Chacun sait que les employeurs sont très frileux et circonspects lorsqu’ils recrutent car le processus de recrutement d’un salarié peut avoir un grand impact sur l’avenir d’une entreprise ou d’une organisation. C’est pourquoi les employeurs cherchent à avoir des réponses à des questions clés durant les entretiens de recrutement. Il existe 5 questions clés auxquelles tout recruteur entend avoir des réponses précises, selon un article de Chris B. Roberts publié sur le site Careerealism*.

1 – Avez-vous bien toutes les compétences requises?

L’un des soucis majeurs d’un recruteur est de trouver des talents pérennes basés sur des compétences et des connaissances capables de soutenir la concurrence. C’est pourquoi vous devez vous demander si vous avez bien les qualités requises pour occuper le poste. Pour un employeur qui ne veut pas dépenser plus d’argent à former un nouvel embauché et dont le recrutement a déjà été un investissement en soi, votre capacité à prouver vos compétences en rapport avec le poste est un point crucial.

2 – Etes-vous motivé ?

Le caractère et le tempérament sont très importants dans la décision de recruter quelqu’un car ils constituent des facettes du candidat qui ne peuvent être modifiés. Bien que le contexte soit professionnel, les employeurs s’intéressent fortement aux qualités personnelles du candidat telles que l’intégrité, la confiance en soi, la capacité de jugement, l’intelligence, les compétences en matière de communication et la motivation. Cette dernière qualité est souvent perçue comme l’ultime preuve que le candidat est le meilleur pour le poste. Un manque de motivation est la première cause d’insatisfaction au travail.

En conséquence, posez-vous la question de savoir si vous avez les qualités personnelles requises. Les conflits liés au caractère et au tempérament d’une personne peuvent entraîner des décisions douloureuses ou des process coûteux tels qu’une médiation en France. Aux Etats-Unis on ne peut pas écarter le risque du recours à des avocats pénalistes …

3 – Saurez-vous vous  intégrer parmi les salariés ?

Serez-vous capable de vous adapter aux valeurs, comportements de l’entreprise ? De même, votre capacité à être un bon élément au sein d’une équipe est essentielle. Lorsque vous préparez votre entretien de recrutement, souvenez-vous que tout employeur va analyser votre aptitude à vous insérer dans la culture de l’entreprise en fonction des qualités de sociabilité dont vous semblez faire preuve.

4 – Est-il facile de vous manager ?

Etes-vous capable de mettre en œuvre naturellement les instructions qui vous sont données ? Savez-vous communiquer ouvertement et avec tact ? C’est l’un des éléments clés que les employeurs vont vérifier. Lors d’un entretien de recrutement, vous devez vous demander s’il sera facile pour vous d’être supervisé, ou si vous ferez de votre mieux pour contourner les demandes ou mettre en question l’autorité de votre supérieur hiérarchique.

5 – Etes-vous au prix du marché ?

L’entreprise peut-elle s’offrir un professionnel comme vous ? Il s’agit en fait de l’une des préoccupations majeures de la plupart des employeurs: cela n’a aucun sens pour eux de recruter quelqu’un qui leur coûte trop cher. C’est pourquoi il vous faut vérifier si le poste est compatible avec votre évolution salariale et si les avantages annexes sont en lien avec vos attentes.

Penser aux questions essentielles que se posent les employeurs vous donnera plus de chance pour réussir votre entretien d’embauche. Si vous possédez les meilleures compétences et une expérience pertinente, de l’enthousiasme, de la motivation, et si de surcroît vous êtes un bon membre d’équipe qui se comporte bien avec son manager, alors vous êtes probablement la meilleure personne pour le poste.

* Voir l’article de  Chris B. Roberts publié sur le site Careerealism en cliquant ici.

Article précédentLa valeur du cerveau d’un cadre
Article suivantBonheur au travail : trois théories divergentes
Après avoir été dans une première vie assistante de président dans le BtoB et le BtoC, Anne à 44 ans réussit une reconversion professionnelle pour être responsable en ressources humaines. Après 7 ans d’exercice en entreprise, elle exerce aujourd’hui en freelance comme DRH en temps partagé. Trilingue (anglais, néerlandais et français), au service du dirigeant, son challenge est le changement pour le bien-être des salariés. Parmi ceux qui disent mettre l’homme au coeur de l’organisation, combien le font ? Manager les hommes se résume en trois mots : empathie, fermeté et exemplarité. Elle prépare sa troisième vie en écrivant des articles et en commençant une thèse de doctorat…