Le prétexte de la difficulté

La bonne raison de ne pas changer consiste à invoquer la difficulté. Il faut du temps et de l’énergie pour trouver un autre emploi ou simplement obtenir une promotion. C’est vrai. Mais vous devez évaluer le retour sur investissement pour votre vie qui récompensera vos efforts et le risque pris, en comparaison de la situation actuelle dans laquelle vous vous sentez coincé entre la routine et un avenir bouché.
Dressez une liste des avantages à gagner par ce changement en termes de responsabilités nouvelles, rémunération ou épanouissement personnel. A la lumière de cette analyse, vous trouverez ou pas le courage d’initier ce changement.

Le prétexte du mauvais moment

Entre vos rendez-vous, les réunions et les déplacements et vos responsabilités de mère ou père de famille, vous manquez de temps. Dans cette précipitation vous vous refusez même de penser à tout changement … Mais votre vie devient de plus en plus occupée au fur et à mesure que vous avancez et vous n’aurez jamais assez de temps pour trouver le moment propice. Au lieu de reporter – de procrastiner – passez à l’action. Arrêtez d’attendre, préparez-vous et agissez pour votre bien-être. Demandez la promotion, l’augmentation ou cherchez un job ailleurs et, dans ce dernier cas, anticipez les conséquences financières.

Lecture associée Changer de vie professionnelle : comment surmonter la peur de l’inconnu 

Le prétexte de ne pas avoir les bons contacts

Vous pensez peut-être que pour progresser il faut connaître des  personnes qui vous aident à progresser, à obtenir un entretien, à créer votre propre affaire. Le réseautage est un atout déterminant quand on décide de changer et le fait de connaître du monde facilite et accélère vos démarches. Vous pouvez aussi réussir en étant simplement candidat à un poste. En fait, le fait d’initier des démarches va vous rapprocher des personnes qui peuvent vous aider, et si vous ne l’avez pas, c’est le moment de créer votre réseau. Faites un inventaire des personnes que vous connaissez professionnellement et commencez à les suivre sur les réseaux sociaux. Informez-vous sur les événements de réseautage auxquels elles participent ou sur les connaissances communes que vous pouvez avoir. C’est ainsi que vous préparez la réussite de votre prochain changement.

Lecture associée Booster votre carrière : les meilleures pratiques Réseaux

Le prétexte de l’argent

Un changement de carrière peut être onéreux et mieux vaut prévoir un budget pour compenser des rentrées différées ou des dépenses imprévues… Changer de métier, d’entreprise, de région voire de pays, a un prix même si vous restez dans la même entreprise qui prend en charge en général les principales dépenses liées à une promotion ou une mutation. Si vous voulez aller dans une autre société, vous allez investir dans des déplacements, participer à des événements de réseautage, améliorer ou changer votre garde-robe… C’est un investissement à prévoir, mais vous devez balayer le sujet de l’argent qui est souvent un alibi pour ne pas agir et cache la peur du changement.

Lecture associée Pourquoi vous ne devez jamais travailler uniquement pour l’argent 

Le prétexte de l’opinion des autres

Au moment de changer, on se préoccupe parfois de ce que vont penser les autres. En général, ils ne sont pas objectifs, souvent habités par la jalousie de vous voir réaliser ce qu’ils n’osent pas décider. Quelle que soit votre décision, soyez certain qu’elle ne plaira pas à tout le monde. C’est sûrement un moment de la vie professionnelle où vous devez penser à vous exclusivement. Concentrez-vous sur votre vision à long terme et demandez-vous simplement si la décision que vous prenez importera dans cinq ans pour ces personnes.

Lecture associée  Votre CV : ne laissez pas les autres le faire à votre place !

Le prétexte des compétences qui manquent

Ne pas avoir toutes les compétences requises pour un emploi ou une carrière donnée ne doit pas vous empêcher de faire des démarches. Vous pouvez acquérir de nouvelles compétences en avançant et surtout ne faites pas le travail du recruteur qui doit jauger votre potentiel, au niveau des compétences et de votre personnalité. Par ailleurs vous ne connaissez pas vos compétiteurs qui peuvent avoir moins d’atouts. Une démarche qui n’aboutit pas est moins grave qu’une opportunité manquée. Les prétendues compétences qui vous manquent ne doivent pas vous en empêcher de changer.

Le prétexte de l’échec

La peur de l’échec paralyse souvent celui qui veut progresser. Au lieu de planifier un processus de réussite, on a tendance à imaginer tous les scénarios négatifs possibles, ce qui nous dissuade de toute démarche. Au lieu de cela, vous devez garder en tête votre objectif, préparer les étapes à assurer pour l’atteindre, et visualiser un résultat positif. Dans le pire des cas, vous vous serez jaugé par rapport aux exigences d’un poste et pourrez vous préparer pour une autre opportunité.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.