Série d’été « Les grands dirigeants du sport » 11/14

A la tête de la société informatique Cegid, qu’il a créée en 1983 cotée en bourse sur le premier marché avec un chiffre d’affaires d’environ 260 millions d’euros et plus de 2000 collaborateurs, Jean-Michel Aulas a appliqué au club de football l’Olympique lyonnais (OL) qu’il préside depuis 1987 les mêmes recettes de gestion que celles d’une entreprise. Résultat : l’OL est devenu dans les années 2000 le premier club français dans le Top 20 européen avec un budget conséquent et a gagné sept titres de champion de France consécutifs à partir de 2002. Jean-Michel Aulas a également lancé une équipe féminine qui remporte des résultats probants et a posé en 2013 la première pierre d’un stade privé aux dimensions européennes. Portrait de cet entrepreneur précurseur tiré du livre “Les grands dirigeants du sport”*.

Le jeune patron lyonnais

Né en 1949 à l’Arbresle, petite ville située à 20 km de Lyon, Jean-Michel Aulas a l’ambition de devenir professeur de sport, mais doit renoncer à ce projet après avoir eu une fracture de ses vertèbres lombaires suite à un accident de ski. Féru d’informatique, il se tourne alors vers l’entrepreneuriat et créé dès 1968 avec trois de ses camarades de sa promotion de BTS informatique, le Centre européen de gestion de l’informatique (Cegi) qui sera revendu trois ans plus tard à la Cegos, une société leader dans la formation professionnelle. Aulas y travaille 13 ans et souhaite redevenir son propre patron. Il créé en 1983 la Compagnie européenne de gestion par l’informatique décentralisée (Cegid) qui se développera rapidement : en 1996, la société entre sur le second marché boursier, puis en 1992 sur le premier. En déployant des solutions de gestion informatique via ses 10 filiales étrangères dans plus de 75 pays à travers le monde, Cegid pèse en 2012 environ 260 millions d’euros et emploie plus de 2000 collaborateurs.

L’OL gérée comme une entreprise

Propulsé presque contre son gré à la tête de l’OL en juin 1987, Aulas va structurer rapidement ce club, notamment sur le plan marketing et commercial, pour en faire un modèle économique profitable au milieu des années 2000. Il lance son plan “OL Europe” pour attirer les sponsors et obtient de premiers résultats sportifs avec la montée en 1ère division en 1989 et le droit de participer à la Coupe de l’UEFA lors de la saison 1991-1992. Le club passe alors du statut associatif à celui de société commerciale et ouvre en 1999 son capital à Jérôme Seydoux, PDG du groupe de cinéma Pathé, qui débourse 15 millions d’euros et devient le second actionnaire de l’OL et son vice-président. Cela permet alors au club de s’offrir en 1999 les services de l’attaquant du FC Barcelone, Sonny Anderson, pour un montant de transfert record en France à l’époque (17,5 millions d’euros).

Une ambition européenne

Jean-Michel Aulas se donne les moyens de ses ambitions européennes : il créé une holding, OL Groupe, possédant des parts variables de capital dans dix entreprises filiales, chacune spécialisée dans un secteur (OL Voyages, OL Images, OL Merchandising…). Et en 2007, l’OL est introduit en bourse. Dans le même temps, Aulas s’impose au niveau des instances nationales et européennes de football dans lesquelles il est élu ou qu’il a lui-même contribué à créer. Il fait partie des présidents de clubs de division 1 à l’origine de la naissance de l’Union des clubs professionnels de football (UCPF) et devient en 1992 vice-président de la Ligue nationale de football, une fonction qu’il occupe toujours. Au niveau européen, Aulas est élu en 2007  président du G14, une puissante organisation créée en 2000 par les 14 clubs les plus riches d’Europe et dans laquelle l’OL a été admis en 2002.

Suivant l’exemple de grands clubs européens, Aulas lance en 2005 un projet de stade privé : l’OL Land. Rebaptisé “Stade des lumières” et après du retard dû à de nombreux recours, les travaux sont lancés le 30 juillet 2013. Ce stade, implanté à Décines, dans l’Est lyonnais, dont le coût est estimé à plus de 400 millions d’euros, permettra d’accueillir 58 000 spectateurs, dont 6000 VIP qui constituent près de 50% des recettes de billetterie dans les grands clubs. Il devrait être opérationnel pour accueillir l’Euro 2016 de football. Autre développement de l’OL : la construction d’un club féminin professionnel qui a été décisif au niveau des résultats avec des titres de championne de France obtenus depuis 2007 et de la Champions League en 2011 et 2012.

* Pour lire l’ensemble du portrait de Jean-Michel Aulas : Les grands dirigeants du sport – 23 portraits et stratégies de management. Sous la direction de Emmanuel Bayle. Editions De Boeck.
Les auteurs de ce portrait sont les professeurs François Aurélien (Université de Bourgogne) et Emmanuel Bayle (Université de Lausanne).