Qui sont les ETI ou Entreprises de Taille Intermédiaire, c’est à dire des entreprises comptant entre 250 et 5 000 salariés et réalisant un chiffre d’affaires compris entre 50 M€ et 1,5 Mda ? Une étude* de BPI France répond à cette question en montrant leurs principales caractéristiques avec une typologie en 5 catégories ainsi que leurs atouts et leurs faiblesses. Parmi ces dernières, la question de l’âge de leurs dirigeants se pose avec acuité et du coup celle de leur transmission.

Une typologie des ETI

Au nombre de 4 794 d’après le dernier recensement de l’Insee, les ETI sont majoritairement petites : 64% d’entres elles ont un effectif inférieur à 500 salariés. Elles ont réalisé en 2011 un CA cumulé de 1 038 Md€, soit 28 % du CA total des sociétés françaises et la valeur ajoutée qu’elles créent atteint 237 Mde. Elles irriguent l’ensemble du territoire français, sont familiales et emploient près de 3 millions de personnes en équivalent temps plein (ETP). Les ETI sont globalement plus exportatrices, plus innovantes, plus industrielles, et tournées vers l’investissement.

L’enquête de BPI France dresse cinq types d’ETI : les «Hexagonales optimistes», qui connaissent un développement intensif sur leur marché domestique; les «Résistantes en sursaut», qui connaissent un certain nombre de difficultés et cherchent à faire évoluer leur business pour restaurer leurs marges; les «Leaders mondialisés», qui sont fortement internationalisées avec une forte croissance; les «Serial innovantes», qui sont des ETI de plus petite taille très centrées sur l’innovation produits et services; et les «Routinières à l’heure du choix», qui perpétuent l’existant.

Les faiblesses des ETI

Il existe selon l’étude de BPI France plusieurs signaux d’alerte concernant les ETI :
– le poids que représentent en France les ETI détenues par les capitaux étrangers. Selon l’Insee, 1 248 ETI sont sous contrôle étranger, soit 26 % du total;
– le taux de défaillance des ETI a dépassé depuis 2011 celui des PME (1 % contre 0,8 %) : en 2012, près de 45 ETI ont fait faillite;
– l’âge de leurs dirigeants. Dans l’échantillon de l’enquête ETI 2020, 34% des dirigeants ont plus de 60 ans et 18%, plus de 65 ans. Cela laisse augurer d’un nombre très élevé de transmissions dans les 10 ans à venir.

* Pour télécharger l’étude ETI 2020, cliquez ici.



Article précédentRecrutez comme Google !
Article suivantUne indemnité pour aller travailler en vélo
Sophie Lhameen
Sophie Lhameen, journaliste multimédia (web et print), a travaillé pendant 15 ans comme journaliste spécialisée sur l'Afrique avant de devenir en 2008, rédactrice en chef adjointe du magazine Le MOCI (Moniteur du commerce international) jusqu'en janvier 2013. Ses centres d'intérêt : l'entreprise, le management, les ressources humaines, l'emploi, l'économie, l'intelligence économique et de l'international. Google+