1 – Tromper sur la marchandise

Vous avez déjà reçu un email qui vous appâte par un objet prometteur et se révèle un fois ouvert très décevant, un cadeau ridicule avec un emballage d’or. Si vous faites un tel email vous abusez votre destinataire une seule et dernière fois, et si l’objet que vous indiquez donne à penser que vous avez déjà été en relation, voire qu’il attend votre réponse à une question, vous allez perdre toute crédibilité. La prochaine fois, vos interlocuteurs n’ouvriront plus votre mail. Personne n’aime se faire berner.
Lecture connexe 5 décisions à prendre pour ne plus perdre votre temps avec les e-mails

2 – Mettre un objet trop long

Vous ne pouvez pas savoir si votre destinataire reçoit votre e-mail sur un ordinateur de bureau, un portable, ou un smartphone, vous ignorez donc combien de caractères sur la ligne objet il peut lire.  D’où l’intérêt de mettre en premier l’information la plus importante, car s’il ne peut pas se faire une idée à partir de l’objet, vous avez peu de chance qu’il l’ouvre.

3 – Omettre un lien personnel

La plupart des courriels émanent d’expéditeurs inconnus. Vous pouvez mettre un indice dans l’objet qui fera comprendre à celui qui le découvre dans sa boite que vous vous êtes parlé au téléphone ou que vous vous êtes rencontrés. En tous cas des éléments qui laissent supposer que vous avez déjà une relation personnelle. Si vous le mettez au début de l’objet, votre email sera à coup sûr ouvert.
Lecture connexe  Techniques pour rendre percutante votre communication par e-mails

4 – Ne pas indiquer une connexion locale

Pour les mêmes raisons, si vous indiquez en objet un lien géographique avec le destinataire, si votre entreprise est située dans la même ville, si vous pouvez signaler une similitude de localisation actuelle ou passée (pour votre poste du moment ou celui d’hier, pendant vos études, votre enfance…), vous suggérerez que vous faites partie d’une même communauté, ce qui suffit à capter son attention et son clic.

Lecture conseillée : Management et communication : 100 exercices: Pour gérer l'incertitude et la complexité de Denis Cristol

5 – Ne pas susciter la curiosité

La premières règle pour rédiger un titre est de créer une réaction de curiosité qui incite le lecteur à cliquer sur un lien pour trouver la réponse à une question. Un objet d’email très sexy attire souvent le lecteur qui clique, tant il a du mal à résister à la curiosité.
Lecture connexe  Comment éviter d’être surchargé d’e-mails

6 – Utiliser les mots qui vous spament

Certains mots accrocheurs envoient votre email directement dans les indésirables. Evitez dans la ligne objet ou le corps de l’email des mots qui déclenchent un filtre antispam tels que «sexe», «viagra», ou encore des astérisques, des expressions ou des phrases qualifiées d’ennuyeuses tels que « partenaire» utilisés en marketing, ou encore les points d’exclamation.

7 – Se servir d’expressions de vente agressive

Bannissez les techniques de vente agressive ou « vente à l’arraché » ou encore hard selling. Vous faites ainsi fuir immédiatement le lecteur qui clique sur supprimer.  A titre d’exemple : « Dernière chance », « Agir maintenant », « moins cher », « achetez », « financement » « remise » « offre exceptionnelle »… Ces expressions déclenchent un filtre anti-spam, sinon elles vont sûrement le contrarier et il supprimera votre envoi. Et même si votre offre est exceptionnelle, mieux vaut éviter cette enflure verbale.
Lecture connexe  15 secrets pour être vraiment convaincant

8 – Négliger le moment de vos envois

Le moment de l’envoi est déterminant, certains répondent facilement pendant les heures de bureau, d’autres au cours du week-end. A vous de comprendre le meilleur timing pour toucher votre destinataire au moment où il sera le plus susceptible de l’ouvrir. Vous pouvez investir du temps et de l’énergie à subodorer quels sont les meilleurs mots et les moments les plus propices, la seule façon de savoir est de tester en envoyant une série à d’e mails à des amis pour voir lequel obtient le plus de réponses.
Lecture connexe  Infographie : quand faut-il envoyer vos e-mails professionnels