Derrière cet article, il y a le travail d’une équipe, un article similaire s’achète entre 3 et 10 euros,  mais vous pouvez payer ce que vous voulez, et dans tous les cas poursuivre votre lecture autant que vous le souhaitez.

Cet article fait partie des plus lus

Comment un employeur recrute 

Il fait jouer la promotion interne, puise dans les candidatures spontanées, regarde dans son entourage proche ou sa famille diplômaire, demande à ses actionnaires, à ses banquiers… Sans résultat, il passe une annonce dans différents jobboards, exploite  les réseaux sociaux, les bases de données par métier… Si ces démarches restent sans succès, il se résout à confier la recherche à un cabinet de recrutement. Cela signifie la plupart du temps que le poste proposé par un cabinet n’a pas été voulu par d’autres pourtant mieux placés : relations du DG, protégé d’un actionnaire, recommandé d’un banquier…. Cette défection à une époque où des milliers de cadres de qualité sont en recherche  cache  souvent un job dangereux ou sans avenir. Mieux vaut rester sur vos gardes quand vous êtes convoqué par un chasseur de têtes, et prendre vos précautions, poser mille questions, renseignez-vous, menez votre enquête…  pensez à vous avant de vous décider. Tous les postes confiés à un cabinet ne sont pas pourris, mais en règle générale, ils comportent des enjeux délicats et des risques à bien peser.
Lecture recommandée Comment saboter votre recherche d’emploi

Attaquer le marché de l’emploi
comme Christophe Colomb

Le marché aujourd’hui est illisible. Sur le net des millions d’annonces sont publiées, souvent les mêmes sur des sites différents,  souvent visibles encore alors que le poste est pourvu, il y a aussi les annonces bidons, pour générer des CV pour les brokers. On estime tous ces postes (médias de recrutement, cabinets, APEC…) à  20 % des offres totales du marché à un moment donné. Si vous vous attaquez à cette partie, vous vous noyez dans la masse des demandeurs d’emploi et la violence de la compétition.  90 % des candidats ciblent 20% des postes refusés par d’autres mieux placés. Laissez bien sûr des alertes sur les sites emploi, on ne sait jamais, mais investissez juste ce qu’il faut, les probabilités de trouver étant infinitésimales, et donnez votre temps et votre énergie à d’autres actions. Agissez sans attendre que le marché se dégage, l’inconnu de la destination finale n’est pas une raison d’immobilité. Face à cet océan imprévisible, le moyen le plus sûr d’atteindre votre but est d’en avoir un, de faire un plan de réalisation, de vous organiser en conséquence, et d’être prêt à en changer. Votre but du moment a peu de chance d’être celui de demain, les critères d’appréciation évoluent, mais si vous ne pouvez pas faire de prévision, faites des préparatifs et avancez. Christophe Colomb a raté les Indes mais découvert l’Amérique, il n’imaginait pas cette destination puisque elle lui  était inconnue
Lecture recommandée Bon à savoir : 9 spécificités du marché de l’emploi en 2015

Lecture conseillée : Management et communication : 100 exercices: Pour gérer l'incertitude et la complexité de Denis Cristol

Changer de poste et pas d’entreprise,
ou d’entreprise et pas de poste

Si vous êtes en poste, vous devez choisir une stratégie, et une seule à la fois. A trop embrasser, on étreint mal. Aujourd’hui, Il  est difficile, si ce n’est impossible, de changer et d’entreprise et de fonction en même temps. Quand vous estimez avoir fait le tour de votre poste et que vous aspirez à de nouvelles responsabilités, la première possibilité est de rester dans votre entreprise et de profiter, parfois en attendant longtemps, d’une promotion interne sur la base de votre réussite dans le poste occupé et des qualités démontrées ; une promotion interne coûte moins cher à l’entreprise qu’un recrutement extérieur, elle peut donc être disposée à vous faire confiance sur un nouveau métier. La deuxième possibilité consiste à quitter l’entreprise qui ne vous offre pas d’opportunité et à  chercher l’extérieur. Dans ce cas, vous serez « acheté » pour le poste que vous occupez déjà. Choisissez une entreprise qui vous plait pour ses femmes et ses hommes, sa croissance, ses produits, sa culture… et  vendez-lui vos compétences avérées, votre savoir-faire, votre expertise… Elle vous paiera pour cela.  Certes vous n’avez plus envie de faire le même métier, mais souvent c’est la voie obligée pour en changer à terme, sur la base des résultats que vous atteindrez facilement dans un poste que vous connaissez parfaitement.  Avant de vous engager, assurez-vous que la promotion interne y est pratiquée, une fois la fonction remplie avec satisfaction, adoptez la stratégie de la fonction,  et changez de poste par le biais de la promotion interne,  sur la base de la confiance gagnée.
Derrière cet article, il y a le travail d’une équipe, un article similaire s’achète entre 3 et 10 euros,  mais vous pouvez payer ce que vous voulez, et dans tous les cas poursuivre votre lecture autant que vous le souhaitez.

Cet article fait partie des plus lus

Lecture recommandée Secrets de votre prochaine promotion