1 – La créativité, comment ça marche

Pour favoriser votre créativité, il faut comprendre comment elle fonctionne. De cette manière, vous pourrez trouver vos propres idées. Constat de base : on ne créé jamais à partir de rien. On a besoin de substrat (des informations autour de nous et en nous), d’un besoin qui va lancer notre cerveau à la recherche d’une solution créative (un objectif), et d’un support pour créer, pour innover : le cerveau (en particulier le cerveau droit) .
La créativité est un processus qui se stimule et s’entretient. C’est un peu comme un muscle. Si on ne s’en sert pas il diminue, mais si on l’utilise, on le stimule, il grossit et donne de bons résultats. Vous avez déjà le support (le cerveau), voyons le reste.

2 – Fixez-vous des défis, des challenges, des objectifs

On a vu que la première étape est d’avoir un cerveau qui fonctionne. Jusque-là on peut dire que ça va. La première démarche, c’est d’avoir un ou plusieurs objectifs en tête. La créativité est une forme d’outil pour répondre une question que l’on se pose. Si vous n’avez pas de problème à résoudre, votre créativité ne pourra pas s’exprimer. Multipliez les (petits) projets pour stimuler votre créativité, posez-vous mille questions, demandez-vous par exemple comment améliorer votre quotidien, comment optimiser votre petit-déjeuner si vous manquez de temps par exemple ?
Lecture associée

3 – Stimulez votre créativité

Je vais vous donner une liste d’activité à faire assidument, tous les jours (pas toutes le même jour…), de manière à stimuler régulièrement votre créativité. Si vous voulez obtenir des résultats, c’est comme pour un régime ou pour le sport, vous devez faire preuve de rigueur. Il vous faut être appliqué(e) et assidu(e), sinon vous aurez perdu du temps à lire cet article. Voici quelques idées à réaliser quelques minutes par jour : faire des rébus, des mots croisés, des sudokus, résoudre des casse-têtes, lire des livres avec des énigmes (logiques, mathématiques, etc.), baladez-vous dans un endroit avec des plantes (jardinerie, jardin public, votre jardin, dans une forêt, en montagne), ayez des plantes chez vous, écoutez de la musique (y compris de la musique que vous n’écoutez pas d’habitude), variez les lieux de travail par moment, votre alimentation, dites « Oui » plus souvent (ou « non » plus souvent si vous ne savez pas dire « non »…), voyagez, même près de chez vous, et découvrez de nouvelles personnes, de nouvelles activités, et paradoxalement, laissez-vous des moments pour décrocher et penser à autre chose parce que le cerveau a besoin de temps de relâche pour créer aussi… etc. C’est déjà un sacré programme. Normalement, à l’instant où vous lisez ces lignes, si vous êtes déterminé(e), vous avez déjà noté le titre d’un livre à acheter (sudoku, résolution d’énigmes, etc.). Si ce n’est pas le cas, c’est une habitude à prendre, commencez dès maintenant !

4 – Cherchez l’opportunité dans l’adversité

En grec et en chinois on utilise la même expression pour désigner le concept de « crise » et « d’opportunité ». C’est un exercice qui a un double avantage : il focalise l’attention sur autre chose que le problème (ce qui réduit le stress) et il permet d’apprendre (sur soi notamment) malgré un revers de la vie (professionnelle ou personnelle). Prenez un exemple que vous avez en tête, plutôt ancien comme ça vous évitez les émotions fortes, et demandez-vous quelles sont les trois leçons que vous pouvez en tirer. Ça paraît évident, certains diront peut-être que j’enfonce des portes ouvertes, mais ce sont les mêmes qui ne mettent pas en application les conseils qu’ils viennent chercher, ceux-là ne sont pas en recherche de réponse, mais en recherche de recherche…

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.