Aie-aie-aie encore une journée de recherche infructueuse … Si vous sentez l’ennui venir à grands pas, il y a de grandes chances que les employeurs potentiels vous trouvent … ennuyeux ! Comment pouvez-vous vous rendre compte que votre façon de postuler est ennuyeuse ? Et pouvez-vous y faire quelque chose ? Voici quelques clés tirés d’un article du site Careerrealism.com.

Vous manquez de conviction dans vos recherches

Votre journée est-elle du type : je me lève, je fais le café, j’allume le PC, je postule, je grignote quelque chose, je retourne au PC, je regarde la télé, je vais me coucher. Et ainsi de suite. Impossible de sortir de cette routine et c’est difficile d’être enthousiaste dans ce schéma sur le long terme. Que faire plutôt ? Si vous avez du mal à vous motiver, cela veut dire que vous ne faites pas ce qu’il est indispensable de faire pour réussir dans votre recherche d’un poste.

Bien sûr, il y aura quelques candidatures qui dureront un peu, avec un peu de suspense, ou des moments où vous devrez vous creuser un peu la tête pour rédiger un CV de challenger pour améliorer l’ordinaire de votre journée de chercheur d’emploi. Mais en général, votre recherche d’un poste devrait tourner autour de la recherche d’opportunités et de la vente de vos compétences à ceux qui proposent des emplois. Si vous ne pouvez pas vous vendre de toutes vos forces, vous êtes certain que vous ne serez jamais appelé pour un entretien. Cherchez les opportunités.

Vous passez à côté de nouvelles options

Souvent, les clients disent qu’ils ne trouvent même pas les postes auxquels ils pourraient postuler. Ils cherchent chaque jour sur les mêmes jobboards, les mêmes sites des mêmes cabinets. Ils ne cherchent tout simplement pas au bon endroit. Que faire plutôt ? Les postes pour lesquels vous postulez sont probablement des postes récurrents – soit parce que l’employeur cherche constamment parce qu’il n’est pas un excellent employeur, soit parce que l’employeur cherche à pourvoir un poste mais pas par vous.

logo iciformation

Réalisez votre bilan de compétences
chez vous

Vous souhaitez consolider vos compétences, évoluer dans votre carrière ou avez envie de vous reconvertir ?

Le bilan de compétences vous permet de faire un point sur votre projet.

Contactez votre organisme à distance et financez votre projet grâce à vos droits CPF !



Réfléchissez à des méthodes qui vous permettent de joindre les employeurs pour lesquels vous aimeriez travailler. En outre, essayez de contacter directement des employeurs par le biais d’amis, de parents et de mentors, pour déterminer s’ils ont connaissance de personnes ou de postes à pourvoir chez ces employeurs que vous convoitez. Regardez des publications écrites (journaux d’entreprise, journaux, bibliothèque, Pôle Emploi), et allez voir des agences d’intérim et des chasseurs de têtes.

Vous ne faites rien, à part chercher du travail

C’est d’un ennui ! De quoi allez-vous parler durant les opportunités de faire du réseau ? De quoi va être faite votre préparation à un entretien ? Quelle sera votre réponse lorsque l’on vous demandera ce qui vous fait vibrer ? Que faire plutôt ? A côté de préparer des choses intéressantes auxquelles réfléchir et à propos desquelles parler, il est bon d’avoir un objectif vers lequel tendre. S’engager dans une formation ou faire une activité à laquelle vous prendrez plaisir contribuera à garder votre esprit actif et stimulé. Prendre une pause par rapport à votre recherche d’emploi peut également être profitable pour que vous preniez du recul et retourniez à votre table avec des idées plus claires.

Vous ne savez pas qui pourrait bien s’intéresser à votre courrier

Envoyez-vous le même courrier de motivation à tous les employeurs ? L’avez-vous lu et relu ? Cherchez les raisons pour lesquelles votre lettre pourrait ne pas être lue du tout ou n’avoir aucun impact. Que faire plutôt ? Lisez des articles récents sur ce qui fait un bon courrier de motivation et repartez de zéro. Si possible, faites appel à un professionnel (les quelques euros dépensés seront largement rentabilisés). Au moins demandez à quelqu’un de relire votre lettre et de vous donner son point de vue pour mieux mettre en avant votre motivation.  N’hésitez pas, avec subtilité, à poser des questions dans votre courrier. Par exemple : « je me suis toujours demandé …” Partagez une brève anecdote. Utilisez tout ce qui est à votre portée pour attirer l’attention par votre rayonnement positif.

Votre CV est en noir et blanc

Du Times roman noir et rien d’autre, existe-t-il quelque chose de plus soporifique ? Cela fait-il des mois que vous utilisez le même CV pour ainsi dire inchangé? Vous êtes-vous contenté de modifier un mot ou deux ici et là ? Que faire plutôt ? Commencez donc par changer de police : Verdana, Calibri, Cambria, sans partir dans tous les sens, mais pour mettre en valeur votre CV. Mettez un peu de couleur. Faites des sous-titre en bleu foncé. Le gras et l’italique ou des titres en petites capitales peuvent aussi rendre votre copie plus attractive. Utilisez un encadré pour faire ressortir l’important dans ce que vous communiquez. Cherchez des idées sur le web avec les mots-clés : « exemple de titre de poste ». Ne vous laissez pas submergez, empruntez deux ou trois bonnes idées.

Vous ne cherchez pas les postes dont vous avez envie

Evidemment il se peut que vous ayez besoin d’un emploi le plus vite possible, simplement pour payer vos factures. Mais il vous faut savoir quel genre de poste que vous voulez vraiment avoir pour que, si vous en trouvez un, vous l’obteniez en vous mettant en mode gestion de projet. Que faire plutôt ? Si vous pensez que les postes pour lesquels vous postulez aujourd’hui sont un pas vers votre job de rêve, cela insufflera une nouvelle vie dans votre recherche. Restez concentré sur votre objectif final : là où vous voulez être, que ce soit pour obtenir un poste qui est une nouvelle étape de votre plan de carrière ou votre job de rêve. Ceci va donner de l’énergie à vos entretiens et les employeurs le remarqueront. Immanquablement.

Article précédentLeadership pour Elles, du coaching pour toutes
Article suivantInterview exclusive de Sylvie Clin, dirigeante de BeTomorrow
Après avoir été dans une première vie assistante de président dans le BtoB et le BtoC, Anne à 44 ans réussit une reconversion professionnelle pour être responsable en ressources humaines. Après 7 ans d’exercice en entreprise, elle exerce aujourd’hui en freelance comme DRH en temps partagé. Trilingue (anglais, néerlandais et français), au service du dirigeant, son challenge est le changement pour le bien-être des salariés. Parmi ceux qui disent mettre l’homme au coeur de l’organisation, combien le font ? Manager les hommes se résume en trois mots : empathie, fermeté et exemplarité. Elle prépare sa troisième vie en écrivant des articles et en commençant une thèse de doctorat…