Comment devenir la première fortune française

Première fortune européenne de l’Union européenne et 4e fortune mondiale en 2012 avec un patrimoine estimé à 41 milliards de dollars selon Forbes, École polytechnique (promotion X1969).  1971, il entre chez Ferinel avec son père et vend ces activités BTP et se convertit   dans la promotion immobilière sous le nom commercial de Férinel. Il succède à son père en 1978. En 1981 il rachète la Financière Agache,  qui englobe le groupe Boussac, Christian Dior hors parfum, Le Bon Marché, Conforama  et les couches Peaudouce. Il reçoit 2 milliards de francs de l’État (gouvernement Fabius) contre la promesse de ne pas licencier les 16 000 salariés. Il revend très vite et garde Christian Dior Couture et le grand magasin Le Bon Marché. Les textiles Boussac sont revendus au groupe Prouvost. Après le le krach d’octobre 1987, il achète des actions LVMH, composé de Hennessy (Champagnes Moët & Chandon, Ruinart, Mercier, Canard-Duchêne,  cognac Hennessy, et   du groupe Louis Vuitton composé de Louis Vuitton Malletier, Givenchy, Champagne Veuve Clicquot Ponsardin. Avec 25 % des parts, il prend le contrôle du groupe, et  devient actionnaire majoritaire en 1989. La structure financière du groupe LVMH fait de Bernard Arnault un manager actionnaire. Il dirige opérationnellement le groupe tout en étant son actionnaire de contrôle.
A lire aussi Bernard Arnault, créateur d’emplois et de richesses… dans le monde !

LVMH, 1er groupe de luxe du monde

En onze ans, la valeur du groupe est multipliée par quinze, le chiffre d’affaires et le bénéfice augmentent  de 500 %. Il décentralise les prises de décision des marques, chaque entreprise fonctionnant indépendamment des autres. Il entreprend une stratégie d’aquisitions : Céline,   Berluti, Kenzo, les parfums Guerlain, Loewe, Marc Jacobs,  Sephora, Thomas Pink et Make Up For Ever, Emilio Pucci, Fendi, DKNY, La Samaritaine, 64 % du capital de Château d’Yquem grand cru classé de Sauternes dans le vignoble bordelais. En dehors du luxe il achète La Tribune et la revend  pour acquérir le quotidien économique français, Les Échos. En association avec Colony Capital, Groupe Arnault entre dans le capital de Carrefour, investit dans le marché du yacht  Princess Yachts et  Royal van Lent. En 2014 il réalise un chiffre d’affaires de 30,6 milliards d’euros, un résultat net de 5.6 milliards.
A lire aussi Chanel

Bernard Arnault français, belge et international

En septembre 2012,  sa demande de nationalité belge, fait la une des journaux. Bernard Arnault a créé Protectinvest,  une fondation de droit privé, en Belgique en 2008, pour éviter la dislocation du groupe LVMH lors de son décès en cas de mésentente entre ses héritiers et non pour fuir la fiscalité française. Début 2013, la majorité de ses actifs sont transférés en Belgique.  Une cascade de holding rend aléatoire la valeur précise de son patrimoine Le magazine Forbes estime sa fortune à plus 41 milliards d’euros, le classant 1ère fortune de France, et quatrième mondiale. Il a  demandé sa naturalisation en Belgique pour des raisons juridiques liée à la fondation  Protectinvest. Les députés belges accordent la nationalité belge s’ils sont convaincus des « attaches » de Bernard Arnault avec la Belgique qui possède un domicile à Uccle et un groupe qui a «des activités économiques parfaitement réelles». Le parquet de Bruxelles a ouvert une information judiciaire pour examiner la structure de ces sociétés. Affaire à suivre.  Amateur et collectionneur d’art, il développe des actions de mécénat, en soutenant des expositions Andy Warhol, Picasso et les maîtres au Grand Palais,  Giacometti… met à la disposition de jeunes musiciens des violons confectionnés par Stradivarius à Crémone.  En 2006, la construction de la Fondation Louis-Vuitton est lancée pour la création et l’art contemporain au Jardin d’acclimatation de Paris.
A lire aussi  La Fondation Louis Vuitton : l’œuvre d’Arnault et de Gehry
http://www.lvmh.fr/