Publicité
Publicité

L’expérience candidat au cœur des stratégies RH en 2018

Le taux de chômage des cadres restera vraisemblablement bien en dessous des 3,5% en 2017. Les équipes de recrutement et les cabinets de chasse vont devoir redoubler de créativité pour attirer l’attention des profils. On parle déjà de « guerre des talents » et de « mise en concurrence » des recruteurs. Les RH sont de plus en plus soucieux d’offrir une expérience de candidature positive aux candidats même s’ils ne sont pas retenus.

2 candidats sur 3 apprécient
moins l’entreprise après
avoir postulé

Une étude qui a interrogé plus de 2000 candidats indique que 54% des candidatures à une offre d’emploi n’ont jamais de réponse. Les entreprises investissent beaucoup pour attirer des candidats, pourtant, dès que le candidat a postulé, il est négligé dans plus de la moitié des cas. L’étude va même plus loin et enquête sur la perception et l’image que les candidats ont de l’entreprise : 65% des candidats déclarent moins apprécier l’entreprise après lui avoir envoyé leur CV. En cause, leur déception quant au traitement réservé à leur candidature :  pas de réponse, pas de retour, pas de considération. Autre point notable, 71% des répondants déclarent détester les mails automatiques dans un processus de recrutement. Le fameux mail « Si d’ici 3 semaines vous n’avez pas de nos nouvelles », qui a dédouané une génération de recruteurs de revenir vers un candidat, ne semble plus avoir la côte.

PUBLICITE

Vers un consodidat ? 

En postulant dans une structure, un candidat fait un acte montrant son  intérêt pour l’entreprise. Sensible à la marque employeur, il est en droit d’attendre un retour. Depuis plusieurs années, on observe que le comportement d’un candidat face à une entreprise se rapproche de plus en plus de celui d’un consommateur. Il s’attend à avoir les mêmes égards et la même considération quand il s’adresse au service recrutement ou au service Client. Si les communications avec le candidat ne sont pas personnalisées, ciblées sur sa problématique et dans un délai décent, il juge son expérience de candidature décevante.  De plus, le candidat a pris l’habitude de parler de ses mauvaises expériences de candidature. Comme dans la relation client, le candidat déçu par une entreprise décourage 10 personnes de postuler dans celle-ci. Sans compter qu’il continuera sa carrière dans le même secteur que l’entreprise.

Marque employeur
vs expérience candidat :
changement de cap ?

Jusqu’ici les équipes de recrutement concentraient leurs efforts sur l’acquisition de candidats et très peu sur le traitement qui leur est réservé. L’objectif était de mettre en avant des valeurs, un ADN d’entreprise, une culture pour les pousser à rejoindre les équipes. Ces chiffres nous apprennent qu’après avoir été sensible aux sirènes de marque employeur, le candidat tombe de sa chaise une fois qu’il a envoyé son CV. Afin de corriger le tir, la stratégie 2017-2018 des services RH va s’orienter vers le respect des candidats qui ont marqué de l’intérêt pour l’entreprise.  Au-delà des questions liées au respect et à la politesse, les recruteurs souhaitent également rationaliser leurs coûts d’acquisition de candidat. Comme dans la relation client, il est plus facile de fidéliser les clients que d’en acquérir de nouveaux perpétuellement. Les équipes RH l’ont bien compris et mettent en place une logique de CRM, où le C n’est plus « Customer » mais « Candidate. »

PUBLICITE

La mise en place d’un système de fidélisation des candidats potentiellement pertinents, à court ou moyen terme, pour rejoindre l’entreprise est donc un moyen de mieux respecter les candidats et de capitaliser plus efficacement sur les candidatures précédemment reçues.

Réagissez à cet article

0
0
0

Abonnez-vous GRATUITEMENT aux digests du magazine.
[Modifiez à tout moment la fréquence de réception ou annulation ]

x