Que vous soyez en poste ou que vous cherchiez un emploi, voici 7 résolutions à suivre pour augmenter vos atouts et trouver le job qui vous épanouira.

1 – Vous focaliser sur un objectif de conquête

Si vous êtes sans emploi, au lieu de déplorer cette perte d’activité, focalisez-vous sur un objectif de conquête. La raison est évidente : pour ne pas être sans emploi, vous devez d’abord penser que vous l’êtes, et vous poser la question « Pourquoi suis-je chômeur ? » ou « Comment faire pour ne plus l’être », cela revient à enfoncer dans votre esprit des représentations de vous sans emploi.

En revanche, si vous vous demandez comment gagner une nouvelle activité, vous vous concentrez sur les postes du futur. Si vous continuez à faire ce que vous avez toujours fait, vous aurez simplement plus de ce que vous avez déjà. Changez autant de fois qu’il le faut, et modifiez le comportement qui vous a mené jusqu’à présent dans l’impasse.
lecture connexe  10 différences cruciales entre le looser et le gagnant

2 – Créer votre propre chance

Un cadre explique : « Vu le nombre de postes que j’ai occupés, les gens trouvent toujours que je suis chanceux, pourtant je suis rarement candidat, si vous ne demandez rien, vous obtenez rien, et si je suis chanceux aux yeux des autres, à mon avis, c’est que je me crée ma chance ». Finalement, vous remarquerez votre prochain job selon son degré de ressemblance qu’il a avec vous, vous repérez celui qui vous ressemble, et votre chance est de savoir vous placer sur son chemin et de le reconnaître.

Lecture conseillée : Management et communication : 100 exercices: Pour gérer l'incertitude et la complexité de Denis Cristol

Viser un poste n’exclut pas d’être à l’affût de celui qui fait irruption dans votre vie. Le hasard est avare en matière d’emploi, et le recrutement considéré plutôt comme une affaire d’initiés, part du principe qu’en définissant le profil idéal recherché, le recruteur conditionne le choix de celui qui va repérer son offre. Comme l’exprime si bien Prévert : « Le hasard n’arrive pas par hasard. »

3 – Vous estimer et croire en vous

Aimer ce que vous êtes et ce que vous faites, sans nombrilisme, c’est utiliser votre capital de confiance en soi qui résonne au diapason des émotions des autres, et repérer facilement l’opportunité qui passe, comme le résultat d’une curiosité intuitive pour un but. Un cadre la décrit ainsi : « Un jour, j’achète une Buick rouge avec des chromes rutilants, je croyais épater la galerie, et être quasiment le seul dans Paris à avoir une telle américaine. Dès le lendemain, je me rendis compte dans la circulation parisienne qu’il y en avait beaucoup, le plus souvent rouges, et beaucoup d’américaines ».

Ce qui vous attire est plus facilement remarqué, à condition de savoir réellement ce que vous voulez. Un patron reçoit un collaborateur et lui annonce son intention de le nommer chef de service. Le cadre bondit de joie en s’écriant : « Quel bonheur ! Je n’ai jamais eu de chance ! ». Le patron se reprend : « Enfin j’y réfléchis ». Il ne fut jamais promu, le patron refusa de le nommer à ce poste, en fait celui qui avoue ne pas avoir de chance reconnait implicitement qu’il ne croit pas à sa bonne étoile ou n’a pas confiance en lui.
Lecture connexe  Boostez votre estime professionnelle : 3 règles d’or !

4 – Choisir un emploi avec votre coeur

Vous devez appréhender le travail, non avec des chiffres et des ratios, mais au travers du filtre de votre vie personnelle. Votre ressenti définit votre choix d’une profession, votre engagement, votre solidarité au sein d’une équipe et le partage d’émotions. Le job dans lequel vous vous épanouirez est celui dans lequel vous vous faites des amis, si vous vous identifiez à une corporation, à un métier ou à un secteur, c’est bon signe, et si les résultats ne sont pas encore là, continuez dans cette voie. Sinon, cherchez un autre secteur, métier, travail…

Pour qu’un emploi vous soit offert, il doit d’abord exister dans votre esprit, à l’instar de tout ce qui vous entoure – objets domestiques, inventions… – qui ont d’abord existé dans la pensée ou les émotions de quelqu’un. Des exemples expliquent bien ce processus : l’inventeur du Monopoly, vendu chaque année à des millions d’exemplaires, est une victime du krach boursier de 1929 qui avait le vice de la spéculation, forcé par la ruine, il a magnifiquement transformé ce qui avait fait sa perte en idée géniale et bénéfique jusqu’aujourd’hui.
Lecture connexe Pourquoi l’intelligent émotionnel réussit

5 – Soigner votre look

C’est votre image, votre look, votre apparence physique, votre manière de vous déplacer et de vous présenter qui sont jaugés par les recruteurs. Une apparence propre et soignée n’est pas frivolité mais respect. Il ne s’agit pas d’un concours de beauté ou d’une élection de miss, mais de beauté, celle qui ne tombe pas du ciel mais celle qui est une quête de tous les jours.

Votre apparence dépend aussi de votre santé et de votre confiance en vous. En forme, vous répondez mieux à un recruteur, si vous vous aimez, si vous êtes bien dans votre corps qui est votre demeure jour et nuit. Si vous croyez en vous, vous rayonnez de l’intérieur, et dans les entretiens, vous aurez naturellement présence, allure et style. Ce qui fait aussi du recrutement une affaire de diététique et d’optimisme. Veiller à votre santé est souvent plus important que faire un CV.
Lecture connexe Avez-vous le look de l’emploi ?

6 – Cultiver votre réseau

Aujourd’hui, à l’heure des geeks, des hakers, des réseaux sociaux et du marketing viral, une évidence s’impose à votre action : vous devez entretenir, développer et exploiter votre réseau. D’abord votre réseau réel : vous ne devez pas le commencer le jour où vous en avez besoin. Trop tard et inutile à court terme. Partout où vous passez, vous vous liez avec des personnes que vous perdez de vue au fil de votre cursus. Gardez le contact, entretenez un lien – ne serait-ce qu’une fois dans l’année pour les voeux.

Ensuite le réseau virtuel : entretenir votre e-réputation et vous googleliser est primordial. Saisissez votre nom et votre prénom entre guillemets dans Google et vérifiez combien de fois votre nom est cité, cela vous montre le travail à faire, à partir de ce qui se dit sur nous, en quantité et en qualité. Dans ce marché hautement concurrentiel, votre marque personnelle, votre image synthèse de vos talents et compétences vous différencie.

Vous devez devenir incontournable sur un sujet, un thème, une profession, en étant présent dans les manifestations réelles et virtuelles : salons, forums, conférences, soirées networking… et développer votre visibilité par un blog, un site, une page personnelle, une vidéo…
Lecture connexe  Réseautage : habitudes à prendre pour devenir un pro