Série d’été « Les grands dirigeants du sport » 6/14

Après avoir été pendant 23 ans le bras droit du président de la FIFA (Fédération internationale de football association) Joao Havelange, Joseph “Sepp” Blatter a été élu en 1998 à la tête de cette organisation et réélu depuis. Bien qu’il ait annoncé lors de son élection en juin 2011 qu’il ne se présenterait pas en 2015 pour un 5ème mandat, il a déclaré en juin 2014 à l’ouverture des JO de Sotchi  qu’il accepterait un nouveau mandat de président de la FIFA dans le cas où il serait de nouveau sollicité par les associations membres. 6ème portrait de notre série d’été “Les grands dirigeants du sport” tiré de l’ouvrage* du même nom.

Des débuts comme spécialiste des relations publiques

Né en 1936 à Viège, petite ville suisse du canton du Valais, “Sepp” Blatter débute comme journaliste sportif avant de devenir responsable des relations publiques du tourisme du Valais, puis de la manufacture horlogère suisse Longines SA. Au sein de cette société, il participe pour la première fois aux JO de 1972 puis de 1976 pour la mise en place et l’organisation des instruments de chronométrage des compétitions, ce qui lui permet d’être en contact avec la scène du sport international. Parallèlement, il sera de 1948 à 1971 footballeur en première ligue amateur de Suisse.

Dans les arcanes de la FIFA

C’est en 1975 que Sepp Blatter intègre la FIFA – qu’il ne quittera plus – comme directeur des programmes de développement de l’organisation : il posera les jalons des championnats du monde junior ainsi que de football féminin et de football en salle, qui représentent aujourd’hui une part importante des activités de la fédération internationale. Dans le même temps, Blatter grimpe rapidement au sein de la FIFA : il est nommé en 1981 secrétaire général, puis en 1990 directeur exécutif de l’organisation et devient le bras droit du président de l’époque Joao Havelange. Sous son égide, un total de cinq coupes du monde seront organisées : Espagne 1982, Mexique 1986, Italie 1990, USA 1994 et France 1998.

Le “système Blatter”

Coopté par Joao Havelange pour lui succéder à la présidence de la FIFA, Sepp Blatter est élu à ce poste en juin 1998 après avoir déjà travaillé pour la FIFA pendant 23 ans ! Réélu quatre fois, il cumulera en 2015 plus de 39 ans d’activités au sein de la FIFA. Il met en place un ambitieux programme de développement prévoyant notamment l’élargissement de la palette des compétitions de la FIFA et l’accroissement des recettes avec le sponsoring, le merchandising, la vente de produits dérivés et les droits de retransmission TV des compétitions. Blatter dénoncera ainsi le contrat qui lie la FIFA à l’European Broacasting Union et obtiendra une augmentation sensible du montant (500 millions de francs suisses).

Au bout de 16 ans de présidence de Blatter, on peut considérer que tous les mécanismes de gestion moderne d’entreprise ont été mis en place au sein de la FIFA : une gouvernance forte; des revenus en augmentation (plus de 3,8 milliards d’euros pour la période 2011-2013) avec même un fonds de réserve; une image d’entreprise forte permettant de vendre un “produit spectacle” unique qui a le pouvoir d’intéresser le monde entier et d’être un élément central des sources de gain de tous les partenaires (FIFA, sponsors et TV). Souvent contesté (voir notamment les livres très critiques d’Andrew Jennings), Blatter a su à chaque fois faire front grâce à ses réseaux et à son art de la communication. Sera t-il s’imposer pour un 5ème mandat ? C’est la question que tout le monde se pose.

* Pour lire l’ensemble du portrait de Sepp Blatter : Les grands dirigeants du sport – 23 portraits et stratégies de management. Sous la direction de Emmanuel Bayle. Editions De Boeck.
L’auteur de ce portrait est Sandro Arcioni, enseignant-chercheur dans le domaine de la gouvernance.



Article précédentBonheur au travail : trois théories divergentes
Article suivantQuand la brocante sauve le banquier
Sophie Lhameen
Sophie Lhameen, journaliste multimédia (web et print), a travaillé pendant 15 ans comme journaliste spécialisée sur l'Afrique avant de devenir en 2008, rédactrice en chef adjointe du magazine Le MOCI (Moniteur du commerce international) jusqu'en janvier 2013. Ses centres d'intérêt : l'entreprise, le management, les ressources humaines, l'emploi, l'économie, l'intelligence économique et de l'international. Google+