Publicité
Publicité

L’ égo : votre ami et votre ennemi

*** 4mn à lire *** L’égo a mauvaise réputation. L’égoïste est critiqué, raillé et déserté pour sa goujaterie, son manque de recul et sa négligence des autres. Pourtant l’égo n’est pas toujours un mauvais conseiller, bien au contraire, il peut vous aider à réussir. Selon les cas, vous devez l’encourager pour améliorer votre confiance en soi, et dans d’autres situations vous en méfier. L’égo vous sert et vous dessert. Décryptage.

Confiance et compétence

Ce n’est pas être égoïste de savoir que vous êtes bon dans votre job. Vous le seriez si vous n’aviez pas les compétences que vous prétendez avoir avec assurance. Mais il serait tout aussi préjudiciable pour votre travail de minimiser vos qualités. Développer votre ego à sa juste valeur, c’est croire en vous-même et faire confiance à votre capacité d’engagement pour réussir. Si vous ne croyez pas en vous-même, qui croira en vous ? Souvent la maîtrise de votre métier vous donne assez d’expérience pour savoir que vous êtes un bon professionnel dans votre activité.

PUBLICITE

Le leadership exige des décisions

Le dirigeant, même s’il n’est pas sûr de lui doit savoir surmonter et sacrifier son propre sentiment d’insécurité pour défendre les intérêts du groupe et de l’entreprise. L’avantage du bon ego, c’est de  vous rappeler que vous êtes en charge d’une responsabilité,  de protéger votre équipe et prendre les bonnes initiatives. Parfois un leader fort qui dit ce qu’il faut faire sauve la situation. Si vous avez la compétence et l’intelligence des bonnes décisions, votre ego inspirera les autres. Celui qui a peur ou doute ne fait pas un bon leader.
pour approfondir le sujet  Leadership : les 4 obsessions du manager

L’illusion peut sauver une situation

Nombreuses sont les grandes innovations venues de «fous», avec souvent un égo hypertrophié, condition nécessaire à leur innovation. Les gens ont beau dire que ce n’était pas possible, il a fallu leur égo surdimensionné, leur capacité à croire en soi hors du commun, pour réussir là où tout le monde voyait l’échec. Un développement sain de l’égo est obligatoire pour porter et réaliser votre grande vision.
pour approfondir le sujet L’ego : nouvel outil managérial

PUBLICITE

Quand l’égo est l’ennemi

A contrario un égo mal maîtrisé peut vous conduire à la catastrophe. Parlez sans cesse de vous et de vos succès fera fuir les plus indulgents. Certes c’est une tendance naturelle de chacun de se rassurer en se renvoyant une image de lui positive jusqu’à en être aveuglé. Il nous arrive à tous de succomber à la tentation d’étaler un égo enflé : le meilleur moyen de dissuader votre entourage de travailler avec vous, que ce soit un collaborateur, un patron ou un client. Veillez donc tout particulièrement à ces situations.

Vous octroyez le succès à vous seul

Vous remportez le succès et ressentez le besoin de vous l’approprier. Vous oubliez tous ceux qui ont concouru à ce résultat, en entreprise le succès ne se bâtit jamais seul. La vérité est opposée : le leader attribue toujours la réussite à ceux qui l’entourent et les en gratifie.
pour approfondir le sujet Harvard : la formule du succès menant au bonheur

Vous vous croyez plus intelligent que les autres

Il vous arrive parfois de parler de vous, de votre intelligence à avoir pris telle ou telle décision, et de dire ou de sous-entendre que les autres sont stupides. Demandez-vous si un tel comportement est intelligent, éthique et généreux. N’essayez vous pas en vous comportant ainsi de vous convaincre vous-même. Vous prenez de gros risques, vous vous fermez aux avis ou idées des autres, tuez dans l’œuf toute volonté de dialogue et faites le vide autour de vous. Un homme seul est souvent en mauvaise compagnie.

Vous voulez tout contrôler

Vous estimez dans certains cas que la meilleure solution est de faire vous-même, et frustrez vos collaborateurs. Vous aimez contrôler,  vous vous montrez maniaque du contrôle, micro manager. Vous déniez ainsi toute confiance aux autres et affichez votre incapacité à déléguer, former, coacher, donc à faire votre job. Ne pas faire confiance est souvent le signe d’un manque de confiance en soi.
Pour approfondit le sujet  Managers : ce qu’il ne faut surtout pas déléguer!

Vous parlez plus que n’écoutez

Ou si vous écoutez, c’est vous-même. C’est de notoriété publique : chacun aime parler de lui. Tout le monde le sait : pour être intéressant il faut être intéressé, pourtant combien de fois se surprend-on à se mettre au centre d’une conversation par une histoire personnelle, à titrer la couverture à soi. Attention, vous n’écoutez, ce qui est mauvais pour un manager et un dirigeant dont la réussite repose justement sur sa capacité d’empathie.
pour approfondir le sujet Taisez-vous, et managez par le silence !

Il faut savoir où mettre le curseur : trop confiant vous fait paraître égoïste, égocentrique voire narcissique, vous sous-estimer vous empêche de réussir par manque de confiance en soi qui démobilise les autres. Pour utiliser son ego au mieux, la solution s’appelle humilité, recul par rapport à soi-même, ambition saine et intelligence des situations.

1 réaction

  1. Valérie Wattelle, Aix-en-Provence

    Valerie Wattelle

    16 décembre 2014 à 12 h 37 min

    https://www.youtube.com/watch?v=Qqoioeayk34

Réagissez à cet article

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0
0
0

Abonnez-vous GRATUITEMENT aux digests du magazine.
[Modifiez à tout moment la fréquence de réception ou annulation ]

x