Des logiciels capables
de traiter une foule
de paramètres

Dans un monde où tout va toujours plus vite, où les événements sont de plus en plus complexes,  la théorie de la Business Intelligence est plus que jamais d’actualité. Les cabinets de conseil en stratégie et les éditeurs de logiciels l’ont d’ailleurs bien compris : ils développent tous des outils informatiques d’aide à la décision. Lorsqu’il faut tenir compte d’une foule de paramètres pour trancher, il devient intéressant de s’offrir l’une de ces solutions informatiques. Parmi les plus connues : Business Object, Cognos, Tableau software ou encore Tibco software. Certes, le prix de ces logiciels est élevé (plusieurs milliers d’euros pour les plus basiques), mais ils sont capables de collecter un nombre infini d’informations dans les bases de données d’une entreprise (prix, coût, charges, ventes, nombre de clients ou de fournisseurs, productivité, etc.). Qui plus est, leur fonctionnent est simple : ils compilent et restituent toutes les informations digérées et analysées, sous forme de rapports et tableaux de bord, à la fois analytiques et prospectifs. Suivant les problématiques à traiter, ils permettent ainsi de visualiser quels axes de développements privilégier, quel fournisseur sélectionner, ils déterminent également les cadences d’une machine pour le fonctionnement optimal d’une chaîne de production ou encore indiquent à quel moment stopper un investissement sous peine de ne plus être rentable.
Lecture connexe   Management par ludification ou le jeu au travail : une fausse bonne idée ?

Une méthode adoptée
par toutes les grandes
entreprises

A l’origine, ces matrices d’aide à la décision étaient utilisées dans des environnements complexes et quantifiables, comme la finance, la banque, les assurances, l’informatique ou dans des univers très techniques (construction, logistique, supply chain,…). Mais les grandes entreprises y ont de plus en plus recours, tous secteurs d’activités confondus. A partir d’une certaine taille ou dès que le nombre de données (masse salariale, nombre de clients, …) devient important, ces logiciels sont indispensables : les graphiques et les tableaux offrent en un coup d’œil, une perception claire de la situation globale de l’entreprise et la possibilité de plonger dans le détail d’une ligne de produits. Quelques clics suffisent pour avoir un suivi précis et en temps réel d’une activité ou d’un service,…  quels que soient le moment et l’endroit où vous êtes (au bureau, sur le terrain, chez un client, …), car avec le développement d’Internet et des applications mobiles, ces logiciels deviennent accessibles partout et à tout instant.
Lecture connexe   Manager, mesurez le risque de chacune de vos décisions

Une analyse des chiffres
incontestable mais froide 

Autre atout de la Business Intelligence : ses résultats sont difficilement contestables.  L’analyse des chiffres rend la décision objective, puisque le choix dépend d’un calcul et non d’un individu. Ses détracteurs soulignent néanmoins le fait que tout ne peut pas être ramené à un calcul ou un chiffre. Lors d’un licenciement par exemple, au-delà du coût financier, il faut également prendre en compte un aspect social et humain, non quantifiable, lui, qui n’apparaît donc pas dans ces fameux tableaux de bord. Disons qu’il faut savoir pondérer les résultats de ces logiciels. La Business Intelligence doit rester un élément d’appréciation parmi d’autres.
Lecture connexe  Comment prendre la meilleure décision dans votre intérêt

Lecture conseillée : Management et communication : 100 exercices: Pour gérer l'incertitude et la complexité de Denis Cristol