Parfois il peut être plus rentable d’être coach et conférencier que d’être un trader qui trompe des milliers d’investisseurs : la preuve avec Jordan Belfort. Ce dernier, qui a inspiré le film de Martin Scorsese, « Le Loup de Wall Street » sorti en décembre dernier en France et dans lequel Leonardo Di Caprio joue le rôle principal, facturerait aujourd’hui chacune de ses conférences à 150 000 dollars, nous apprend Les Echos. Cela devrait lui assurer des revenus de plus de 100 millions de dollars en 2014, comme il l’a lui-même déclaré lors d’une conférence à Dubaï, contre seulement (!) 50 millions de dollars par an, la somme qu’il gagnait lors de ses meilleures années de courtier.

Grandeur et décadence du “Loup de Wall Street”

L’histoire de Jordan Belfort est racontée dans son livre écrit en prison et paru en 2009, “Le loup de Wall Street”, dont les droits ont été rachetés par Leonardo Di Caprio avant même la sortie du film. Il faut dire que le scénario a de quoi faire pâlir d’envie tous les scénaristes d’Hollywood avec la description détaillée de l’ascension d’un jeune trader qui parle de cocaïne, de virées en hélicoptère, de prostituées, de son yacht de luxe qu’il a coulé dans la Méditerranée, bref de l’ivresse du pouvoir. C’est en faisant grimper artificiellement le cours des actions de  compagnies dans lequel il détient des parts et qu’il revend à profit avant que les cours ne s’écroulent qu’il touche le pactole : 50 millions de dollars par an ! Mais l’histoire ne s’arrête pas là : en 2004 il est officiellement inculpé pour fraude et blanchiment et se voit condamné à 4 ans de prison, une peine allégée de moitié car il coopère avec le FBI. Son avocat Ira Lee Sorkin – qui défendra un autre escroc de légende, Bernard Madoff – le décrit comme « un génie de la vente qui s’est laissé emporter par l’hubris », rapporte Vanity Fair.

Conférencier inspiré et fortuné

Devenu libre, Jordan Belfort a engrangé les droits d’auteur de son livre “Le loup de Wall Street” écrit en prison ainsi que sur le film de Scorsese. Mais il s’est surtout reconverti en une sorte de gourou du coaching professionnel et a fait de son nom une véritable marque. Sur son site Jordanbelfort.com, il propose des techniques de persuasion pour mieux vendre pour la modique somme de …1997 dollars. Avec pour illustrer son propos le film “Le loup de Wall Street” présent sur toutes les pages du site et un argument choc : utilisez mes techniques, mais de façon éthique ! Dans le même temps, il multiplie les conférences et fait monter les prix depuis la sortie du film. Il devrait gagner plus de 100 millions de dollars en 2014, ce qui lui permettrait de rembourser les 110 millions de dollars qu’il doit encore restituer. Prochaines dates de ses conférences : le 28 mai à Londres et l’Australie et la Nouvelle Zélande en juin… A quand la France ?



Article précédentAttractivité : Paris, 6ème ville mondiale
Article suivantCadres : aux urnes dimanche !
Sophie Lhameen, journaliste multimédia (web et print), a travaillé pendant 15 ans comme journaliste spécialisée sur l'Afrique avant de devenir en 2008, rédactrice en chef adjointe du magazine Le MOCI (Moniteur du commerce international) jusqu'en janvier 2013. Ses centres d'intérêt : l'entreprise, le management, les ressources humaines, l'emploi, l'économie, l'intelligence économique et de l'international. Google+