avez mal préparé la rencontre.

Votre recrutement booste souvent la carrière du recruteur

Le recruteur n’attend pas que vous racontiez votre CV, mais que vous fassiez une analyse comparative entre les exigences du poste et les atouts acquis dans vos précédents postes. N’oubliez jamais que son intérêt passe avant le vôtre : vous avez devant vous un cadre pour lequel ce recrutement est important, sa hiérarchie lui a mis la pression, sa réussite à pourvoir ce poste conditionne aussi son avenir dans la société. Il est peut être sur un siège éjectable. Donc intéressez-vous à lui, rentrez dans sa « bulle », détectez son intérêt personnel et professionnel. Si pendant l’entretien, de manière directe ou indirecte, vous arrivez à le convaincre que de vous recruter aidera sa propre carrière, vous avez fait un grand pas.

Lecture conseillée : Management et communication : 100 exercices: Pour gérer l'incertitude et la complexité de Denis Cristol

Questions pertinentes à personnaliser

Pour quelle raison ce poste est à pourvoir ?
Depuis combien de temps le poste est-il vacant ?
Pourrai-je m’entretenir avec la personne qui occupait le poste ?
Pourrai-je m’entretenir avec les membres de l’équipe à laquelle j’appartiendrai ?
Est-il prévu une période de transition avec mon prédécesseur ?
Quel est le profil de cette équipe en termes de formation, d’ancienneté et de compétences ?
Y-a-t-il des cadres qui auraient voulu le poste ?
Pour quelle raison n’avez-vous pas fait une promotion interne ?
Comment l’équipe vit-elle le départ de son responsable ?
Combien de personnes vais-je encadrer ?
Parlez-moi de mon supérieur hiérarchique ?
Parlez-moi de mon supérieur fonctionnel ?
Quelle est la mission de ce poste ?
Où en est l’avancement  de cette mission ?
Quelles seront mes actions prioritaires à mener ?
Selon quels critères qualitatifs et quantitatifs mon action sera évaluée ?
De quel budget disposerai-je pour mener à bien mon job ?
Comment les objectifs de fin d’année sont-ils définis ?
Comment définissez-vous la stratégie de la société ?
Quelle est la politique qualité en vigueur?
Quel reporting est-il pratiqué ?
Quelles sont les 2 compétences-clés  indispensables pour ce poste ?
Quelles sont les qualités-clés  personnelles et comportementales pour réussir dans ce poste ?
Quelles sont  les forces  de votre entreprise ?
Comment définissez-vous votre différenciation sur le marché ?
Comment votre entreprise intègre-telle les nouvelles technologies ?
Vos investissements sur Internet ?
Comment définissez-vous le management en vigueur ?
Où en êtes-vous  en matière de télétravail ?
Quelle est la politique de formation de l’entreprise ?
Quelles sont les principales valeurs de l’entreprise ?
Ces valeurs se retrouvent-elles au quotidien, et comment ?
Quelle est la politique de rémunération ?
Pouvez-vous me parler de la « marque employeur » ?
Où en est le dialogue social dans l’entreprise ?
Le DRH fait-il partie du Comité de direction ?
Votre plus grande fierté en appartenant à cette entreprise ?
Ce que vous voudriez y améliorer pour augmenter votre fierté ?
Quelle est la politique de diversité ?…