Publicité
Publicité

Brune Poirson, une secrétaire d’Etat de la génération Macron

Brune Poirson crédit photo consomac.fr

Brune Poirson, figure discrète du gouvernement comme secrétaire d’État au ministère de la transition écologique, sous la houlette de Nicolas Hulot, mérite un coup de projecteur par son parcours brillant, à tout juste 35 ans.

 

Attachée parlementaire à Londres, elle part en Inde avec Sam Pitroda, ministre de l’innovation

Née à Washington DC de parents français, elle grandit dans le Vaucluse et passe son baccalauréat en 2000 à Marseille. Après un premier diplôme de sciences politiques à Aix-en-Provence, elle s’envole pour l’Angleterre où elle peaufine ses connaissances en économie à la London School of Economics, avant de partir aux États-Unis, à la Harvard Kennedy School of Government.  Sa carrière dans la vie politique commence dès la fin de ses études à Londres, comme attachée parlementaire pour une députée travailliste. Rapidement, elle change de voie et travaille comme chargée de mission au National Endowment for Science, Technology and the Arts (La Fondation pour l’innovation britannique), où elle rencontre Sam Pitroda, le ministre de l’innovation en Inde pour le gouvernement de Manmohan Singh (économiste et Premier ministre indien de 2004 à 2014). Celui-ci lui propose d’intégrer son cabinet ce qu’elle accepte avec enthousiasme, et s’installe à New Delhi en 2009 à l’âge de 27 ans. Après cette expérience enrichissante en cabinet ministériel, Brune Poirson se tourne vers l’Agence Française de Développement en Inde où elle coordonne les premiers projets écologiques, axés sur le développement urbain en accord avec la préservation de la biodiversité.

PUBLICITE

Directrice du développement durable et de la responsabilité sociale de Veolia Water India

Elle monte en 2012 le think tank CITIX sur le thème du développement durable urbain, dont Sam Pitroda et son compagnon font partie. Elle accepte le poste de Directrice du développement durable et de la responsabilité sociale de Veolia Water India, et apporte l’eau courante dans des bidonvilles de plusieurs mégapoles indiennes. Elle s’envole ensuite vers Boston et travaille sur l’innovation sociale et la responsabilité sociale des entreprises, comme chercheuse dans un incubateur à startups des « technologies vertes » jusqu’en 2016.

PUBLICITE

Elue députée La République En marche ! et propulsée au Gouvernement

Intriguée par le mouvement La République en Marche ! d’Emmanuel Macron, elle rentre en France et s’engage. Candidate  aux législatives dans le Vaucluse, elle est élue députée le 18 juin  en arrachant la victoire au Front National à 50.67 % des voix. Nommée le 21 juin secrétaire d’État auprès du ministre de la Transition Ecologique Nicolas Hulot, elle laisse son siège à son suppléant. Ses nouvelles responsabilités sont saluées par son ex supérieur en Inde, Sam Pitroda, père de l’équipement de son pays en réseaux de télécommunication, qui écrit sur Facebook : « C’est l’histoire incroyable d’une jeune fille venue d’une petite ville française, qui a travaillé dur, beaucoup étudié et qui rêvait en grand. […] Va aider à transformer la France, Brune. »

Brune Poirson représente la génération Macron

Avec Sébastien Lecornu, secrétaire d’État lui aussi, Brune Poirson est désormais chargée d’assurer la représentation de la France dans les grands débats écologiques européens et d’en défendre les intérêts. Elle aborde des thématiques variées, de l’économie circulaire en passant par le recyclage et la gestion des déchets, les émissions carbone, les perturbateurs endocriniens, et  participe activement aux négociations européennes concernant la prolongation de l’exploitation du glyphosate. Femme discrète, ambitieuse, au parcours brillant, Brune Poirson incarne à merveille la génération Macron, bébé politique et mondialisé. Jugée trop effacée par le chef de l’État, elle devrait faire un peu plus parler d’elle dans les mois à venir grâce à un nouveau plan de communication chargé de la mettre en valeur. Affaire à suivre !

1 réaction

  1. JOCELYNE MOUTON

    31 mai 2018 à 6 h 51 min

    Parcours similaire pour la défense de l’environnement et le développement: mon investissement en ONG – Visionnaire mais pas reconnue par la France pour mon parcours sans faute.

Réagissez à cet article

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0
0
0

Abonnez-vous GRATUITEMENT aux digests du magazine.
[Modifiez à tout moment la fréquence de réception ou annulation ]

x