Comprendre à qui vous avez affaire

Comme Steve Jobs, Anna Wintour, Carlos Goshn, … votre tortionnaire a un mode de management extrêmement autoritaire. Pointilleux à l’excès, l’abus de pouvoir est sa spécialité ! Le tyran stakhanoviste est en effet prêt à tout pour atteindre les résultats. Communiquer? Une perte de temps ! Il se contente de donner des ordres. Ce type de manager est sûrement arrivé à cette situation après un long parcours, du travail et des sacrifices. En fait, en étant “trop laxiste”, il craint qu’on lui prenne sa place, qu’on doute de son autorité ou de ses capacités.
Lecture connexe  Etes-vous sûr de ne pas avoir un patron toxique ? 

Des effets négatifs à petite et grande échelle

Bien souvent, les plus sensibles aux critiques, se mettent à la tâche corps et âme pour rendre le meilleur travail qui soit, au risque d’y laisser leur santé. Et comme il veut tout contrôler, votre chef tyrannique exige qu’on demande sa permission avant de faire quoi que ce soit !  Résultat, plus d’initiatives ni créativité, un comportement  nuisible pour l’ensemble de l’entreprise. Sans parler du risque de contagion : un tyran peut déteindre sur les autres et gangrener tous les rouages!
Lecture connexe   Urgence et management : un couple tyrannique !

Ne pas réagir à chaud

Pour éviter d’en arriver à cette extrémité, il existe heureusement des parades qui ont toutes un pré-requis pour être efficaces : ne pas réagir sous le coup de l’émotion. Et prendre du recul en vous demandant : « Qu’est-ce que votre manager cherche à  obtenir ? Est-il dans son droit ? Que ressentez-vous… ? ». Selon vous, quelle stratégie appliquer  pour que ce comportement cesse ?
Lecture connexe   10 attitudes pour vous affirmer tout en finesse 

Opter pour la meilleure stratégie

Au quotidien, apprenez à apprivoiser cette personnalité difficile pour adapter votre comportement. Par exemple,  avec un patron « autoritaire », mieux vaut être diplomate, ne pas vous opposer immédiatement à lui, même si objectivement ses idées sont mauvaises. Prenez le temps de la réflexion pour pointer les avantages, les risques de sa décision, etc. Revenez le voir avec ce bilan en précisant que le choix final lui revient. En principe, il appréciera que vous lui ayez évité de commettre une erreur. Avec un « hyper stressé », en perpétuelle lutte contre le temps, il faut choisir le bon moment pour intervenir (être sûr qu’il n’est pas accaparé par plus urgent) et aller droit au but.
Lecture connexe  Comment prendre la meilleure décision possible à chaque fois 

Vous imposer sans forcer

Enfin, gardez en tête un principe : un patron devient tyrannique si on le laisse faire, d’où la nécessité d’apprendre à lui dire non et de poser des limites. Dès le départ, osez répondre fermement : « Je n’accepte pas que l’on me parle sur ce ton », « Non, je ne travaille pas le week-end », etc. Pour vous affirmer sans forcer, développez aussi votre assertivité. Si malgré tout, il ne vous entend pas, libre à vous pendant votre week-end d’éteindre tout simplement votre smart phone et votre ordinateur ?! En étant connecté 24 h sur 24, vous restez à sa merci !
Lecture connexe  12 habitudes cardinales pour vous imposer  

1 COMMENTAIRE

  1. La meilleure solution c’est de se barrer et de le laisser en plan. Y’a que de cette façon qu’il comprend. S’il ne se rend pas compte de votre valeur quand vous êtes là, rassurez-vous il s’en rendra compte après quand il redescendra sur terre. Les humains y arrivent généralement à l’aide d’une petite dose de courage.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.